Accueil > Politique >

Partenariat avec African Parks pour la gestion de la Pendjari:Un choix judicieux pour l’Exécutif

Le passage du ministre du Cadre de vie et du développement durable, Didier Tonato, sur l’émission « Bénin révélé » mardi dernier, a permis de mettre en lumière les grandes actions et recettes du gouvernement pour l’amélioration du cadre de vie d’ici 2021.

Outre l’asphaltage dont personne ne doute de la pertinence et des avantages incommensurables, l’assainissement de Cotonou pour sauver ses habitants des inondations, le projet de construction de 35 marchés modernes, la protection de toute la côte béninoise (125 km), un dossier important a été au menu des échanges. Il s’agit de la gestion du parc de la Pendjari en ruine avant l’avènement du régime du Nouveau départ. Une situation qui causait un énorme manque à gagner à l’Etat du fait de la destination Bénin qui ne faisait pas l’objet de promotion. Les touristes se comptaient du bout des doigts. Les espèces animales étaient approximativement gérées, certaines étaient victimes de braconnage. Le président Talon a érigé le tourisme en véritable pôle de développement. Une telle ambition nécessite des mesures hardies. Cette ambition et cette volonté de réussir a conduit le gouvernement à opter pour un partenariat avec le spécialiste de la gestion des parcs animaliers, African Parks, un groupe sud-africain. La collaboration entre l’Etat béninois et certains Etats semble faire ressortir que ce partenariat s’avère déjà gagnant pour le Bénin. En effet, comme l’a révélé le ministre, l’évocation du nom d’African Parks a rassuré les partenaires et autres spécialistes du domaine. Alors que le projet de réhabilitation du parc nécessite 26 millions de dollars, les engagements enregistrés en un an à peine s’élèvent à 35 millions de dollars. La fréquentation du parc est en hausse constante. On peut donc affirmer que le choix du gouvernement paie déjà. Talon et son équipe ont donc vu juste. C’est la preuve que certaines critiques a priori manquent de pertinence. On fait souvent au régime des procès d’intention. On mise sur son échec.

A. T.

PLUS D'ARTICLES