5ème anniversaire de décès de feu Gal Mathieu Kérékou:Une messe d’action de grâce en l’honneur de l’ancien président

0
267

5 ans déjà que le Général Mathieu Kérékou, a tiré sa révérence. A l’occasion de la commémoration de l’anniversaire de décès le mercredi 14 octobre 2020, les fils et filles de la famille Kérékou, ont organisé une messe d’action de grâce est organisée en l’honneur de l’ancien président de la République. 

Dans le cadre de la commémoration du 5ème anniversaire de décès de l’ex président Mathieu Kérékou des cérémonies religieuses sont organisées en sa mémoire. C’est l’église catholique Donatin située à Akpakpa qui a rassemblé parents, amis et plusieurs personnalités dont le Général Mama Sika Séidou, et l’ancien ministre Candide Azannaï. L’eucharistie de la commémoration des 5 ans de décès a été présidée par le Père Maxime Djossa. A travers son homélie, le Père célébrant a retracé le parcours et les qualités de l’homme. « Beaucoup reconnaissent qu’il était un bon soldat, qu’il assurait majestueusement le commandement. C’était un homme de bonne foi, intègre et sincère qu’on ne trouve plus malheureusement de nos jours. C’était un homme digne de confiance  qui détestait l’injustice et rejetait les inégalités. Il était d’une grande probité intellectuelle, responsable, magnanime, courtois, honnête, travailleurs, exemplaire, judicieux dans la conduite des affaires de l’Etat. Discipliné et compatissant à la peine et à la souffrance de son prochain, Mathieu Kérékou a été un homme regardant et soucieux de l’avenir des autres », a déclaré Père Maxime Djossa qui a rappelé les valeurs d’homme d’Etat de l’ancien président de la République. « Il est évident de rappeler que Mathieu Kérékou a été un bon chef d’Etat. Il a été un bon époux, pour maman, pour ses enfants biologiques, un papa aimant, pour ses enfants spirituels, un père de cœur, pour sa famille, un parent. Pour ceux qui lui étaient proches, un ami, pour ses collaborateurs, un patron et un chef. Pour le peuple, un bâtisseur infatigable de l’unité nationale et de la paix sociale, un remarquable Général », a conclu le célébrant, qui, se rappelant de l’élection présidentielle de 2021 qui pointe à l’horizon, a profité de cette occasion pour « inviter chaque Béninois et Béninoise à suivre l’itinéraire qu’a tracé Mathieu Kérékou avant son départ ». Il faut préciser que d’autres activités sont prévues toujours pour honorer la mémoire du disparu. Outre les messes d’action de grâce célébrées à 10h et 19h, il y a eu un recueillement et une prière au mausolée suivie de messe à la Cathédrale les saints sauveurs de Natitingou. Une autre messe sera dite en sa mémoire le samedi 17 octobre 2020 à Natitingou.

 

Qui est feu Mathieu Kérékou?

 

Mathieu Kérékou est né le 2 septembre 1933 à Kourfa, près de Natitingou, dans une famille paysanne du Dahomey, alors colonie de l’Afrique occidentale française (Aof). Après des études militaires au Mali et au Sénégal, il parfait son instruction à l’école des officiers de Fréjus en métropole en 1953 avant de revenir, avec le grade de major, servir dans l’armée française du Dahomey. Aide de camp du président Maga entre 1961 et 1963, il prend part au coup d’État de 1967 et devient président de la République en 1972, poste qu’il occupe jusqu’en 1991. Sous son régime, est établi le système du parti unique, la répression s’abat sur l’opposition, les trois précédents présidents sont enfermés, banques et industrie pétrolière sont nationalisées. Le Dahomey prend en 1975 le nom de République populaire du Bénin, État marxiste sous contrôle du Conseil national de la révolution. À la chute du mur de Berlin, Kérékou se convertit au multipartisme sous la pression de la rue et de François Mitterrand, le pays étant exsangue. Il est alors battu par Nicéphore Soglo aux élections de 1991. Il est surnommé le « caméléon » pour ses attaches au marxisme, au libéralisme, au catholicisme, à l’animisme, à l’athéisme, à l’islam, puis à une secte protestante. Il revient au pouvoir à la faveur de la Présidentielle de 1996, est réélu en 2001, et ne peut se représenter en 2006. Le nouveau président Yayi Boni met alors fin à 30 ans de pouvoir de Kérékou. Il décède le 14 octobre 2015 à Cotonou.

 

Evelyne Dossou (Stag)

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here