Parc de production énergétique du Bénin:La démobilisation des groupes Aggreko et Mri enclenchée

0
2389

Mission accomplie ! C’est du moins ce qu’il convient de dire par rapport au rôle joué par les groupes Aggreko et Mri dans la fourniture en continue du courant électrique ces trois dernières années. En effet, face à la mise à l’arrêt de presque tous les moyens de production de la Société béninoise d’énergie électrique, notamment les centrales de Cotonou, Porto-Novo, Parakou et Natitingou, le président Patrice Talon a instruit son ministre de l’Energie de faire tout pour pallier cette situation. Ainsi, sous le leadership du ministre Dona Jean-Claude Houssou, les groupes des sociétés Aggreko et Mri ont été mobilisés pour compenser le déficit énergétique. Ce qui a, d’ailleurs, permis aux populations de passer des fêtes de fin d’année 2017 sans interruption du courant électrique. Après trois ans, avec des investissements massifs dans le secteur, notamment la réhabilitation des centrales de la Sbee et la construction de la centrale thermique de Maria-Gléta, le Bénin est passé de 0 à 160 mégawatts. Cette marche enclenchée pour l’autonomisation énergétique a alors sonné la fin de la location des groupes des sociétés Aggreko et Mri. D’où leur démobilisation enclenchée depuis peu.  « Actuellement, rien n’est connecté à la centrale d’Akpakpa ni de Maria-Gléta et de Gbégamey. Nous sommes en train de ranger nos équipements dans les conteneurs afin de les rapatrier », a confié l’ingénieur électronique, Mathias Kounmavo. Pour le Numéro 1 du ministère de l’Energie, cet acte est le signe que plus que jamais, la ligne qui a été tracée par le chef de l’Etat de faire en sorte que l’énergie électrique devienne le sang qui coule dans les veines de ses concitoyens est une réalité. « Les projets qui vont permettre d’avoir ce résultat se déroulent correctement », a-t-il rassuré.

 

Joël Samson Bossou

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here