JPEG - 52.1 ko
ANNONCE URGENTE A partir du 10 juillet 2013, veuillez lire les articles de votre journal Le Matinal sur www.quotidienlematinal.info
Groupe de presse le Matinal
  ACCUEIL   POLITIQUE | SPORT | SOCIETE | ART & CULTURE | |
  ACTU NATIONALE   ACTU AFRIQUE | ACTU MONDE | INSOLITES | |
18 septembre 2013
: Apropos des grèves de l’Unamab : La Cour constitutionnelle met dos à dos Marie Elyse Gbèdo et magistrats


Le 08 décembre 2011, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale sur la corruption, Me Marie Elise Gbèdo, à l’époque ministre de la Justice, avait déclaré que « les magistrats sont corrompus ». Cette déclaration, reprise par la Presse, avait indigné les magistrats. Ces derniers ont organisé une série de grèves pour paralyser le secteur, exigeant des excuses publiques de leur ministre de tutelle. Après un long bras de fer entre Gbèdo et le syndicat des magistrats (Unamab), ponctué par la médiation du Président de la République, la ministre Gbèdo a fini par présenter ses excuses publiques, mettant ainsi fin à la fronde des magistrats. Mais, entre temps, elle a introduit en février 2012, à la Cour Constitutionnelle, un recours en inconstitutionnalité contre la grève, par les fonctionnaires du pouvoir judiciaire exerçant des fonctions d’autorité au nom de l’Etat. Plus d’un an et demi plus tard, soit le 29 août dernier, la Cour rend sa décision. Sans débouter l’ancienne ministre de la Justice, le professeur Théodore Holo et les six autres sages de la Cour Constitutionnelle se déclarent incompétents. Lisez ci-dessous l’intégralité de la décision de la Haute juridiction.
Décision Dcc 13- 099 du 29 août 2013

La Cour Constitutionnelle,

Saisie d’une requête du 02 février 2012 enregistrée à son Secrétariat le 06 février 2012 sous le numéro 0207 jOI2jREC, par laquelle Maître Marie-Elise Gbedo, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, de la Législation et des Droits de l’Homme, Porte-parole du Gouvernement, introduit devant la Haute Juridiction un recours aux fins de déclarer inconstitutionnelle la grève par les fonctionnaires du pouvoir judiciaire exerçant des fonctions d’autorité au nom de 1’Etat ;
Vu la Constitution du l1-décembre 1990 ;
Vu la Loi n° 91-009 du 04 mars 1991 portant loi organique sur la Cour Constitutionnelle modifiée par la Loi du 31 mai 2001 ;
Vu le Règlement Intérieur de la Cour -Constitutîonne11e ;
Ensemble les pièces du dossier ;
Oui Maître Simplice C. Dato en son rapport ;
Après en avoir délibéré,

Contenu du Recours

Considérant que la requérante expose : « ••• Suite aux déclarations faites par le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, de la Législation et des Droits de l’Homme, Porte-parole du Gouvernement, le 08 décembre 2011, à l’occasion de la célébration de la Journée Internationale-sur la corruption, dénonçant la— corruption dans le secteur judiciaire, l’Union Nationale des Magistrats du Bénin (Unamab)... a déclenché une grève de 72 heures renouvelable à compter du 24 janvier 2012.
Face à cette situation qui paralyse les Cours et Tribunaux sur l’ensemble du territoire national, il importe que la Haute Juridiction apprécie la constitutionnalité de ce mouvement de grève au regard des missions spécifiques assignées à la Justice et les violations massives des droits de la personne humaine qu’implique son dysfonctionnement.
En effet, les Magistrats sont des fonctionnaires spéciaux ainsi qu’il résulte de leur statut particulier. Ils exercent des fonctions d’autorité et décident au nom de l’Etat. Leur droit de recourir à la grève- peut donc faire l’objet de restriction telle que la .suspension de l’exercice du droit ou d’interdiction ….
L’exercice du pouvoir régalien qui leur est reconnu oblige à ne cesser leurs activités que dans des conditions bien précises, de sorte à ne pas mettre à mal la sécurité des personnes et de biens et le devoir de protection des citoyens qui leur incombe. » ;
Considérant qu’elle poursuit : « La reconnaissance du principe de la liberté d’association aux fonctionnaires publics n’implique pas nécessairement le droit de grève... Le statut de la Magistrature ... étant resté muet sur l’encadrement du droit de grève au regard des exigences du devoir du Magistrat, toute grève engagée sur la base de prétendue offense au corps de la Magistrature apparaît excessive, non corporatiste surtout lorsqu’elle a été précédée de la déclaration faite par la Ministre de la Justice en date du 22 janvier 2012 visant à clarifier ses intentions.. « 
Dès lors, la reconduction dans ces conditions de la grève déclenchée le mardi 24 janvier 2012 par trois fois…..de suite est illégale et viole la Constitution du 11 décembre 1990,.,en ce que :

1- Le droit des personnes poursuivies est violé

En effet, aux termes de l’article 18 alinéa 4 de la Loi n° 90-32 du Il décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin « Nul ne peut être détenu pendant une durée supérieure à 48 heures que par la décision d’un magistrat auquel il doit être présenté. Ce délai ne peut être prolongé que dans des cas exceptionnellement prévus par la loi et qui ne peut excéder une période supérieure à huit (08) jours ». L’absence de magistrats dans les juridictions est préjudiciable à la mise en œuvre de et te exigence constitutionnelle.

2- Le droit des personnes détenues est violé en ce que l’article 9 du pacte relatif aux droits civils et politiques indique dans son alinéa 3 :

‘’Tout individu arrêté ou détenu du chef d’une infraction pénale sera traduit dans le court délai devant un juge ou une autre autorité habilitée par la loi à exercer des fonctions judiciaires et devra être jugé dans un délai raisonnable ou libéré ... « . La non tenue successive des audiences est source de violation de ce principe.

3- Le droit à l’accès à la justice des citoyens est violé

En effet, l’article 7 de- la -Charte Africaine des .Droits de- l’Homme et des Peuples qui fait partie intégrante de notre Constitution en son point l-a stipule : « Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue-Ce-droit comprend :
Le droit de saisir les juridictions nationales compétentes de tout acte violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus et garantis par les conventions, les lois, les règlements et coutumes en vigueur »... Ce mouvement de grève nuit gravement à la jouissance de ce droit constitutionnel.

4- Violation de ‘article 125 de la Constitution

La grève déclenchée par l’Unamab dont le but essentiel est une injonction faite d’une part au Garde des Sceaux de présenter des excuses publiques à la corporation des Magistrats ou à défaut qu’elle dépose ses charges et d’autre part au Gouvernement de désavouer un Ministre du Gouvernement constitue en elle-même une violation de la Constitution en ce que les Magistrats, animateurs principaux du pouvoir judiciaire, ne sauraient, au moyen d’une grève, donner des injonctions au pouvoir exécutif en violation de l’article 125 de la Constitution.... qui dispose que » le pouvoir judiciaire est indépendant du pouvoir législatif et du pouvoir exécutif. « .
Il résulte de ces énonciations que la grève menée par l’Unamab est contraire aux droits de la personne humaine et conséquemment contraire à la Constitution.
Le Statut de la Magistrature n’a pas réglé la question d’entrée en grève des Magistrats en rapport avec la protection des droits de la personne humaine dont ils ont la charge de sorte que tout mouvement inconsidéré les met en délicatesse par rapport à la Constitution, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et le Pacte relatif aux droits civils et politiques.
Dans tous les cas, selon le Bureau International du Travail, « les fonctionnaires de l’administration et du pouvoir judiciaire sont des fonctionnaires qui exercent des fonctions d’autorité au nom de l’Etat et leur droit de recourir à la grève peut donc faire l’objet de restriction telles que la suspension de l’exercice du droit ou d’interdiction ».
En tout état de cause, -e- secteur de la justice constitue un service essentiel et le critère du service essentiel est l’existence d’une menace évidente et imminente pour la vie, la sécurité et la santé dans tout ou partie de la population. » ;
Considérant qu’elle sollicite qu’il plaise à la Haute Juridiction de déclarer que :
« a- la reconnaissance du principe de la liberté d’association aux fonctionnaires publics n’implique pas nécessairement le droit de grève ;
b- le droit de grève -peut être- restreint, voire interdit, dans la fonction-publique, aux fonctionnaires qui exercent des fonctions d’autorité au nom de l’Etat, notamment les Magistrats ;
c- en l’absence de dispositions spécifiques organisant le droit de grève des Magistrats, tout mouvement de grève organisé en l’état est contraire à la Constitution .... » ;

Instruction du Recours

Considérant qu’en réponse à la mesure d’instruction diligentée par la Cour, Monsieur Michel Adjaka, Président de l’Union Nationale des Magistrats du Bénin écrit :

« Rappel des Faits »

Le jeudi 08 décembre 2011, à la faveur de la célébration de la journée internationale de lutte contre la corruption, Madame le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, de la Législation et des Droits de l’Homme, Porte-parole du Gouvernement, a f-i à la presse les déclarations suivantes :
« ( .. ) Je gère des magistrats corrompus. Les magistrats de mon pays sont corrompus. La justice est totalement corrompue et la justice est par terre (...)
J’ai honte des magistrats des tribunaux et des cours (. . .) mais c’est l’injustice totale. La bouffe, la bouffe pour l’injustice. »
Face au mutisme du Gouvernement sur le climat délétère créé par de telles déclarations, les Magistrats, réunis en Assemblée Générale le 20 janvier 2012, ont décrété une grève de protestation de soixante-douze (72) heures renouvelable par tacite reconduction pour exiger que :
- le Gouvernement, par une déclaration, se désolidarise sans ambiguïté des propos malveillants et injurieux tenus par Madame le Garde des Sceaux à l’égard des Magistrats, le jeudi 08 décembre 2011 ;lesquels propos jettent en pâture les Magistrats qui, du reste, courent, en raison de leurs fonctions, d’énormes risques ;
- le Garde des Sceaux, par les mêmes canaux de communication et sous les mêmes formes, présente des excuses publiques à la corporation des Magistrats et, à défaut, qu’il dépose ses charges.
En réaction, Madame le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, de la Législation et des Droits de I ‘Homme, Porte –Parole du Gouvernement, a saisi votre auguste Cour pour « inconstitutionnalité de la grève par les fonctionnaires du pouvoir judiciaire exerçant des fonctions d’autorité au nom de l’Etat. » » ;
Considérant qu’il développe : « Les moyens invoqués au soutien de ce recours ne sauraient résister à l’analyse.

Sur l’irrecevabilité du Recours

L’article 121 de la Loi n° 90-32 du Il décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin dispose : « La Cour Constitutionnelle) à la demande du Président de la République ou de tout membre de l’Assemblée Nationale) se prononce sur la constitutionnalité des lois avant leur promulgation.
Elle se prononce d’office sur la constitutionalité des lois et tout texte règlementaire censés porter atteinte aux droits de la personne humaine et aux libertés publiques. Elle statue plus généralement sur les violations des droits de la personne humaine et sa décision doit intervenir dans un délai de huit jours’’.
L’article 122 de la même loi prévoit : ‘’Tout citoyen peut saisir la Cour Constitutionnelle sur la constitutionnalité des lois, soit directement, soit par la- procédure de l’exception d’inconstitutionnalité invoquée dans une affaire qui le concerne devant une juridiction. Celle-ci doit surseoir jusqu’à la décision de la Cour Constitutionnelle qui doit intervenir dans un délai de trente jours « .
L’article 22 de la Loi n° 91-009 du 04 mars 1991 portant loi organique sur la Cour Constitutionnelle énonce : « De même sont transmis à la Cour constitutionnelle soit par le Président de la République, soit par tout citoyen, par toute association ou organisation non -gouvernementale de défense des droits de l’Homme, les lois et actes réglementaires censés porter atteinte aux droits fondamentaux de la personne humaine et aux libertés publiques, et en général, sur la violation des droits de la personne humaine « .
De la lecture croisée et combinée de ces dispositions, il ressort que seuls le Président de la République, les membres de l’Assemblée Nationale, les citoyens et les associations ou Organisations non gouvernementale de défense des Droits de l’Homme ont qualité pour saisir la Cour Constitutionnelle. Aucune disposition de la Constitution n’habilite un Ministre à saisir, es- qualité, la Cour Constitutionnelle. Maître Marie Elise Gbedo ayant saisi la Haute Juridiction en qualité de Ministre de la Justice, de la Législation et des Droits de l’Homme, Porte-parole du Gouvernement, sa requête mérite d’être déclarée irrecevable pour défaut de qualité » ;
Considérant qu’il poursuit : « Néanmoins, si la Haute Juridiction devait recevoir la requête de Madame le Garde des Sceaux, il y a lieu qu’elle se prononce sur sa compétence à examiner ledit recours.
Sur l’incompétence de la Cour
Pour solliciter de la Cour le contrôle de constitutionnalité de la grève déclenchée par l’Unamab le 24janvier 2012, Madame le Garde des Sceaux indique dans sa requête ceci : « ... les Magistrats sont des -Fonctionnaires spéciaux ainsi qu’il résulte de leur statut particulier. Ils exercent des fonctions d’autorité et décident au nom de l’Etat. Leur droit de recourir à la grève peut donc faire l’objet de restriction telle que la suspension de l’exercice du droit ou d’interdiction. L’exercice du pouvoir régalien qui leur est reconnu oblige à ne cesser leurs activités que dans des conditions bien précises, de sorte à ne pas mettre à mal la sécurité des personnes et des biens et le devoir de protection des citoyens qui leur incombe.
La reconnaissance du principe de la liberté d’association aux fonctionnaires publics n’implique pas nécessairement le droit de grève. Le Statut de la Magistrature étant resté muet sur I ‘encadrement du droit de grève au regard des exigences du devoir du Magistrat, toute grève engagée sur la base de prétendue offense au Corps de la Magistrature apparaît excessive, non corporatiste surtout lorsqu’elle a été précédée de la déclaration faite la Ministre.de la Justice en date du 22 janvier 20-12 visant-à clarifier ses intentions. Dès lors, la reconduction dans ces conditions de la grève déclenchée le mardi 24 janvier 2012 par trois fois de suite est illégale et viole la Constitution du 11 décembre 1990 ».
La requête de Madame le Garde des Sceaux tend en réalité à faire apprécier par la Haute Juridiction la légalité de la grève déclenchée par l’UNAMAB le 24 janvier. En effet, la violation de la Constitution dont elle fait état procède de l’illégalité de la grève déclenchée le 24 janvier 2012 Or, la Cour Constitutionnelle, comme elle l’a, à plusieurs reprises, jugé, n’est pas juge de la légalité mais de la constitutionnalité. Elle n’est donc pas compétente pour apprécier la légalité d’une grève déclenchée par les personnels de l’Etat.
Il convient pour la Cour de se déclarer incompétente. » ;
Considérant qu’il ajoute : « Mais si la Cour devrait retenir sa compétence, elle constatera que ledit recours n’est fondé en aucun de ses moyens.
Sur la légalité de la grève déclenchée le 24 janvier 2012

Dans le recours objet de la présente mesure d’instruction, Madame le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, de la législation et des Droits de l’Homme, Porte-parole du Gouvernement laisse entendre que l’exercice du droit de grève des Magistrats n’est pas encadré par la loi de sorte qu’une grève déclenchée pour offense au corps de la Magistrature est excessive et viole la Constitution.
Aux termes de l’article 31 de la Constitution…, « L’Etat reconnaît et garantit le droit de grève. Tout travailleur peut défendre, dans les conditions prévues par la loi, ses droits et ses intérêts, soit individuellement) soit collectivement ou par l’action syndicale. Le droit de grève s’exerce dans les conditions définies par la présente loi ‘’.
Il résulte de ces dispositions que les travailleurs peuvent, dans le cadre d’une organisation associative et professionnelle, user du droit de grève pour détendre leurs intérêts professionnels matériels ou moraux. La seule limite à l’exercice de ce droit reste le respect du cadre légal.
En cette matière, les normes législatives pertinentes sont celles qui résultent de la Loi n° 2001-09 du 21 juin 2002 portant exercice du droit de grève-en-République du Bénin. L’article 2 qui précise le champ d’application de cette loi énonce : « Les dispositions de la présente loi s’appliquent aux personnels des établissements publics) semi-publics ou privés à l’exception des agents à qui la loi interdit : expressément l’exercice du droit de grève ».
Il se dégage de ces dispositions que tous les personnels civils de l’Etat peuvent user du droit de grève à l’exception de ceux auxquels la loi l’interdit-expressément. Aucune loi n’ayant dénié ce droit aux Magistrats, ceux-ci, dans le cadre de leur association professionnelle, l’Unamab, peuvent en faire usage.
Par ailleurs, l’article 14 de la loi sus-citée dispose : « Sont considérés comme services essentiels ceux relevant de la santé, de la sécurité, de l’énergie, de l’eau, des transports aériens et des télécommunications, exception faite des radios et des télévisions privées ». Il est évident à la lecture de ces dispositions que le secteur de la justice n’est pas un service essentiel.
Donc, en se conformant à la Loi n° 2001-09 du 21 juin 2002 portant exercice du droit de grève en République du Bénin ,les Magistrats ont respecté les exigences de l’ article 31 de la Constitution et Madame le Garde ne saurait tirer prétexte de la jouissance d’un droit constitutionnel pour soutenir une quelconque violation de la Constitution. » ;

Considérant qu’il fait observer :

« Sur la violation des droits des personnes poursuivies

Madame le Garde des Sceaux fait valoir qu’aux termes de l’article 18 alinéa 4 de la Constitution, « Nul ne peut être détenu pendant une durée supérieure à 48 heures que par la décision d’un Magistrat auquel il doit être présenté. Ce délai ne peut être prolongé que dans des cas exceptionnellement prévus par la loi et qui ne peut excéder une période supérieure à huit (08) jours’’ et que l’absence des Magistrats dans les juridictions est préjudiciable à la mise en œuvre de cette exigence-constitutionnelle.
Mais, outre le fait qu’aucun texte ne donne qualité au Garde des Sceaux pour saisir, en lieu et place du citoyen, une juridiction aux fins de faire constater la violation de ses droits, il y a lieu de faire observer que lorsqu’une plainte de violation de droits de la personne humaine est formulée, la Haute Juridiction ne peut y exercer son contrôle en l’absence de l’exposé précis des faits attentatoires aux droits en cause, de l’identité de la ou des - victimes et éventuellement de la preuve du préjudice subi.
En l’espèce, le recours ne mentionne aucun fait précis attentatoire aux droits de la personne humaine, pas plus que l’identité des victimes. Un tel moyen mérite donc rejet.

Sur la violation du droit des personnes détenues et du droit d’accès a la Justice des citoyens

Sur le fondement de l’article 9 du Pacte des Nations Unies relatif aux droits civils et politiques qui stipule en son alinéa 3 que : « Tout individu arrêté ou détenu du chef d’une infraction pénale sera traduit dans le plus court délai devant un juge ou une autre autorité habilitée par la loi à exercer des fonctions judiciaires et devra être jugé dans un délai raisonnable ou libéré ... ‘’, Madame le Garde des Sceaux allègue-que la non tenue successive des audiences est source de violation de cette norme.
Or, les normes relatives aux Droits de l’Homme dont la Haute
Juridiction est chargée de garantir le respect par son contrôle sont celles énoncées dans la Constitution ou qui en font partie intégrante.
Le Pacte des Nations Unies relatif aux droits civils et politiques invoqué par Madame le Garde des Sceaux ne fait pas partie intégrante de la Constitution .... Il en résulte que la Cour ne peut en contrôler la violation.
En ce qui concerne la violation de l’article 7 de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, il convient de faire remarquer que s’il est de la mission des Magistrats de se prononcer sur les causes qui leur sont soumises et ce, dans des délais raisonnables, il est de la responsabilité de l’Exécutif de garantir le fonctionnement régulier des services publics, en l’occurrence celui de la Justice.
En effet, suivant I ‘article 54 de la Constitution, le Chef de l’Etat est le Chef du Gouvernement et il dispose de l’Administration. Le pouvoir de disposition de l’Administration implique le devoir de l’organiser et d’assurer son fonctionnement régulier.
Si l’exercice d’un droit constitutionnel, en l’occurrence le droit de grève, devrait porter atteinte à ce fonctionnement, il est de la responsabilité du Chef de l’Etat et de son Gouvernement de prendre les mesures appropriées pour pallier le- dysfonctionnement.
Ces mesures comprennent, en amont, l’ensemble des moyens propres à éviter ou traiter les revendications pour lesquelles la grève est envisagée et en aval, ceux qui sont de nature à apporter une réponse appropriée auxdites revendications, le tout conformément aux règles qui régissent le droit de grève.
La motion de grève de l’Unamab ayant été notifiée au Garde des Sceaux, il appartenait au gouvernement de prendre mesures destinées à apporter une réponse appropriées aux demandes qui y sont formulées.
En tout état de cause, dès les excuses présentées par Madame le Garde des Sceaux sur les antennes de la télévision nationale, l’Unamab a levé son mot d’ordre de grève.
L’exercice régulier du droit de grève par les Magistrats ne peut donc être analysé en une violation des droits de la personne humaine, en l’occurrence les dispositions de l’article 7 de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.
Par conséquent, l’Unamab sollicite de la Cour le rejet de ce moyen. »
Considérant qu’il affirme :

« Sur la violation de l’article 125 de la constitution

Madame le Garde des Sceaux estime que la grève déclenchée par l’Unamab dont le but essentiel est une injonction faite, d’une part, au Garde des Sceaux de présenter des excuses publiques à la corporation des Magistrats ou à défaut qu’il dépose ses charges et, d’autre part, au Gouvernement de désavouer un Ministre constitue en elle-même une violation.de la Constitution en ce sens que les Magistrats, animateurs principaux du pouvoir judiciaire, ne sauraient, au moyen d’une grève, donner des injonctions au pouvoir exécutif en violation de l’article 125 de la Constitution qui dispose que : « Le pouvoir judiciaire est indépendant du pouvoir législatif et du pouvoir exécutif ».
Le principe de la séparation des pouvoirs signifie que le pouvoir judiciaire n’est ni sous l’autorité du Parlement ni sous celle du Gouvernement. Ainsi, aucun de ces pouvoirs ne doit s’immiscer dans l’activité du pouvoir judiciaire, pas plus que lui-même ne doit s’immiscer dans l’activité des autres pouvoirs.
L’article 125 de la Constitution qui consacre ce principe dispose : « Le pouvoir judiciaire est indépendant du pouvoir législatif et du pouvoir exécutif.
Il est exercé par la Cour suprême, les Cours et Tribunaux créés conformément à la présente Constitution. »
Il s’en dégage que le pouvoir judiciaire est exercé par la Cour Suprême, les Cours et les Tribunaux. Ceux-ci exercent ce pouvoir à travers leurs décisions juridictionnelles. Or, l’Unamab étant une association régie par la loi du 1 er juillet 1901, la motion de grève qu’elle a déposée aux autorités compétentes ne peut être considérée comme un acte juridictionnel, encore moins être assimilée à des injonctions du pouvoir judiciaire faites au Garde des Sceaux et au Gouvernement. Il s’ensuit que ce moyen est inopérant et mérite aussi d’être rejeté. » ; qu’il conclut : « En somme, le Bureau Exécutif de l’Unamab sollicite qu’il plaise à la Haute Juridiction :
- au principal, déclarer irrecevable la requête de Madame le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, de la Législation et des Droits de l’Homme, Porte-parole du Gouvernement ;
- au subsidiaire, se déclarer incompétente ;
- au très subsidiaire, dire que la grève déclenchée le 24 janvier 2012 par l’Unamab n’est pas contraire à la Constitution .... »

Analyse du recours

Considérant qu’il ressort des éléments du dossier que la requête de Madame le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, de la Législation et des Droits de l’Homme, Porte-parole du Gouvernement tend, en réalité, à faire apprécier par la Haute Juridiction, les conditions d’exercice de la grève déclenchée par I ‘Union Nationale des -Magistrats du Bénin le 24 janvier 2012 ; que l’appréciation d’une telle demande relève d’un contrôle de légalité ; que la Cour, juge de la constitutionnalité et non de la légalité ne saurait en connaître ; que dès lors, il y a lieu pour elle, de se déclarer incompétente ;

Décide :

Article 1er : La Cour est incompétente.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à Monsieur le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, de la Législation et des Droits de l’Homme, à Monsieur le Président de l’Union National des Magistrats du Bénin et publiée au Journal Officiel.
Ont siégé à Cotonou, le vingt neuf août deux mille Treize
Monsieur Théodore Holo : Président
Messieurs Zimé Yérima Kora-Yarou : Vice – Président
Simplice. C0. Dato Membre
Bernard D. Degboe Membre
Madame Marcelline .C Gbeha Afouda Membre
Monsieur Akibou Ibrahim G. Membre
Madame Lamatou Nassirou Membre

 
Foot en direct
 
Cité Eden à Glo Djigbé
JPEG - 89.8 ko
 
TOUS LES ARTICLES DU JOUR
  Chute de Blaise Compaoré : la fin précipitée de "Monsieur bons offices"

Blaise Compaoré, le médiateur privilégié des crises en Afrique de l’Ouest, n’a pas résisté au vent de révolte qui a soufflé sur son pays ces derniers jours. Il a démissionné vendredi, (...)
 Blaise Compaoré, l’ex-putschiste renversé

PORTRAIT- Le président du Burkina Faso avait pris le pouvoir par un putsch militaire lors du « jeudi noir » du 15 octobre 1987. Jeudi, c’est lui qui s’est fait détrôner par l’armée (...)
 Manifestation contre la modification de la Constitution : Plusieurs domiciles de leaders du CDP incendiés à Bobo-Dioulasso

La journée du jeudi 30 octobre 2014 restera gravée à jamais dans l’histoire du Burkina Faso. En effet, en colère contre la révision de la constitution qui permettrait à Blaise (...)
 Jeudi noir au Burkina : les manifestants craignent une « trahison » de la part des opposants

Au 3e jour de la désobéissance civile, le peuple burkinabè prend les rênes de sa destinée. L’Assemblée nationale, l’un des symboles forts de la « pseudo-démocratie » tombe, la (...)
 Célestine Zanou sur Océan Fm, le 02 novembre à 09 heures

Célestine Zanou sera l’invitée de l’émission « Cartes sur table » de la radio Océan Fm 88.6Mhz ce dimanche 02 novembre 2014. L’invitée se prononcera sur l’actualité politique (...)
 Vivi l’Internationale inquiète de la tension sociopolitique :« Œuvrons pour que le Bénin ne tombe jamais »

La tension sociopolitique qui pèse, depuis quelques mois, sur le Bénin inquiète l’artiste chanteuse Vivi l’Internationale qui a toujours chanté pour la paix. Vivi l’internationale (...)
 Rendez-vous Culturels du Week-end

Concert « Vieux Farka Touré » à l’fb ce jour Vieux Farka maîtrise la guitare avec aisance, compose et chante en s’inspirant des vieilles cassettes de son père. Il n’hésite pas à (...)
 Migration de l’analogique au numérique:Des experts réfléchissent sur le financement de la transition numérique

Des experts chargés de la communication, des télécommunications et des Tic de l’Uemoa réfléchissent sur le financement de la transition numérique. Réunis à l’hôtel Azalai de Cotonou, (...)
 Rentrée judiciaire 2014-2015 de la Cour suprême:Les juges face à leur mission sacerdotale

Ce jeudi 30 octobre 2014 s’est déroulée au siège de la Cour suprême, à Porto-Novo, l’audience solennelle de la rentrée judiciaire 2014- 2015. La cérémonie a connu la présence du (...)
 Dédoublement voie Sèmè - Porto-Novo / réhabilitation Pont de Porto-Novo:Le blocage des projets préoccupe le député Houndété

Alors que le trafic local sur l’axe routier Sèmè - Porto-Novo s’intensifie considérablement, le gouvernement n’entend trouver aucune solution pour contourner les désagréments (...)
 Après la marche du 29 octobre 2014:Sortie médiatique de l’opposition ce jour

Après la marche du mercredi 29 octobre 2014, la Plateforme de propositions et d’actions des forces démocratiques pour l’organisation des élections en République du Bénin, a décidé (...)
 Insécurité à Ekpê:Un malfrat abattu, deux motos et une Akm retrouvées

Les éléments de la police nationale précisément les Raid et les Bac ont déjoué dans l’après- midi de ce jeudi 30 octobre 2014, un braquage à hauteur de Sékandji. Selon les (...)
 Oncle AGBAWA du 31 Octobre 2014 : A PART CHANTAL COMPAORE ET CHANTAL YAYI, RIEN DE COMMUN !

On vous l’ avait bien dit , à force de prendre le peuple, les syndicats , les opposants , les jeunes pour des moutons ( les femmes sont toutes BEHH ), ils finissent vraiment (...)
 Intégralité du discours du Président du Faso :Blaise Compaoré capitule et appelle au calme

« Peuple du Burkina Faso, chers compatriotes, Il y a des instants dans la vie des peuples et des nations où le silence est plus expressif que la prise de parole. Ces moments (...)
  Can 2015 :Le Maroc campe toujours sur ses positions

Les discussions officieuses vont bon train, mais pour l’heure aucune annonce officielle. Si la confédération africaine de football doit prochainement se prononcer le 2 ou le 3 (...)
  Soulèvement contre la révision de la Constitution:Blaise Compaoré : une série de leçons pour Yayi Boni

Après Blaise Compaoré qui s’est fait tout petit en voulant s’éterniser au pouvoir, à qui le tour ? Sans doute, le Béninois Yayi Boni. S’il ne veut pas quitter avant que le Pouvoir (...)
 Match amical Maroc-Bénin du 13 novembre:La liste de Ollé-Nicolle toujours attendue

A moins de deux semaines du match amical international contre le Maroc (le match se dispute le 13 novembre 2014 à Agadir, ndlr), le sélectionneur national des Ecureuils, Didier (...)
 Soulèvement populaire au Burkina Faso:Le début d’un automne qui interpelle Yayi

Depuis hier jeudi 30 octobre 2014, le peuple burkinabé s’est imposé face au gouvernement de Blaise Compaoré et à l’Assemblée nationale. Après des heures d’émeutes entre populations (...)
 En réaction à la tension sociopolitique:Kamarou Fassassi propose la démission à Yayi sinon, bonjour le Burkina

Au lendemain de la gigantesque marche des forces démocratiques épris de paix et de justice, votre journal s’est rapproché de l’ancien ministre du président Kérékou pour recueillir (...)
 Tractations pour les prochaines échéances électorales au Bénin:L’Union fait la Nation renforce ses bases dans le Couffo

La gare routière d’Azovè dans le département du Couffo, a servi de cadre, le samedi 25 Octobre 2014, à un géant meeting politique de l’Union fait la nation. L’objectif était (...)
 Marche des forces sociales et démocratiques ce mercredi:Plusieurs présidentiables étaient absents

Si la marche effectuée le mercredi 29 octobre 2014, a été une incontestable réussite, elle a montré que beaucoup de prétendants au poste de président de la République préfèrent (...)
  Violents combats devant le palais présidentiel burkinabè:avenir incertain pour le Burkinabè Blaise Compaoré

Ce jeudi 30 octobre au matin, les députés burkinabè devaient examiner le projet de loi portant sur la révision de la Constitution permettant une nouvelle candidature du président (...)
 L’avertissement du peuple à Yayi Boni

Ce mercredi 29 octobre 2014, la marche pacifique annoncée par les forces démocratiques d’obédience sociale et politique éprises de paix et de justice a vécu. Ce fut une marée (...)
 Réactions des marcheurs du 29 octobre 2014

Les leaders politiques voient cette marche comme une délivrance. Dans ces différentes réactions, ils appellent le peuple à poursuivre la marche de la liberté. Candide Azannaï, (...)
 L’alerte vient du Burkina contre Yayi

Le réveil populaire contre la dictature et les manœuvres sournoises pour se maintenir au pouvoir est désormais une réalité en Afrique de l’Ouest. La situation au Burkina Faso depuis (...)
 Non-organisation des élections :Yayi veut se racheter

Après la grande mobilisation des forces démocratiques hier pour exiger l’organisation des élections, les membres du gouvernement ont tenu dans la soirée une rencontre (...)
 Pour faire évoluer les travaux de correction de la Lépi :Un comité mis en place

Face à la tension sociopolitique qui se fait de plus en plus vive à propos de l’organisation des élections communales, municipales et locales, le chef de l’Etat a rencontré, ce (...)
 Dissensions au sein du Cos-Lépi:Basile Ahossi confond Epiphane Quenum

Le député de l’Union fait la nation, Léon Basile Ahossi, apporte une réponse cinglante à son collègue Epiphane Quenum qu’il traite de mercenaire. Au lendemain des récriminations du (...)
 Concours de recrutement à la Police nationale :Voici ce qu’en pensent les Béninois

La libre circulation des personnes et des biens est une réalité instituée dans la Constitution du Bénin. Malheureusement, les hors- la loi n’entendent pas de bonne oreille cette (...)
 Risques d’inondations dans les communes du Mono:Ouèdèmè, Athiémé et Grand-Popo en état d’alerte maximum

La montée des eaux dans les départements du Mono-Couffo n’est pas sans conséquences sur les populations. En 2010, elle leur avait créé de nombreux dégâts. Maisons, champs de mais et (...)
 7ème édition du tournoi de football de l’Uemoa :38 Ecureuils présélectionnés par Alohoutadé

Pas moins de 38 joueurs, présélectionnés pour prendre part à la 7è édition du tournoi de football de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) prévue du 22 au 29 novembre (...)
 Arts plastiques béninois :Kifouli Dossou, premier prix pour l’art contemporain africain

Pour son œuvre à la fois colorée, contemporaine et bercée dans la tradition Guélédé, l’artiste béninois Kifouli Dossou a remporté le premier prix Orisha pour l’art contemporain (...)
 En fin de mandature douloureuse:Yayi Boni s’embrouille

Le président de la République fait face aux réalités de fin de mandature. A la faveur d’une rencontre à Sèmè-Podji, le chef de l’Exécutif, Yayi Boni, en se prononçant sur (...)
 Réunion préparatoire du festival Ecofest:Arts et cultures au sein de la Cedeao au centre des échanges

Les experts culturels et les cadres de la Commission de la Cedeao se sont retrouvés à Azalaï hotel de la plage à Cotonou, pour réfléchir sur la conception et à l’organisation du (...)
 Droits des femmes africaines:Wildaf-Bénin s’affaire pour l’adoption d’un cadre multisectoriel

Comment promouvoir et appuyer l’adoption et l’utilisation d’une approche multisectorielle pour les droits des femmes au niveau national ? Telle est la problématique autour de (...)
 Célébration de la 69è journée du Système des Nations-Unies:L’Onu toujours préoccupée par la paix dans le monde

A l’occasion de la célébration de leur 69è anniversaire, la représentation nationale du Système des Nations-Unies, a organisé une journée d’échanges,au Palais des congrès, à Cotonou, (...)
 1ère édition des Trophées Afrima au Nigeria : La musique africaine célébrée du 4 au 9 novembre

Le Nigeria accueille du 4 au 9 novembre prochain, la 1ère édition des Trophées Afrima. Un évènement qui célébrera les acteurs du domaine musical du continent africain. Au programme, (...)
 Meilleurs articles sur l’eau, l’hygiène et l’assainissement:Les productions du journaliste Tossounon reconnues

Mardi 28 octobre 2014, Azalaï Hotel a servi de cadre à la cérémonie de lancement du Recueil de meilleurs articles sur l’eau, l’hygiène et assainissement. C’était sous parrainage du (...)
 Atacora / Société:Un instituteur retrouvé mort à Natitingou

Tchamoga Séidou, instituteur en poste à l’école primaire publique de Perma groupe B, âgé d’environ 50 ans, a été retrouvé mort, mardi 28 octobre 2014, dans une chambre verrouillée de (...)
 Classement Doing Business 2015:Le Bénin progresse de 23 rangs

La 12ème édition du rapport Doing business 2015 a livré son verdict. Tout comme le Tadjikistan, le Togo, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, Trinité-et-Tobago, la République démocratique (...)
0 | 40 | 80 | 120 | 160 | 200 | 240 | 280 | 320 | ... | 9840
 
 
 
 
Logo or Bleu
Prix panafricain pour la préservation de l'eau organisé par le cabinet
Eau Afrique.
De nombreux prix à gagner.
Je participe au concours Or bleu 2014
sur
www.eauafrique.com

 
 
 
 
 
 
Africa time
 
 
 
 
 
Humour matinale
Crise de confiance dans le couple

Une femme est convaincue que son mari couche avec la fille de ménage. Un week-end elle donne congé à cette dernière sans informer son mari. Cette nuit au lit le mari dit : "excuse-moi chérie j’ai des maux de ventre " et il part aux toilettes. La femme entre dans la chambre de la fille se glisse dans le lit et éteint la lumière. Il vient en silence sans perdre de temps ils commencèrent à faire l’amour.
Après avoir fini, la femme s’écria :" surement que tu ne t’attendais pas à me voir n’est ce pas ?" et elle alluma la lumière.
"non....madame" rebondi le gardien..


Tu connais Platon ?

Deux amis discutent. Yao demande à Konan, tu connais Platon ? Non !, répond Konan. Et Rousseau ? Non ! Et Victor Hugo ? Non ! Eh bèh, tu devrais faire des cours du soir comme moi. Alors Konan lui demande : Et toi, tu connais Séry Paul ? Non !, répond Yao ! Eh bèh, tu devrais rester à la maison comme moi car Séry Paul, c’est celui qui sort avec ta femme quand tu vas au cours du soir !

Source : facebook


 
 
 
 
 
 

Logo GlobalServiceplus

Globalservice immo

 
INTERNET HAUT DEBIT A 10.000 FCFA / MOIS

l’Internet haut debit de OTI TELECOMS est maintenant disponible dans votre cité

Pour un abonnement mensuel de 10.000 CFA TTC, vous avez le wifi illimité a la maison, aux horaires suivants :

  1. du lundi au vendredi : 20h a 8h ;
  2. samedi et dimanche : 24h/24.

Pour toutes informations ou pour connaitre les autres formules d’abonnement, veuillez nous contacter au : 21.36.56.56

http://www.otitelecom.com

 
Moov
 
 
Nom:
Adresse mail:
 
PETITES ANNONCES ET BONNES AFFAIRES
 
Parcelle bâtie à vendre à Ste-Rita
 
 
Parcelle avec Titre Foncier dans la ZOPAH : 11.000.000 FCFA
 
 
Maison à vendre : urgent
 
 
Inauguration de la clinique du succès le samedi 12 septembre à 10h
 
 
Contribution de BOKONON KANSO pour l’avènement de la paix et du bonheur dans votre vie
 
 
COACHNG SCOLAIRE : Comprendre et résoudre les difficultés scolaires - votre enfant peut être premier de sa classe
 
 
Comment Etre, Faire et Avoir tout ce que vous voulez sur cette terre ?
 
 
Immobilier : à vendre à Glo-Ananvié - 1/2 ha à 3 millions FCFA
 
 
Immobiler - Une villa en construction à vendre à Calavi ZOPA à 35 millions de FCFA
 
 
Livraison de légumes frais à domicile
 
 
TCHAKPALO et ADOYO D’ORIGINE : Pour vos réceptions, vos week-ends à la plage ; Pour étancher la soif de votre clientèle, restaurateurs
 
 
TOUTES LES ALERTES ANNONCES
 
Lire les articles de nos confrères
Clinique du succès
 
LE BENIN EN MARCHE
TOUS LES ARTICLES LE BENIN EN MARCHE
ILOUBENIN - IMMO
Comment Etre, Faire et Avoir tout ce que vous voulez sur cette terre ?
JPEG - 48.4 ko
LES ARTICLES LES PLUS LUS
Soulèvement contre la révision de la Constitution:Blaise Compaoré : une série de leçons pour Yayi Boni
Intégralité du discours du Président du Faso :Blaise Compaoré capitule et appelle au calme
En réaction à la tension sociopolitique:Kamarou Fassassi propose la démission à Yayi sinon, bonjour le Burkina
Oncle AGBAWA du 31 Octobre 2014 : A PART CHANTAL COMPAORE ET CHANTAL YAYI, RIEN DE COMMUN !
Après la marche du 29 octobre 2014:Sortie médiatique de l’opposition ce jour
Violents combats devant le palais présidentiel burkinabè:avenir incertain pour le Burkinabè Blaise Compaoré
L’alerte vient du Burkina contre Yayi
L’avertissement du peuple à Yayi Boni
Marche des forces sociales et démocratiques ce mercredi:Plusieurs présidentiables étaient absents
Réactions des marcheurs du 29 octobre 2014
ARTICLES DE NOS CONFRERES
28 octobre Ordre des Avocats du Bénin:Communiqué de presse -
 
28 octobre Icc Services et consorts : la chambre d’accusation ordonne la libération du Pg Amoussou -
 
28 octobre Ouverture ce jour de la Session parlementaire : La 6ème mandature dans son dernier acte budgétaire -
 
28 octobre Rebondissement dans le vol de 2.042 balles de coton au Bénin : 18 cadres gardés à vue -
 
27 octobre Braquage à Abomey-Calavi : 140 millions et deux armes de guerre emportés par les malfrats -
 
Lire les articles de nos confrères
 
EVEIL ET EPANOUISSEMENT DES ENFANTS

COACH MICHELINE ADJOVI
Directrice Garderie les Petits Anges

La Coach Micheline Adjovi est la Directrice de la Garderie Les Petits Anges depuis 2012. Elle donne aux jeunes parents des conseils et astuces pour éduquer et prendre soin des enfants, de la naissance jusqu'à l'adolescence.
Pour toute question sur vos Bébés et vos jeunes enfants, la Coach Micheline vous écoute et vous conseille

Contacts :
Tél. +229. 90 92 04 04 / 94 45 37 37 / 96 68 13 30
Email : garderielespetitsanges@hotmail.fr
Site web : http://www.micheline-adjovi.com

Cliquez sur ce formulaire pour communiquer avec Micheline Adjovi

 
LES ARTICLES DE NOS LECTEURS
Faites votre journal ici
Où est l’Afrique ?
David et Goliath !
Désolé, les filles… !
La bonne gouvernance, une nécessité pour le développement
L’Odyssée : Comment le margouillat perdit la parole (suite 2)
L’Odyssée : La 2nde épouse ou la nymphe des eaux (Suite 2)
QUELLE RACAILLE S’ILLUSIONNE D’EMPERCHER MME ZANOU DE PARLER ?
Humeur : Tristesse !
Opinion : Un demi-siècle après, l’Union africaine au milieu du gué !
Opinion :« Djakpata » dans ses connotations
 
FAITS DIVERS D'ICI ET D'AILLEURS
Afrique du Sud :Le capitaine de la sélection abattu
Cet homme a coupé son pénis : il explique pourquoi…
Une jeune femme publie la photo de son agresseur sexuel sur Twitter
Abandonné par sa maîtresse, il décide de la tuer
Arrestation d’un ressortissant ivoirien soupçonné de paiements frauduleux
Dame Agossi lutte contre la mort suite à une bagarre entre coépouse
LIRE ICI TOUS LES FAITS DIVERS
 
Un Monde Libre PROJET SYNDICATE
En finir avec la course à l’armement financier
TOUS LES ARTICLES PROJET SYNDICATE
 
Un Monde Libre UN MONDE LIBRE
Afrique : l’endettement est-il soutenable ?
Coupe du monde au Brésil : la joie et le fardeau
La démocratie au bout du canon : une approche crédible pour l’Afrique ?
Communales au Bénin : la démocratie menacée !
La France rafraîchit son armée africaine
L’Afrique a besoin de compétences professionnelles et techniques
TOUS LES ARTICLES UN MONDE LIBRE
 
  TOP SECRET
Son étoile brille
TOP SECRET:Silence
TOP SECRET:Le Patron s’est fâché
TOP SECRET:Toujours distant
Sous revue
TOUS LES ARTICLES TOP SECRET
 
Coach Lydie DESSOU

COACH

LYDIE

DESSOU

- Votre couple bat de l'aile ?
- Vous rencontrez des problèmes dans votre couple et avez bésoin d'aide pour les surmonter ?
- Vous désirez construire votre couple sur des bases solides ?
- Vos relations de couple ne durent jamais assez longtemps pour aboutir au mariage ?
- Vous ne savez comment rencontrer enfin l'âme soeur ?
Sachez que je peux vous aider. J'ai réussi à créer l'harmonie dans mon couple et je peux vous aider à faire de même.
Voici mes contacts :
Tél. +229.93 80 20 08
Email : deslili@yahoo.fr
consultation
Mardi 10h -13h
vendredi 16h-20h
samedi 8h-13h
Lieu : carrefour de la réussite : Rue avant HECM Jéricho en venant de Gbedjromédé, Maison à trois étage à votre droite, 3èm palier, Locaux FIAD.
Cours de séduction - INTIMA : tous les Lundi 19h à 21h
Cliquez sur ce formulaire pour m'envoyer votre message personnel
Intima
Vous méritez d'être Heureux en Amour

 
 
  VOS PETITES ANNONCES
LES SERVICES DE GLOBAL SERVICES PLUS
Parcelle bâtie à vendre à Ste-Rita
Parcelle avec Titre Foncier dans la ZOPAH : 11.000.000 FCFA
Maison bâtie à vendre : urgent
Inauguration de la clinique du succès le samedi 12 septembre à 10h
COACHNG SCOLAIRE : Comprendre et résoudre les difficultés scolaires - votre enfant peut être premier de sa classe
TOUTES LES PETITES ANNONCES
 
  ACTUALITE AFRICAINE
Manifestation contre la modification de la Constitution : Plusieurs domiciles de leaders du CDP incendiés à Bobo-Dioulasso
Jeudi noir au Burkina : les manifestants craignent une « trahison » de la part des opposants
Athlé-Justice :Cinq ans ferme pour Pistorius
Indépendance énergétique au Niger:Le rêve du président Issoufou Mahamadou prend corps
Athlé:Le procès de Pistorius a repris
Dix choses que vous ne savez pas sur l’origine des noms des pays africains
Une servante ivoirienne poussée du 6e étage d’un immeuble par son patron libanais pour avoir réclamé son salaire.
Ebola : une volontaire française de MSF infectée au Liberia
Croissance économique en Afrique : Les chefs d’entreprise africains confiants dans l’économie du continent
Athlé-Justice:Oscar Pistorius ne « peut pas y échapper »
Crash d’avion au Mali : Une enquête complexe, "aucun corps intègre"
Burundi : Amnesty dénonce l’intimidation des adversaires du pouvoir
Niger : Lancement du recensement électoral biométrique
Afrique : Le Cameroun, nouvelle cible de Boko Haram
Togo:Les binationaux peuvent désormais rentrer sans visa
TOUTE L'ACTUALITE AFRICAINE
 
  SEDUCTIONS MATINALES
Découvrez la position sexuelle la plus adaptée pour ne pas avoir mal au dos
Les trois conseils de Clara Morgane pour pimenter votre vie sexuelle !
Beauté:Comment choisir le bon sac à main ?
Sénégal : Faire l’amour en public, tendance sénégalaise du moment
Les 10 actions bénéfiques de l’amour sur votre santé
Les 9 types de femmes à éviter absolument
TOUS LES ARTICLES SEDUCTIONS MATINALES
 
  DEVELOPPEMENT PERSONNEL
Comment Etre, Faire et Avoir tout ce que vous voulez sur cette terre ?
Le secret de la réussite : se mentir à soi même
TOUS LES ARTICLES DEV PERSO
 

 
 
 
QUOTIDIEN LE MATINAL
Politique
Société
Economie
Sport
Santé
Art & Culture
Top Secret
Editorial
Brèves Nationales
 
PARTENAIRES ET AUTRES
Un Monde Libre
Projet Syndicate
Destination Santé
Common Ground News Service
Actu Afrique
International
Articles de la presse béninoise
Développement personnel
ANNUAIRE WEB
Auto/Moto
Rencontres
Immobilier
Cuisine
Tourisme
Emploi
Achat / Vente
Aéronuatique
Marine
Tout l'annuaire
SERVICES ACTUBENIN
Développement personnel
La boutique Actubenin
       
Copyrights 2007- 2012 - Tél : +229.21 31 49 20 - - E-mail : infodumatinal@yahoo.fr - -