4 ans de Talon à la tête de notre pays: Impressions de quelques personnalités

0
885

06 avril 2016 – 06 avril 2020. Cela fait quatre ans que le président de la République, Patrice Talon, a pris les rênes du Bénin. En cette date anniversaire de la prise de pouvoir, quelques personnalités ont donné leurs appréciations sur  les réalisations du Numéro 1 du Bénin. Lire ci-dessous, un extrait de leurs déclarations.

 

Dakpè Sossou, deuxième vice-président de l’Union progressiste : « Il y a une certaine satisfaction »

 

« Cela fait effectivement 4 ans que Patrice Talon a pris les rênes de notre pays. Il a pris le pouvoir à la suite des élections démocratiques. Personne ne savait que les choses allaient marcher. Nous sommes dans la quatrième année de la gouvernance, et vous allez voir que les deux côtés des rails qui mènent à Godomey jusqu’à  Ouidah sont chacun en double voie. Qui pouvait y croire ? Nous non. On est arrivé ici à Godomey, on sait comment Godomey était. Vous rentrez dans la ville de Cotonou, le premier jour où j’ai entendu Asphaltage, je me suis demandé où est-ce qu’il a encore amené ça ? Et l’Asphaltage commence son petit chemin et aujourd’hui tout le peuple béninois est content des travaux en cours de réalisation et même déjà réalisés. Même si tout n’est pas encore terminé, on sent un changement qualitatif et même quantitatif par rapport à ce qui se fait. Quand on disait qu’il est illettré moi je le connais, c’est quelqu’un qui va encore faire mieux. Le programme d’actions du gouvernement (Pag) n’est pas encore terminé. Le programme continue. Lokossa est à sa première phase. Donc, il y a une seconde phase qui arrive. Donc, c’est de la même manière dans tous les départements et dans toutes les Communes. Il y a des travaux qui sont entamés maintenant, mais qui vont être réalisés après le 6 avril. Le peuple béninois l’a accompagné d’abord à réussir les élections et est encore aujourd’hui en train de l’accompagner dans la réalisation de son programme. Lorsque vous écoutez les gens dans la rue, vous sentez qu’il y a une certaine satisfaction de la part de ce peuple-là qui est content de ce qu’il fait et qui souhaiterait qu’il continue ainsi. Le peuple lui témoignera cela et l’aidera à revenir peut-être par force, pour que la visibilité de ce pays aujourd’hui à l’extérieur soit encore plus concrète. Je voudrais l’exhorter à continuer son travail tel qu’il est en train de faire ».

 

Rabiou Garba, président du Syntra-Inab : « Depuis l’avènement du président Patrice Talon vous roulez et sans tracasserie policière »

 

« Beaucoup de choses ont changé en l’espace de quatre ans. Dans mon domaine qui est le transport, le chef de l’Etat a fait quelque chose qui a marqué et qui marquera à vie les transporteurs si éventuellement les années à venir quelqu’un ne venait pas à remettre tout ceci en cause. Depuis l’avènement du président Patrice Talon, pour partir de Malanville à Cotonou, vous roulez en sécurité et sans tracasserie policière. C’est à son actif. Au port, ce n’était pas la joie. Les syndicalistes que nous sommes, étions aussi un goulot d’étranglement pour les opérations au port et même sur la route. C’est au vu et au su de tout le monde qu’on mettait des barrières. C’est toujours à l’arrivée du président Patrice Talon que tout cela a été conjugué au passé. On ne peut que le remercier et se réjouir ».

 

Wilfrid Léandre Houngbédji, Dircom à la présidence : « On le voit très peu ici et là, mais il parle à travers ses réalisations »

 

« Le président Patrice Talon, depuis son arrivée au pouvoir, a-t-il tenu ses promesses ? De l’avis de la grande majorité de nos compatriotes, aujourd’hui, il n’y a pas de doute. Il n’y a aucune raison de penser que les résultats ne sont pas  de plus en plus manifestes. Mais il faut être honnête pour dire que le président de la République et le peuple béninois, c’est un peu comme la manifestation du syndrome de Stockholm. Au début avec la rigueur imprimée dès les premières heures, mal compréhension, levée de boucliers, détestation. Le président de la République, on va dire qu’au bout de quelques mois était quand même assez bas dans les sondages. Cette phase de détestation, de malcompréhension est passée et les anecdotes foisonnent aujourd’hui. Nos compatriotes veulent qu’il  reste 20 ans, 30 ans, 50 ans pour ceux qui veulent rigoler. S’il lui arrivait à l’idée de ne pas se présenter, ils lui feraient un procès. Les faits parlent pour lui aujourd’hui. Il parle très peu lui-même. On le voit très peu ici et là, mais il parle à travers ses réalisations et nos compatriotes saluent cela. C’est pour vous dire que  partout dans le pays, les chantiers sont ouverts et rigoureusement suivis ».

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here