Accueil > Art et culture >

Célébration de la fête des mères:L’archidiocèse de Parakou en réflexion

"Le dessein de Dieu pour la femme", c’est le thème d’une conférence-débats animée vendredi 26 mai 2017 au centre Guy Riobé de Parakou. Le but de cette rencontre organisée par la commission diocésaine des familles et des laïcs de l’archidiocèse de Parakou dans le cadre de la fête des mères, est d’inviter les hommes à aider les femmes à bien accomplir leur mission de mère.

Dans sa communication introductive le père Edgard Dénis Vigan a précisé que Dieu est auteur de la vie et il a choisi la femme pour l’aider à promouvoir cette vie. Selon lui, la femme est dite temple de Dieu. Car, poursuit-il, après avoir soufflé la vie à l’être humain, c’est à la femme que Dieu a confié la grande et délicate mission de la garder en son sein durant neuf mois. Il a souligné que c’est cela le premier élément de l’objet du contrat entre Dieu et la femme. Le père Vigan a aussi fait savoir que Dieu dans son dessein pour la femme, l’a créée alors physiquement et moralement douce, tendre et humble. Pour le prête, la femme devient violente parfois méchante et désespérée suite aux difficultés de la vie, les blessures intérieures déformant souvent son identité. Aussi a-t-il invité les hommes au respect mais surtout à aider les femmes à bien accomplir leur mission de mère. « Toute femme de par son identité est mère. En tant que Porteuse et protectrice, faire du mal à cette dernière, c’est faire du mal à toute la société et par ricochet à Dieu », a dit le responsable de la commission diocésaine pour la pastorale familiale et des laïcs. Il exhorte chacun à une prise de conscience pour éviter des dérapages liés aux méthodes contraceptives et au fléau d’avortement qui minent la société béninoise surtout celle de Parakou en particulier. C’est en faisant allusion à la découverte récente du corps sans vie d’une femme derrière le Ceg Hubert Maga, suite à une tentative d’avortement que l’orateur a fait cette révélation. Son souhait est de travailler davantage pour que la vie soit sauvegardée et que les femmes soient aimées pour donner la vie, mais surtout la vie qui n’aura pas de fin. Urbain Houédégnon, membre de cette commission diocésaine des familles a quant à lui, déclaré que la femme est la coordinatrice de tous les ministères tels que celui de l’éducation et de la santé, et que seule sa bonne humeur assure l’épanouissement de la famille. Les couples présents à cette conférence sont tombés d’accord à œuvrer aux côtés des hommes des médias pour une sensibilisation de prise de conscience collective.

Alexis Ogoubi (Stag)

PLUS D'ARTICLES