Accueil > Politique >

Obstruction à la perquisition du domicile de Léhady Soglo:Poursuites à l’encontre des Soglo, Adjovi, Dossou, Adjavon...?

Les personnes ayant fait obstruction a l’opération de perquisition du domicile de Léhady Soglo devront répondre de leur acte devant la justice. C’est ce qu’a décidé le Conseil des ministres en date du 2 août 2017.

« Le garde des sceaux ministre de la justice et de la législation en liaison avec le ministre de l’économie et des finances est instruit de prendre toutes les dispositions nécessaires en vue des poursuites judiciaires appropriées contre les supposés auteurs, co-auteurs ou complices des infractions relevées dans la gestion de la mairie de Cotonou ainsi que les auteurs de l’obstruction à la perquisition ».
Il est donc clair que les personnes nommément identifiées et ayant été sur les lieux de l’opération de perquisition devront répondre de leur acte devant la justice. Le compte rendu du Conseil des ministres n’a pas été suffisament clair quant aux auteurs de l’acte d’obstruction. Il a parlé de parents et amis. A ce niveau, une série de questions subsiste tout de même. Doit-on y lire les amis politiques seulement ou les amis au sens large ? Doit-on également inclure dans la catégorie des amis, les militants simples venus ce jour soutenir l’intéressé ? (Ils sont militants, mais aussi amis du maire Léhady Soglo). La question ne manque pas de pertinence. Il faut toutefois souligner que cette éventualité de poursuivre les auteurs a été explorée par le ministre de la Justice, Joseph Djogbénou au cours de sa récente sortie médiatique. Au cours de son intervention, il a déclaré que si tout fonctionnait normalement, les auteurs de cette obstruction devront faire l’objet de poursuites judiciaires. En clair, l’acte posé ce jour-là, constitue une entrave ou une obstruction à l’exercice de justice. Il s’agit d’une interférence dans le travail de policiers, magistrats ou tout autre agent dépositaire de l’autorité publique. Seulement, dans le Code de procédure pénale en vigueur, aucune disposition ne réprime véritablement l’acte d’obstruction à perquisition.

AbdourhamaneTouré

PLUS D'ARTICLES