Accueil > Sport >

Tour cyclisme du Bénin 2017:Bassirou gagne, Nikiéma nouveau leader

La deuxième étape du 14è tour cycliste international du Bénin a été une fois encore remportée par le Burkina Faso. Après Mathias Sorgho lors de la première étape, c’est un autre Etalon qui s’est imposé. Longue de 80 km, cette manche a eu lieu entre Dassa et Bohicon, avec un seul point chaud situé dans le village de Sèto à 40 km du départ et à 38 km de l’arrivée.

A ce niveau, trois coureurs se sont échappés du peloton à savoir deux Burkinabés Abdoul Aziz Nikiéma et Salifou Yarbaga et l’Ivoirien Bassirou Konté. Très organisés, dynamiques et surtout solidaires, les Burkinabés ont changé le rythme de la course, ce qui a permis à Monéyan Bassirou de s’échapper du peloton pour franchir seul la ligne d’arrivée en 1h54mn10s. Il est suivi respectivement de l’Ivoirien Abou Sanogo et de son compatriote Abdoul Aziz Nikiéma. C’est d’ailleurs ce dernier qui a ravi le maillot jaune de leader au classement général à son compatriote Mathias Sorgho. Le Congolais Djimi Kyaviro Muhindo complète le podium du général. Le Burkinabé Salifou Yarbaga domine le classement des points chauds, et le pays celui du classement général par équipes. Le meilleur coureur béninois, Idrissou Bachiki a occupé la 12è place. A l’issue de cette deuxième étape, le directeur de la course et directeur technique national du cyclisme béninois, Fernand Gandaho, trouve l’équipe béninoise assez limitée sur ce tour. « C’est vraiment compliqué, les entrainements ne remplacent pas la compétition. Les coureurs béninois n’ont pas de compétition, c’est la deuxième course d’affilée et ils sont dans le peloton de tête c’est le plus important », a-t-il déclaré. Le fait marquant de cette deuxième étape reste la remise d’une enveloppe de 500.000 francs Cfa à la Fédération béninoise de cyclisme (Fébécy) par la première autorité de la municipalité de Bohicon, Luc Atrokpo, qui se dit être honoré par ce tour. Ce vendredi, place à la troisième étape entre Bohicon et Ouidah (115 km).

De Bohicon, Corneille Gohonou

PLUS D'ARTICLES