Accueil > Politique >

Bilan d’étape sur le déguerpissement à Cotonou:L’Exécutif donne de nouvelles consignes

Une rencontre entre le ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique, Sacca Lafia et les forces de sécurité publique a permis au préfet du Littoral, Modeste Toboula, de faire le point sur l’activité de libération des espaces publics. En approuvant ce compte rendu d’étape, lundi 9 janvier 2017, dans la salle de conférence du ministère de l’Intérieur, le ministre Sacca Lafia a donné de nouvelles orientations.

Le préfet du Littoral, Modeste Toboula, maître d’œuvre de l’opération de libération des espaces publics à Cotonou a fait un compte rendu d’étape aux autorités ministérielles. Sacca Lafia de l’Intérieur en l’absence de son collègue du cadre de vie et du développement durable, José Tonato, a pris acte du point partiel sur le déguerpissement à Cotonou. De l’historique de cette mesure aux actions déclenchées en décembre 2016 et accrues à partir du 4 janvier 2017, le préfet Toboula a exposé la situation. Nombre de terre-pleins centraux et de grandes artères ont été libérés, de même que des hangars et autres infrastructures illégalement érigés sur le domaine public. Des quatre missions effectuées sur le terrain, une est dénommée spéciale parce que demandant aux vendeurs d’essence frelatée de se tenir loin des emprises publiques. « Entre le 4 et le 9 janvier, les populations ont volontairement mis la main à la pâte et ont réalisé environ 80% de travaux de libération des espaces publics », s’est réjoui le préfet Toboula. Toutefois, il a noté des difficultés liées à la rétraction des élus municipaux de Cotonou dont le maire Léhady Soglo. Le préfet a été félicité par Sacca Lafia qui l’a instruit au même titre que les hommes en uniforme, notamment les commissaires d’arrondissement, de poursuivre l’œuvre tout en veillant à ce qu’il n’y ait pas de « recolonisation des espaces libérés par les vendeurs de chaussures, d’essence, d’oignon, de viande etc. ». Sacca Lafia rencontrera Léhady Soglo pour le faire adhérer au projet.

Jean-Claude Kouagou

PLUS D'ARTICLES