Accueil > Societe >

Pour défaut de subventions aux organisations d’Abomey-Calavi:La presse universitaire s’essouffle

Le Héraut, Le Révélateur et Radio Univers, organes de la presse universitaire d’Abomey-Calavi ne reçoivent plus de subventions du Centre des œuvres universitaires et sociales (Cous-Ac). Conséquence : la presse universitaire tourne au ralenti depuis 8 mois.

Depuis 8 mois, la presse universitaire ainsi que les autres institutions spécialisées des organisations estudiantines fonctionnent sans subventions. Selon une source proche du Centre des œuvres universitaires et sociales, la situation est préoccupante. Pour des responsables des organes de presse concernés, c’est incompréhensible. « Dans un premier temps, il nous a été dit que c’est l’absence de l’Agent comptable au niveau du Cous qui faisait que les subventions étaient bloquées alors que ces dernières ont été déjà arrêtées depuis l’année dernière lorsque le comptable du Cous a été muté de son poste », a signifié le Directeur de publication du mensuel Le Héraut avant d’ajouter que les organes de presse n’avaient plus de subventions et de fonds de roulement depuis l’année universitaire 2015-2016. « Entre-temps, on disait qu’il y a abattement et que nous n’allons plus recevoir la totalité de nos subventions. Mais trois mois après, on nous dit qu’il n’y a plus d’argent dans la caisse », s’est indigné l’un d’entre eux. A en croire Koudous Ayah, « il y a confusion au niveau des autorités du Cous-Ac. Il a indiqué que les organes de la presse universitaire sont des institutions à caractère éducatif et n’ont rien de syndical, pour qu’on lie cette situation au décret interdisant d’activités les organisations estudiantines. « Donc, suite à ce décret, on ne peut pas assimiler ces institutions aux organisations à caractère syndical pour dire que nous sommes dans le même bateau. C’est ce que nous dénonçons afin que ces institutions spécialisées que nous dirigeons puissent continuer à faire leur travail », a-t-il lancé en direction des responsables du Cous-Ac.

Spéro A. Ahoussinou

PLUS D'ARTICLES