Accès aux services financiers en 2019:Le Bénin améliore son taux d’inclusion avec 77,83%

0
325

77,83%, c’est le taux global d’utilisation des services financiers enregistré par le Bénin en 2019, contre 74,5% en 2018. Ce pourcentage est issu d’un récent rapport de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) sur l’évolution des indicateurs de suivi et l’inclusion financière dans l’Uemoa. 

En 2019, le Bénin a fait un effort en matière d’accès aux services financiers. Le taux d’inclusion est de 77,83% comparativement à l’année précédente où ce taux était de 74,5%. Grâce à cette performance, le pays a le deuxième taux le plus élevé de la sous-région en matière d’accès aux services financiers après celui de la Côte d’Ivoire, 77,92%. Pour l’ensemble de l’Uemoa, on note un taux global de 60,11% en 2019 contre 57,1% en 2018, soit une augmentation de 3%. Cette performance du Bénin s’explique notamment par le fort Taux d’utilisation des services de monnaie électronique (Tusme). Le nombre de personnes physiques titulaires de comptes de monnaie électronique auprès des Etablissements de monnaie électronique (Eme), des banques émettrices de monnaie électronique et d’autres institutions financières est chiffré à 97,48%, sur la base des comptes ouverts, au sein de la population adulte. Le Bénin est d’ailleurs le premier en la matière dans l’espace Uemoa. Il est suivi par le Burkina Faso avec 87,92%, le Togo avec 84,27% et les autres pays. Le Taux global de pénétration géographique des services financiers  (Tgpsfg) s’est également amélioré. Il est passé de 644,50 en 2018 à 645,23 points de services sur 1000 km2 en 2019. C’est encore le taux le plus élevé de l’Uemoa. Par ailleurs, le Taux de pénétration démographique des services financiers décentralisés (Tgpsfd) chiffré à 115 points de services pour 10 000 adultes en 2018 a chuté pour s’établir à 111,79 points en 2019, derrière la Côte d’Ivoire : 114,89 points et le Sénégal : 113,47 points. Depuis quelques années, on observe une floraison d’infrastructures de prestation des services de monnaie électronique notamment avec les boutiques et kiosques proposant des services « Mobile money ». Ces établissements, disposés aux coins de rues dans les villes et campagnes grâce aux réseaux de téléphonie mobile (Gsm), utilisent un réseau de distribution de proximité pour offrir leurs services. Ces services ne nécessitent d’ailleurs pas un lourd investissement.

 

Bour-Han Amoussa (Stag)

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here