Accueil > Politique >

Visite discrète du chef de l’Etat au stade de l’Amitié Mathieu Kérékou:La leçon de bonne gouvernance de Talon

Ni caméra, ni micro, encore moins la presse. C’est en toute discrétion que le chef de l’Etat, Patrice Talon, s’est rendu au stade de l’amitié, Général Mathieu Kérékou, mardi 14 février 2017. Ce déplacement, dont l’objectif est de constater l’état de délabrement de cette infrastructure en vue de sa rénovation, n’aurait pas échappé aux manœuvres propagandistes sous le régime défunt. Mais cela s’est passé autrement. Preuve que le Bénin, sous le Nouveau départ, est gouverné autrement avec des repères qui rassurent.

Le 14 février 2017, au stade de l’Amitié, Général Mathieu Kérékou, le chef de l’Etat y effectuait une visite dans le but d’apprécier l’état de délabrement de l’infrastructure. Et mieux, cette descente du président de la République intervient, en prévision aux travaux de rénovation des stades du Bénin inscrits dans le Programme d’actions du gouvernement. Le ministre des sports, Oswalde Homêky, a dans une proportion mesurée, mis les petits plats dans les grands pour accueillir avec les honneurs, le chantre du Nouveau départ. Avant l’arrivée du chef de l’Etat, attendaient le ministre en personne, des responsables du ministère du cadre de vie et du développement durable, le directeur du cabinet militaire, le préfet du Littoral, le Directeur général de la Sogema, les responsables et personnels des structures sous tutelle du ministère des sports, pour ne citer que ceux-là. Pour la circonstance, et tous travaux cessants, les personnels des différentes structures sous tutelle du ministère des sports ont abandonné leurs bureaux, bravant le soleil en formant une haie pour accueillir le président de la République. A son arrivée, Patrice Talon, à bord de son véhicule, a demandé à parler aux responsables sur les lieux. Sa préoccupation portait sur les raisons de cette mobilisation qui n’était pas prévue. Informé que ce sont des agents des offices liés au ministère des sports, il s’en est offusqué et a conditionné sa descente du véhicule à leur démobilisation. Le chef de l’Etat a ordonné qu’ils regagnent leurs postes de travail. Pour une visite qui se veut discrète, à laquelle aucune presse de même que les chasseurs d’images n’étaient conviés, c’en était de trop aux yeux du chef de l’Etat. Il ne sert à rien de mobiliser les gens à assister à son arrivée et l’applaudir alors qu’ils ont beaucoup à faire dans leurs bureaux. Mieux, ce n’était pas pour inaugurer une infrastructure ou pour rencontrer les agents. Il était juste question de visiter ce stade qui est tombé presque en ruine. Il a besoin des travaux de réfection et de modernisation. Le président de la République, qui en est conscient, en a fait une préoccupation personnelle. Cette visite est une bonne nouvelle sans doute, puisqu’elle annonce le démarrage prochain du projet. Ce n’est pas de la propagande, mais c’est du réalisme, c’est du concret. Patrice Talon a signifié qu’il est déterminé à concrétiser le projet de rénovation des stades du Bénin, en particulier celui de Kouhounou dont la capacité sera élargie. Le message semble avoir reçu un écho favorable. Les travaux dureront environ six mois. En l’absence du championnat national et au regard de la mésentente des acteurs du football, ce message du chef de l’Etat tient lieu d’un clin d’œil à la jeunesse, qui retrouvera bientôt des stades rénovés pour reprendre les activités. Preuve que le président de la République est préoccupé par les questions de la jeunesse. Durant les années Yayi, cette visite au stade de l’Amitié, Général Mathieu Kérékou, aurait pu être une grande occasion de propagande. Mais, sous le Nouveau départ, c’est une descente bien mesurée et réfléchie. Après une gouvernance populiste sous Yayi, le Bénin est bien installé dans son nouveau mode de gestion axé sur du concret avec un chef de l’Etat, qui se tient à l’écart du culte de la personnalité, domaine de prédilection de son prédécesseur.

AT

PLUS D'ARTICLES