Accueil > Sport >

Bref parcours de Théophile Montcho

La défaite de Théophile Montcho le 28 décembre 2016 pour briguer un quatrième mandat à la tête de la Fédération béninoise d’athlétisme marquait son retrait de la vie sportive mais aussi en fin de compte, l’épilogue de son parcours sur terre. L’homme a fait ses classes au sein de cette association dont il a été le secrétaire général de 1987 à 2001 avant de prendre la présidence par la suite pour 16 ans.

Un record absolu. Entre-temps, Théophile Montcho se fait élire vice-président de la Confédération africaine d’athlétisme. Et c’est à ce titre qu’il permet au Bénin d’abriter les championnats d’Afrique séniors de la discipline en 2012. Des fonctions qu’il a cumulées le temps de 14 mois avec celles de ministre de la culture, des sports et des loisirs dans le premier gouvernement de Yayi Boni, entre avril 2006 et juin 2007. Inoubliable dans le monde du sport, Théophile Montcho laisse aussi des traces indélébiles dans la vie politique de son pays. Elu député à l’Assemblée nationale lors de la prestigieuse première mandature de l’ère du renouveau démocratique au Bénin entre 1991 et 1995, il reste une figure marquante du Parti social-démocrate. Cet ingénieur de formation originaire de Possotomè dans le département du Mono a été longtemps secrétaire général du parti. Il y a un peu plus d’un an, il échoue à prendre la tête du Psd face à Emmanuel Golou. Malgré ce relatif échec, il garde une place de choix au sein de l’Union fait la nation (Un), première force politique d’opposition sous Yayi Boni. Son dernier fait d’arme en politique fut sa présence au sein de la commission Djogbénou, installée par Patrice Talon les premières semaines suivant son arrivée au pouvoir pour proposer une nouvelle constitution. Malheureusement, il ne sera pas là pour savoir le sort qui sera réservé au rapport de ladite commission.

Abib Ishola Arouna

PLUS D'ARTICLES