Accueil > Politique >

Top Secret : Des regrets après le rejet

Des regrets après le rejet

Passé le temps des envolées verbales et des combats peu justifiés contre le projet de révision de la constitution. C’est arrivé le temps du bilan de cette campagne et, sans langue de bois, les activistes de cette lutte expriment leurs regrets. Le regret de l’acte qu’ils ont posé. Pas eux tous, mais certains grands artisans de l’échec du projet. C’est le cas du Renard, rebaptisé Frère Melchior. Il regrette que les choses se soient passées ainsi après avoir réalisé que le projet ne méritait pas le sort qui lui a été réservé et l’acharnement politique dont il a été victime. Si la même chose devrait recommencer, il ne répètera plus les mêmes actes. Ce discours qui exprime le regret ne provient pas que du Renard. Même l’ancien président-maire s’est lâché en évoquant ses regrets.

Paix précaire chez Adjovi

Après la tempête, l’accalmie. Les agitations politiques qui ont marqué Ouidah ces derniers mois ont disparu, laissant place à une paix, que d’aucuns qualifient de précaire. Le vote de déviance demandé et obtenu sans succès par une partie du Conseil communal a tué les ardeurs des détracteurs du maire Adjovi, qui n’ignore pas que la situation n’est pas encore sous contrôle. Accusé de mauvaise gestion, l’autorité ne cesse de défendre ses actions et de clamer son penchant pour la bonne gouvernance. Mais cela ne rassure pas ses adversaires qui continuent de décrier son mode de gouvernance. Dans un tel contexte, le Conseil communal coupé en deux n’est pas à l’abri de nouvelles agitations. Par ailleurs, l’action judiciaire engagée n’a pas encore livré son verdict.

L’isolement du roi de la volaille

La naissance du Bloc de la Majorité parlementaire et le ralliement de nombreux maires au chef de l’Etat à travers leur soutien au Programme d’actions du gouvernement, marquent l’isolement progressif du roi de la volaille. Ce dernier qui rêve d’arracher le pouvoir à l’équipe du Nouveau départ en 2021 en s’inscrivant dans la logique d’animer l’opposition est en difficulté face à ses nouvelles ambitions. En effet, même s’il concocte un plan secret avec l’ancien dirigeant qui a passé le témoin à l’actuel N°1 du pays, il n’arrive plus à se connecter avec ses soutiens de 2016, qui refusent d’ailleurs de décrocher ses appels et d’avoir tout contact avec lui. Même ses rapports qui étaient au beau-fixe avec certaines personnalités de la Société civile se dégradent au fil du temps.

PLUS D'ARTICLES