ACCUEIL POLITIQUE SOCIETE SPORT FAITS DIVERS ART & CULTURE AFRIQUE SANTE ECONOMIE
 
  ANNONCES GLOBALSERVICE IMMO
   
AVIS DE RECRUTEMENT URGENT
   
Global Service Plus a 12 ans et devient Global Service (...)
   
RECRUTEMENT A L’Ecole Supérieure Multinationale des (...)
   
SORTIR DU CHÔMAGE AUJOURD’HUI MÊME !!!
   
Recrutement urgent de 30 Commerciaux à la Fondation (...)
   
Opération 0 chomâge et Entreprenariat Réussi pour tous au (...)
   

 
Modernisation des villes du Bénin:Parakou entame sa toilette

L’opération d’assainissement de la ville de Parakou entamée par l’équipe du maire Charles Toko connaît des avancées notables. Après la délocalisation des auto-gares, le marché de friperie a pris corps, au début de cette nouvelle année, sur le site approprié de la « Rose Croix » ainsi que dans le marché du quartier Zongo de Parakou. La libération des domaines publics avance également à grands pas dans cette ville.

Le nettoyage des artères principales et autres domaines publics constaté donne un nouveau visage à la cité des Koubourou. Dans la quasi-totalité des quartiers de cette localité, les occupants illégaux libèrent définitivement ces places appartenant à l’Etat. Pour ce qui concerne les anciennes auto-gares et les bases de compagnies de bus installées pêle-mêle, l’on conjugue déjà au passé les mauvaises pratiques. Ni les taximen encore moins les promoteurs de compagnies de bus ne font plus les embarquements et débarquements des passagers hors du parc unique du Conseil national des chargeurs du Bénin à Parakou. Cette étape franchie, l’administration municipale de Parakou a mis le cap sur le marché de friperie et d’organes d’animaux.

Délocalisation effective du marché "Kobo-Kobo"

Maintes fois reportée, la délocalisation de ce marché connu sous l’appellation "Kobo-Kobo" a été effective lundi 2 janvier 2017. Très tôt le matin, la mairie de Parakou a déployé de gros engins sur cet désormais ancien emplacement de vente de friperie. C’était la débandade avec les occupants retardataires qui ne se sont pas encore conformés à la décision du pouvoir public. Au fur et mesure que les ouvriers retiraient les matériaux facilement récupérables, le bulldozer passait sur tout ce qui semblait difficile à la tâche des ouvriers recrutés par la mairie. En un laps de temps, le nettoyage est bouclé. Sans incident, plus rien ne reste sur cet ancien marché de friperie situé entre la clôture sud du camp militaire et l’école urbaine centre de Parakou.

Rentrée des classes paisibles

La reprise des classes après les congés serait pour les écoliers de l’école urbaine centre paisible et sans le grand bruit que faisaient les usagers de ce marché. Les agents en service à la Direction départementale du travail, de la fonction publique et des affaires sociales travailleront désormais dans un cadre plus ou moins calme. Idem pour les locataires de la prison civile de la ville. Le chef du 2ème arrondissement de Parakou, Idrissou Sylla, chargé de la supervision de cette opération de délocalisation dudit marché, s’est dit fier d’avoir accompli sa mission. Il a confié que le temps nécessaire a été accordé aux usagers de ce marché pour rejoindre le nouveau site avant de faire savoir qu’il n’y a pas eu de surprise pour les commerçants. Le chef de cette opération a précisé que cette délocalisation était prévue pour le 15 décembre 2016. Reportée au 31 décembre, elle n’a pu avoir lieu que le 2 janvier 2017. Selon lui, aucun commerçant n’est surpris car tous sont bien avertis. Il a invité tous les commerçantes et commerçants de friperie à aller s’octroyer une place et à animer le nouveau site sis à « Rose Croix ». Pour le Président du nouveau site du marché de friperie et chef du quartier Rose Croix, il y a de la place pour tous les commerçants désireux de s’installer. Akim Dorogui a indiqué qu’il suffit seulement de se faire recenser et de s’acquitter du droit de place pour bénéficier d’un emplacement sur le nouveau site. Tout en souhaitant de bonnes affaires aux commerçants déjà installés, il a lancé un avertissement aux vendeurs d’organes d’animaux qui tardent à s’installer. Selon lui, cette catégorie de commerçants qui refusent de rejoindre le site aménagé court le risque d’être renvoyés des lieux manu-militari.

Le déguerpissement avance à Parakou

Depuis le début de cette année nouvelle 2017, l’opération de déguerpissement est entrée dans sa phase active. C’est la course contre la montre chez les occupants illégaux qui ne s’étaient pas conformés à la décision. La démolition des hangars est générale dans toute la ville de Parakou. Que ce soit dans les voies secondaires ou les artères principales, les occupants illégaux retardataires s’empressent de démolir leurs baraques et hangars avant l’arrivée des forces publiques annoncées par le Préfet du Borgou, Djibril Mama Cissé. Pour Médébaho Symphorien, Tapissier à Parakou qui s’attèle à ramasser ses équipements de travail ce lundi 02 janvier, la décision de libérer les espaces publics est bien une noble initiative du gouvernement. Il a, par ailleurs, souhaité vivement que ces places publiques soient aménagées pour le bien-être des populations et non qu’elles soient abandonnées à la broussaille. Mariam Bio Sarè, restauratrice, n’est pas du même avis. Pour elle, cette décision n’était pas opportune puisque, argumente-elle, en tant qu’actrice de développement à la base, elle ne peut pas rester sous le soleil et autres intempéries pour mener son activité. « Nos activités génératrices de revenus seront désormais au ralenti, puisque les clients ne vont plus venir en grand nombre, du nouveau cadre dans lequel nous sommes contraints de rester pour préparer ces mets très délicieux », a-t-elle déclaré avant de solliciter une fois encore l’indulgence de l’Etat central à leur accorder un moratoire de quelques semaines en vue de se trouver un lieu de vente. « Aménager une ville, c’est une bonne chose. Mais la manière dont ils veulent procéder, ce n’est pas bon. C’est trop tôt. Les autorités allaient nous avertir en nous donnant six mois. Mais un mois pour quitter, ce n’est pas bon », proteste Virginie Abiti, vendeuse de divers dans la ville de Parakou. Elle ajouté : « les autorités devraient aménager un endroit pour nous installer avant de nous faire déguerpir ».

L’acte civique de Bio Boro

Certains citoyens de la ville de Parakou soutiennent cette décision du gouvernement. C’est le cas de Bio Boro, le président des revendeurs et transporteurs des produits pétroliers frelatés de Parakou. Il a engagé, sur le terrain, la phase répressive contre les membres de son association. Accompagné de quelques membres de son bureau exécutif, il a sillonné plusieurs grandes artères de la ville pour exiger des détaillants de ce liquide inflammable la libération des espaces publics. Lors de cette opération de choc, des bidons et des bouteilles contenant de l’essence frelatée ont été saisis. A en croire ce dernier, ces revendeurs d’essence qui se sont installés sur les terre-pleins centraux ont été déjà sensibilisés par ses soins depuis plusieurs semaines. Néanmoins, d’autres ne se font pas fait prier pour démolir leurs infrastructures. Sur le terrain, quelques-uns, marteau en mains, burin, pelle, échelle, brouette, et bien d’autres matériels, ont dégagé leurs édifices avant la date butoir. Dame Edwige, revendeuse en face de l’université de Parakou, a déjà engagé les maçons pour la reconstruction de sa nouvelle boutique. Pendant que certains occupants pleurent de l’opération de déguerpissement, d’autres tels que les maçons, les menuisiers, soudeurs, se réjouissent. Mais, ne pouvant pas être heureux du malheur des autres, ces derniers nourrissent l’espoir de voir la mairie octroyer aux sinistrés un nouveau site suffisant pour leurs activités génératrices de revenus.

Des actions pour le nettoyage systématique

La plupart des étalages, cabines téléphoniques, garages, panneaux publicitaires, escaliers, dalles, boutiques, restaurants et bien d’autres installations entre-temps marquées sont en train d’être démolies. Du rond-point de la Direction régionale des douanes à la pharmacie la Grâce en passant par le carrefour des 3 banques jusqu’à l’artère principale de la résidence du préfet du Borgou, les actions engagées pour la démolition augurent d’un nettoyage systématique des espaces publics. Idem au niveau de l’artère principale menant à l’Université de Parakou et sur d’autres routes de la ville. Dieudonné Agossounon, revendeur de tenues vestimentaires, reconnaît le bien-fondé de la décision de libérer les espaces publics anarchiquement occupés par les riverains. Pour lui, c’est une bonne chose d’assainir la ville. Car, il a reconnu, que cela permettra d’avoir une bonne attractivité de l’espace et de sécuriser le bien public. Il a confié avoir déjà quitté le domaine public. Tout comme Agossounon Dieudonné, Inès Quenum, tenancière d’un maquis Z+Z situé au quartier Kpébié et bien d’autres occupants de la ville qui prenaient encore du temps sont à la phase de la démolition de leurs infrastructures érigées en matériaux définitifs sur l’espace public.

Le dernier avertissement du préfet Mama Cissé

Le Préfet du Borgou, dans son message de présentation de vœux à ses administrés sur les antennes des radios de la place, a remercié et encouragé tous ceux qui ont cru à cette décision gouvernementale. Il a invité les occupants illégaux des espaces publics retardataires à se conformer à la décision gouvernementale. Sinon, a-t-il prévenu, bientôt la force publique interviendra pour le déguerpissement. Selon lui, la décision prise est irréversible et, ceux qui traînent encore les pas doivent faire preuve de civisme. Il a exhorté les populations à accompagner l’initiative du chef de l’Etat en acceptant de libérer l’espace public afin que le Bénin puisse présenter une image reluisante.

Hervé M. Yotto & WilfriedAgninnin
(Stag)

 

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

LIRE DANS LA MEME RUBRIQUE

Comment GLO a-t-il conservé sa position de Numero un grâce aux nouveaux abonnements Internet au Nigeria ?

En audience au ministère des Affaires étrangères:Fortuné Ahouissou plaide pour la création du Cje
A l’issue de l’Audience accordée à Fortuné Ahouissou, les cadres ont compris le bien-fondé de la création du Conseil des jeunes de l’entente (Cje) et de (...)

Fête de Wémè Xwé annulée par décision de justice:Les causes profondes du mal
L’exécution qui s’en est suivi a fait plier les bâches, les podiums et autres attributs de fête identitaire des Wémènous. La raison de cette suspension (...)

Construction de la route Colodo dans le Mono-Couffo:31 janvier, l’ultimatum donné aux 1605 sinistrés
Au total, ils sont 1605 sinistrés qui sont invités à fournir leurs actes de propriété au plus tard le 31 janvier afin d’obtenir une compensation. « (...)

Cour d’Appel de Parakou:Les audiences démarrent ce jour
Après quelques mois de silence, les audiences reprennent à la Cour d’Appel de Parakou. Les présumés accusés devant se présenter aux juges dès ce jour (...)

Rôle des élus dans le contexte du Nouveau départ:Les Collines s’approprient le Pag
Placée sous le thème "Rôle et leadership des conseillers communaux et chefs d’arrondissements des Collines dans le contexte du Nouveau départ", (...)

Palais royal de Parakou:Akpaki Gobi Yessè officiellement installé
Akpaki Gobi Yessè est l’homme fort du palais royal de la cité des Kobourou. A travers une grande cérémonie qui a drainé du monde, la nouvelle autorité (...)

Education : Les enseignants de la maternelle et du primaire en grève dès demain
A l’en croire, la revendication phare qui a fâché les enseignants, c’est l’envahissement des inspecteurs qui se disent encadreurs au niveau des (...)

Thobias Gnansounou conduit à sa dernière demeure ce samedi
Ils étaient nombreux ce matin, amis, parents et proches du défunt à venir lui dire le dernier adieu ce samedi. Thobias Gnansounou, a été conduit à (...)

Après l’opération de déguerpissement : L’assainissement de Cotonou, l’autre équation
Ils savent occuper le terrain quand ils ne voient rien bouger. Les occupants anarchiques n’abdiquent que lorsqu’on occupe l’espace déblayé. Tant que (...)

Opération de déguerpissement à Cotonou:Le marché Dantokpa présente un nouveau visage
Conduite de main de maitre par Modeste Toboula, préfet du Littoral, l’opération de déguerpissement s’est déroulée sans aucun heurt. Quittant le (...)

Transparence dans l’organisation des concours au Bénin:Les grands axes de la réforme engagée par Adidjatou Mathys
A en croire l’autorité, le succès de ce dernier recrutement d’agents permanents de l’Etat est dû au fait que, désormais, une base de données est (...)

1ère session ordinaire de l’Ucoz:Luc Atrokpo plaide pour un esprit coopératif
Egalement, le point d’étape des études du projet Bassin versant du Zou a été fait. Il en est de même pour le point du processus de création du Fonds (...)

Bénin Révélé:Le Pag divulgué dans les Collines
L’objectif de ce programme de renforcement de capacités est de mobiliser tous les acteurs locaux et forces vives de la région autour des enjeux du (...)

Conditions carcérales exécrables au Bénin:Le gouvernement passe à l’aveu
En effet, c’est suite, à la question orale, du député Eric Houndété, qui s’est inquiété de l’épidémie de choléra survenue à la prison civile (...)

Atelier de revue du Pta du Mdgl:Les outils d’opérationnalisation du budget 2017 validés
A en croire le Directeur de cabinet du ministère, cette rencontre qui prend fin ce jour est conforme à la réforme budgétaire en cours au Bénin depuis (...)

Célébration de la fête des religions endogènes:Le président du culte vodoun du Couffo distingué
Pour finir, il a adressé ses remerciements à tous les rois du Couffo, aux élus communaux et locaux, au préfet et aux dignitaires pour le choix qu’ils (...)

Commune de Djidja:Plus d’un milliard voté pour le développement local
Il s’équilibre en dépenses et en recettes pour un montant d’un peu plus d’un milliard de francs Cfa. Lors des débats, les élus communaux, feuillet (...)

Passation de charges à la circonscription scolaire de Banikoara:Jean Agossou installé
C’est dans salle de conférence du complexe scolaire privé Notre dame de la visitation de Banikoara qu’a eu lieu la passation de service entre le (...)

Incendie d’un camion citerne à Savalou:Doumè a frôlé le pire
Le véhicule a donc pris feu de même que le dépôt. La prompte intervention de la population riveraine a été vaine. Les jets d’eau et de sable qui sont (...)

0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 | ... | 4560
Annonce global Service Plus

 
 
Copyrights 2007- 2016 - Tél : +229 62 73 73 76 // +1 203 570 1634 E-mail : info@actubenin.com |