Accueil > Politique >

Prières dans les différentes confessions religieuses:Ajavon à la recherche du pardon

Les ennuis connus ces derniers mois par l’homme d’affaires, Sébastien Ajavon, semblent avoir un impact plus profond que prévu. Pour contrer ses difficultés actuelles, le patron des patrons a donc préféré se rapprocher des différentes communautés religieuses du pays. Cette stratégie, pour de nombreux spécialistes, est vouée à l’échec.

Depuis l’élection présidentielle de 2016, le président du patronat, Sébastien Ajavon, semble avoir définitivement pris goût à la politique. Malgré ses anciennes dénégations, l’homme continue cahin-caha de tisser sa toile. Car, à moins de prendre les populations pour des naïves, l’on ne peut comprendre autrement, par exemple, les nombreuses séances de prières organisées par l’homme et ses proches depuis quelques semaines. Certes, dans un passé récent, sous les coups de griffes de Yayi, on a senti le patron des patrons très proche de la communauté catholique. Mieux, ses relations avec Mrg Ganyè ont été plusieurs fois mises à profit pour faire baisser la tension, et aplanir les divergences. Evidemment, avec l’avènement de la « rupture », la donne a changé. Autrefois, les relations entre les deux fortunes les plus en vue du pays, étaient au beau fixe. Une entente qui a permis de déloger de la Marina l’ex-chef d’Etat et ses sous-fifres, et de mettre fin à l’errance qui a fini par plomber l’espérance tant voulue. Aujourd’hui, après le « dramatique » épisode de l’affaire « 18 kg », l’eau semble avoir coulé sous les ponts. On l’aura compris, la méthode Talon, ses réformes, et sa volonté de changer profondément la société béninoise, ne peuvent pas avoir l’aval de tous. D’où, les indéniables frictions qui sont apparues depuis entre les deux hommes. Pour avoir échoué aux portes de la Marina en 2016, Sébastien Ajavon ne veut peut-être pas abandonner de si tôt ses ambitions. Une détermination d’autant plus renforcée, qu’il aurait pris ses distances avec la gestion de ses affaires à la tête de Cajaf comon. L’homme veut se rendre populaire. Et, connaissant l’inclinaison de ses compatriotes pour le fait religieux, Sébastien Ajavon a voulu y développer sa nouvelle stratégie de reconquête. Il sait par ailleurs, que pour reprendre des couleurs sur l’échiquier politique national, il lui faudra se faire pardonner beaucoup. Ce qui justifie les prières dans les différentes communautés politiques. Cette stratégie prospéra-t-elle et portera-t-elle des fruits ? Rien n’est moins sûr. Surtout que depuis ses démêlés avec la justice, l’homme d’affaires se sait surveiller comme du lait sur le feu. Ainsi va de la politique, où chaque coup porté à l’adversaire compte, et rien ne peut être laissé au hasard.

A.T

PLUS D'ARTICLES