Accueil > Lu sur les réseaux sociaux >

Bénin : Quand l’occultisme s’invite dans la destitution des maires

Le virus de la destitution en vogue depuis quelques mois sous le nouveau départ semble désormais avoir trouvé un remède. Et la panacée n’est rien d’autre que le BÔ. L’occultisme s’invite en réalité dans le processus de destitution des maires et constitue désormais un obstacle de taille. Le premier conseil communal qui semble avoir expérimenté le remède est la commune de Glazoué. En effet, il y a quelques semaines, les conseillers de cette commune s’étaient réunis pour un vote de défiance.

Mais le jour J, le maire a été maintenu à son poste après un vote au cours duquel 11 conseillers sur 15, lui ont retiré leur confiance. La commune de Djidja semble visiblement être la deuxième, à expérimenter cette pratique. Lundi 28 Novembre dernier, les 15 conseillers ont effectivement répondu présents à lappel du préfet Firmin Kouton. Mais bizarrement, la séance de désignation du remplaçant du maire déchu Placide Avimadjènon a été reportée à une date ultérieure par le préfet. Le motif de ce report paraît bien banal. Car, pour une séance aussi importante que celle-là, il s’est fait que trois des conseillers n’étaient pas porteurs de leur carte nationale didentité, un document pourtant capital pour ce processus. Le comble qui prouve même que l’occultisme a atteint son paroxysme a été observé hier à Ouidah. En effet, dans la cité des Kpassè, la réunion de crise qui se tenait entre les conseillers dissidents et le maire Sévérin Adjovi s’est achevée à queue de poisson. Et pour cause, en pleine réunion, un gros lézard sorti de nulle part a commencé par courir sous les sièges de certains conseillers, semant du coup la débandade dans la salle. Chose curieuse, après quelques minutes, le lézard a disparu de la salle comme il avait surgi. Dans dautres communes comme Bohicon, Savalou, Tori-Bossito, Zagnanado, etc,… plusieurs conseillers tentent en vain de destituer leur maire. Autrement dit, les forces occultes seront donc très sollicitées.

Par : Is-Deen O. TIDJANI/ 30 novembre 2016

PLUS D'ARTICLES