Accueil > Politique >

Feuilleton Léhady Soglo :La Police convoque 15 personnes (Les conseillers frondeurs face à la presse ce jour)

L’actualité cette semaine reste dominée par la situation qui prévaut à la mairie de Cotonou. Après la révocation du maire Léhady Soglo, mercredi en Conseil des ministres, 15 personnes dont un élu et des cadres de la mairie de Cotonou sont attendues devant la Police ce vendredi pour donner leur version des faits reprochés à l’ex-maire. C’est l’information qui nous est parvenue de sources policières, hier.

Cette convocation de 15 personnes devant la Direction des affaires économiques et financières (ex Brigade économique et financière) entre dans le cadre de l’enquête en cours au sujet des malversions qui ont fait partir Léhady Soglo de la tête de la mairie de Cotonou. Les personnes convoquées seront interrogées sur la base des accusations qui pèsent sur Léhady Soglo ; car, il n’est pas forcément le seul à avoir été responsable des faits à lui reprochés. L’enquête, selon nos sources, permettra de situer les responsabilités et de faciliter la tâche à la justice. Les 15 personnes seront-elles gardées à la Police, en cas d’insuffisance d’informations ? Difficile de le dire. Mais il faut souligner que la Police a le pouvoir de garder les intéressés ou une partie pour des raisons d’enquête. Cela ne voudra pas dire qu’ils sont déjà condamnés ou coupables. Seul le juge pourra dire qui a tort ou qui est blanc. Le travail de la Police se situe encore à l’étape des enquêtes préliminaires.
Pour le moment, nous n’avons pas la liste totale des personnes convoquées. Mais dans les coulisses, on cite le nom du deuxième adjoint au maire de Cotonou, du Secrétaire Général de la mairie, du Receveur qui a demandé l’autorisation pour incinérer les valeurs inactives non placées et tous ceux qui interviennent dans la chaîne de passation des marchés publics à la mairie de Cotonou. On apprend qu’en dehors d’eux, la Police peut toujours interpeller toutes personnes impliquées pour besoin d’enquête.

La mairie tremble

Depuis l’audition, jusqu’à la révocation en passant par la suspension, la peur semble avoir gagné l’administration de la mairie de Cotonou. Plus personne n’est tranquille, à part quelques-uns qui, depuis des années, se sentent lésés à cause des discriminations faites dans les positionnements. Sinon, tous les cadres de l’administration Soglo paniquent ; car, apprend-on, l’enquête n’épargnera personne. Mieux, elle ne concernera pas que la période de gestion de Léhady Soglo. La convocation du premier lot de 15 personnes sonne déjà comme une mauvaise nouvelle dans l’administration de la mairie de Cotonou.

Le nouveau maire normalement élu le 16 août

Au terme de l’alinéa 2 de l’article 60, de la loi 97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des Communes en République du Bénin, « le délai de ce remplacement ne peut excéder les quinze (15) jours prévus à l’article 43 ci-dessus pour l’élection du nouveau maire, sauf les cas de suspension ou de révocation qui sont soumis aux délais contentieux ». Dans le cas précis, on n’a pas connaissance d’un contentieux juridique né de la révocation intervenue mercredi dernier. Peut-être que cela viendra ; et dans ce cas, Isidore Gnonlonfoun, maire par intérim continuera de gérer jusqu’à l’élection d’un nouveau maire. Il faut préciser qu’il est autorisé par la loi à exercer la plénitude des pouvoirs du maire. Mais l’indisponibilité de l’autorité préfectorale peut faire trainer l’élection au-delà du délai prescrit.

Les conseillers frondeurs parlent ce jour

Face à la presse cet après-midi, les 19 conseillers municipaux de la ville de Cotonou qui désapprouvaient les méthodes du maire Léhady Soglo vont revenir sur les raisons de leurs dénonciations et rassurer les populations de Cotonou, en ce qui concerne la suite des évènements. Il y a quelques mois, ces conseillers avaient donné de la voix dans la même salle qu’ils occuperont ce jour pour dénoncer la mauvaise gestion qui se fait à la tête de la municipalité de Cotonou. Avec à leur tête, l’ancien député Ali Camarou, très populaire dans la 15è circonscription électorale, ces frondeurs avaient énuméré les faits qui ont fait l’objet de questionnaire adressé par le préfet au maire Léhady Soglo lors de l’audition. Très heureux d’avoir été écoutés, ils comptent travailler pour l’élection d’un maire qui va mieux gérer Cotonou. Ils sont élus sur les listes Union fait la Nation, Prd et Fcbe
« Cotonou va enfin connaître son décollage. Cette ville est enfin délivrée et nous invitons les populations pour lesquelles nous menons ce combat à nous faire confiance », a confié un des conseillers joint hier nuit au téléphone.

Félicien Fangnon

PLUS D'ARTICLES