2ème édition du  Fidea:Les opportunités du marché de l’emploi exposées aux étudiants

0
1913

L’Université d’Abomey-Calavi a servi de cadre le samedi 16 mars 2019 à la 2ème édition du Forum international pour le développement de l’entreprenariat en Afrique Fidea. « Améliorer le climat des affaires, favoriser l’émergence des entrepreneurs », c’est le thème de cette rencontre qui a réunis les investisseurs de plusieurs pays du continent africain.

Réunir les acteurs clés pour coudre le tissu entrepreneurial, tel est l’objectif principal du Forum International pour le développement de l’entreprenariat en Afrique. L’édition 2019 du Fidea a été une opportunité de rencontres entre plusieurs acteurs ayant en commun la promotion de l’entrepreneuriat en Afrique. Tout au long des travaux, ceux-ci ont réfléchi sur les stratégies à mettre en place par les pays du continent afin d’offrir des conditions optimales pour l’émergence et le développement de projets innovants à forte valeur ajoutée. Selon le président du Fidea,  Zakaria Mamou, le forum a également permis de mettre en avant et d’encourager les jeunes entrepreneurs et les projets les plus innovants à travers le concours startup Fidea. Les trois gagnants du concours startup 2019 ont été gratifiés chacun d’un prix constitué d’une enveloppe financière. Un prix spécial a été décerné au professeur Euloge Ogouwalé, directeur du centre autonome pour le volontariat, l’entrepreneuriat, la recherche et les innovations de l’Université d’Abomey-Calavi. L’Agence nationale pour l’emploi (Anpe) fait partie des structures qui ont soutenu l’évènement. A en croire son directeur, Urbain Amégbédji, le Fidea est une opportunité pour dire aux jeunes là où se trouve l’emploi. « Les statistiques indiquent que sur 100 travailleurs au Bénin, 81 sont dans l’emploi indépendant, ce qui voudrait dire que l’emploi se trouve dans l’emploi indépendant et non dans l’emploi salarié. Le Fidea nous offre une opportunité pour dire aux jeunes comment se comporter sur le marché de l’emploi », a déclaré Urbain Amégbédji ajoutant qu’il y a d’immenses opportunités en matière d’entrepreneuriat. « Ce que nous demandons et ce qui manque aux jeunes et que l’université ne leur donne pas, c’est cette capacité à ouvrir les yeux sur ces opportunités et à apporter leur touche pour créer une entreprise qui leur donne à manger et qui leur permet de recruter d’autres jeunes », a conclu le directeur de l’Anpe. C’est le ministre de l’agriculture qui a procédé à l’ouverture de la rencontre. Gaston Dossouhoui a apprécié l’initiative et souhaité qu’elle se pérennise.

 

Marcus Koudjènoumè

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here