Accueil > Art et culture >

Incendie au Musée historique d’Abomey:13 stands entièrement consumés

Aux environs d’1h du matin, mardi 29 août 2017, un incendie s’est déclaré dans la cour intérieure du Musée historique d’Abomey faisant d’importants dégâts.
L’incendie d’origine électrique n’a laissé aucune chance aux artisans notamment les teinturiers. Parti de l’atelier des teinturiers, le feu dévastateur a tout consumé sur son passage.

Les huit hangars au sein du musée et qui faisait office d’atelier de travail ont été complètement réduits en cendres. C’est du moins le témoignage de l’un des artisans sinistrés. Les bijoutiers sont également atteints, de même que leurs commandes non encore livrées. Mais grâce à la promptitude des sapeurs-pompiers, et des premiers secouristes qui ont pu finalement maîtriser le feu, l’atelier des tisserands a été sauvé de justesse. Interrogé, Simplice Hangbé, l’un des gardiens des lieux, a retracé le film du sinistre. « On était là vers 1h du matin quand on a entendu une détonation venant de l’atelier des teinturiers. En même temps, toutes les lampes se sont éteintes, plongeant toute la maison dans le noir avec un dégagement de fumée. Malgré nos assauts sur le brasier, on n’a pas pu maîtriser le feu. Il a fallu l’intervention musclée des soldats du feu pour venir à bout des flammes qui ne cessaient de monter », a-t-il raconté. Face à ce désastre, les artisans désemparés, ne savent plus à quel Saint se vouer. « On ne sait pas comment s’expliquer au regard de tous les problèmes qui nous attendent. N’ayant pas les moyens, nous avons fait des prêts dans l’intention de rentabiliser pendant les vacances qui constituent une période prospère. Mais malheureusement, ces vacances n’ont pas été prometteuses. A la mévente s’ajoute cet incendie. Vraiment, je ne suis pas dans ma peau avec ce qui vient de se passer », s’est lamenté Alphonse Ahouado, artisan tisserand au musée, en invitant les pouvoirs publics et les personnes de bonne volonté à leur venir en aide. En attendant de connaître les circonstances exactes de l’incendie pour situer les responsabilités, le gestionnaire s’empresse de justifier l’origine du drame. A l’en croire, c’est un court-circuit qui serait à l’origine de l’incendie. « En dehors des ateliers des artisans en feu, le musée, avec les collections, sont intactes », a précisé le gestionnaire.

Zéphirin Toasségnitché
(Br Zou-Collines)

PLUS D'ARTICLES