Accueil > Destination Santé >

Lutte contre les fistules obstétricales dans le Septentrion:Claudine Talon soutient la réinsertion des femmes opérées

La Fondation Claudine Talon multiplie ses actions humanitaires au profit des femmes victimes de fistules obstétricales. Le vendredi 4 août 2017, elle était à l’hôpital St Jean de Dieu de Tanguiéta pour la 3ème fois consécutive aux chevets d’autres femmes atteintes de fistule obstétricale avec des bras chargés de dons. Un plan d’affaires a été monté pour chaque femme.

Créer les conditions nécessaires pour améliorer au maximum la situation sanitaire et sociale des femmes béninoises, de sorte qu’elles puissent vivre longtemps, faire le choix quand elles souhaitent, de construire des familles solides et en bonne santé. Très engagée dans cette mission qu’elle s’est assignée à travers sa fondation, la première dame du Bénin, Claudine Talon, a dépêché une énième mission de générosité au profit des femmes victimes de fistules obstétricales. A cette occasion, outre la réinsertion socio-économique des femmes guéries de fistule obstétricale, la Fondation Claudine Talon a distribué à toutes les femmes malades venues de plusieurs pays de la sous-région, des kits contenant des tissus, des savons, du nécessaire pour l’hygiène corporel et du matériel de couchage. En procédant à la remise de ces kits, la Représentante de la Présidente de la Fondation Claudine Talon a situé le cadre dans lequel l’action est menée. Selon Pounami Doko Toko, cette action marque la suite logique d’un processus dans lequel la Fondation Claudine Talon s’est engagée. Pour elle, il s’agit de contribuer à l’amélioration de la prise en charge de la fistule obstétricale au Bénin. Elle a aussi fait noter que la fistule obstétricale est une maladie honteuse qui survient suite à un accouchement long et difficile avant d’indiquer que le but de cette action de la Fondation Claudine Talon est de redonner espoir de vivre à ces femmes marginalisées et les sortir de leur isolement socio-économique. Pounami Doko-Toko a également précisé que la Fondation Claudine Talon a décidé d’assurer la réinsertion socio-économique des femmes guéries de la fistule obstétricale. Déjà, deux missions successives ont été déjà organisées par la Fondation Claudine Talon dans le cadre de la prise en charge des fistules obstétricales dans cet hôpital de référence. La première mission faite en avril 2017, a-t-elle dit, est une mission de prospection qui a permis de faire le bilan de la prise en charge des femmes opérées de la fistule obstétricale avec tous les acteurs impliqués dans cette pathologie. La seconde faite en juin dernier a permis de distribuer des tissus, des savons et du nécessaire pour l’hygiène corporel à toutes les femmes prises en charge. Ensuite, des plans d’affaires ont été réalisés dans l’optique d’une réinsertion socio-économique de ces femmes. Pounami Doko-Toko a également indiqué qu’au cours de ladite mission, 39 femmes venant respectivement du Bénin, du Nigeria et du Burkina Faso ont bénéficié de ces kits. Elle a, par ailleurs, rassuré que la Fondation Claudine Talon manifeste le désir de soutenir ces femmes en vue de leur épanouissement socio-économique par des activités génératrices de revenus. La représentante de la Fondation Claudine Talon a exhorté tous les acteurs impliqués dans la prise en charge de ces femmes vulnérables, à travailler pour leur prise charge globale et efficace.

La gratitude des autorités

Le préfet du département de l’Atacora a fait savoir qu’il faut avoir du cœur pour accepter braver plus de 660 km dans le seul souci de poser un sourire sur des visages désespérés. Dèrè Lydie Chabi Nah a aussi indiqué que selon les données de l’Organisation mondiale de la santé, chaque année dans le monde, 50 000 à 100 000 femmes présentent une fistule obstétricale avec plus de deux millions de jeunes femmes vivant avec des cas non traités en Asie et en Afrique subsaharienne. Selon elle, le regard d’amour posé sur les pensionnaires de ce centre témoigne le degré d’humanisme qui a toujours caractérisé la première dame du Bénin. Hervé Tissègueh, représentant le Directeur départemental en charge de la famille de l’Atacora-Donga a, quant à lui, fait remarquer que le domaine du social est un vaste champ que l’Etat, à lui seul, ne peut satisfaire les multiples sollicitations des victimes de fistules obstétricales. Heureusement, s’est-il réjoui, il y a des gens, des partenaires qui ont du cœur et investissent dans le social. Frère Michel Ezion et Frère Florent Pruili, respectivement Directeur administratif et Directeur médical de l’hôpital St Jean de Dieu de Tanguiéta ont, tour à tour, dit leurs reconnaissances à la première dame du Bénin, Claudine Talon qui, selon eux, honore sans faille son engagement très ferme à l’endroit de ces femmes. Il en est de même pour le Médecin coordonnateur de la zone sanitaire de Tanguiéta, Matéri et Cobly, représentant le Directeur départemental de la santé de l’Atacora, Dieudonné Wenceslas Amalin qui a remercié la première dame et toute l’équipe de sa Fondation pour avoir su choisir d’accompagner les femmes atteintes de fistules obstétricales dans leur réinsertion socio-économique.

Hervé M. Yotto (Br Borgou-Alibori)

PLUS D'ARTICLES