Actions de solidarité envers les patients en détresse dans des hôpitaux:Les clarifications du Ministère des affaires sociales 

0
1101
Le Ministère des affaires sociales et de la microfinance fait des mises au point par rapport aux actions de solidarité tous azimuts lancées sur les réseaux sociaux au profit de certains patients en situation difficile. C’est au cours d’une sortie médiatique effectuée mercredi 8 juillet 2020 à Cotonou par la directrice départementale des affaires sociales et de la microfinance du Littoral, Geneviève Arawo. Lire ci-dessous sa déclaration.
La déclaration du Ministère
Mesdames et Messieurs les journalistes !
Je voudrais, au nom de Madame la ministre des Affaires sociales et de la microfinance, vous remercier d’avoir répondu présent à cette conférence de presse organisée pour apporter des clarifications sur le mécanisme d’intervention des services sociaux spécialisés des hôpitaux et faire une mise au point par rapport aux appels habituellement lancés via les réseaux sociaux pour demander des soutiens financiers au profit de certains patients en souffrance dans des hôpitaux.
Certains individus et parfois des organisations lancent des appels de fonds pour soi-disant assister des malades en difficulté dans des hôpitaux. Et pour en convaincre les personnes de bonnes volonté et l’opinion publique des images de patients dans des conditions de détresse sont postées sur les réseaux sociaux, en méconnaissance totale des textes qui protègent l’image et les données à caractère personnel en République du Bénin.
Ce phénomène ne date pas d’aujourd’hui, mais il est devenu récurrent. De plus en plus, il est constaté que ces appels sont lancés par des individus malintentionnés dans le seul but d’utiliser l’image des patients pour escroquer les personnes de bonnes volontés.
Le Ministère des Affaires Sociales et de la Microfinance, une institution de l’Etat chargée, entre autres, de la définition et de la mise en œuvre de la politique de l’Etat en matière de Solidarité Nationale, tient à apporter quelques clarifications sur ce phénomène et faire des mises en garde à l’endroit des personnes malintentionnées qui s’adonnent à cette pratique et aux organisations non gouvernementales qui s’écartent de leurs missions et versent dans du sensationnelle sur les réseaux sociaux.
L’objectif de cette sortie médiatique n’est pas de décourager les structures et les personnes qui accompagnent spontanément l’Etat dans cette mission de solidarité et de soutien aux personnes en situation difficile dans les hôpitaux. Elle vise plutôt à mieux les éclairer et les orienter afin que leurs efforts et sacrifices au profit des citoyens en difficultés ne servent plus à nourrir des individus dont les moyens de subsistance proviennent de dons collectés ou à faire fonctionner des Ong.
Mécanisme de soutien aux personnes en difficulté
Pour réussir sa mission de solidarité nationale, le Ministère des Affaires Sociales et de la Microfinance a mis en place un mécanisme de fonctionnement qui permet de rapprocher l’administration des populations et leur offrir en temps réel, l’assistance qu’il faut en cas de besoin.
A cet effet, nous disposons sur toute l’étendue du territoire national, 85 centres de promotions sociales (Cps) repartis dans les 77 Communes du Bénin à raison d’au moins un Cps par commune. Les Communes à statut particulier en ont un peu plus en fonction de leur étendue et de la densité de leurs populations.
Nous aurons l’occasion de revenir après sur la mission du Ministère des affaires sociales et de la microfinance à travers les Cps. Elles ne s’arrêtent pas seulement aux dons et différents appuis que nous faisons habituellement pour soutenir les couches vulnérables. Les professionnels du Secteur Social, principaux animateurs des Cps, grâce à l’aide individuelle, l’écoute active, la prise en charge psychosociale, accompagnent les personnes vulnérables à sortir de la précarité. Et toujours pour mieux satisfaire les populations, le Ministère des Affaires Sociales et de la Microfinance, en dehors des Centres de Promotion Sociale a créé des services sociaux spécialisés dans certains secteurs clés à savoir : la justice, l’éducation et la santé.
Le sujet qui nous réunit ici, ce jour, concerne beaucoup plus les services sociaux de santé.
Ils sont logés au niveau des hôpitaux dans la pyramide sanitaire et sont chargés de gérer au profit de l’ensemble des usagers du service, les risques sociaux spécifiques. La spécificité du travail de l’assistant social dans une formation sanitaire est l’appréhension globale de la situation d’une personne ou d’une famille affectée par la maladie. L’action menée tient compte de tous les éléments psychologiques, sociaux, financiers, familiaux, personnels et qui entrent en jeu et interfèrent dans la recherche d’une solution. La mise en place d’une mesure d’accompagnement se fait au cas par cas pour la prise en charge psychosociale des malades.
Les services sociaux en milieu hospitalier sont au cœur de la gestion du Fonds sanitaire des indigents annuellement octroyé par l’Etat. Ce fonds et logé au Ministère de la santé. Le Ministère des affaires sociales et de la microfinance apporte son expertise sociale pour la réalisation des enquêtes sociales au profit des malades indigents et appuie souvent dans la prise en charge des frais de médicaments.
Selon les termes du Mécanisme d’utilisation du Fonds sanitaire des indigents, dès que le malade indigent est identifié comme tel, ils bénéficient de certaines prestations médicales.
La demande des prestations du service social hospitalier est très forte et le coût des prestations est souvent élevé et peut parfois dépasser le budget annuellement alloué. L’appui des Ong et autres donateurs est quelques fois sollicité pour accompagner les malades.
Les cas généralement évoqués sur les réseaux sociaux
La plupart des cas évoqués sur les réseaux sociaux ne sont pas toujours inconnus de nos services. On en a souvent connaissance et parfois, la procédure de leur prise en charge par les services sociaux spécialisés du Ministère est en cours quand on découvre des images sur les réseaux sociaux. Je précise que les services sociaux sont logés dans les hôpitaux. Et donc, il est rare que nous n’ayons pas connaissance des cas en situation difficile. Au Ministère, nous ne donnons pas de l’argent en espèces. Nous travaillons en intelligence avec les médecins traitant et prenons en charges les différents frais. Mais avant de prendre en charge une personne, il y a une procédure qui permet de vérifier si elle est vraiment vulnérable.
Nonobstant ces efforts, il est constaté avec regret que des individus malintentionnés utilisent l’image des patients pour escroquer les personnes de bonne volonté.
Conclusion
Le Ministère des affaires sociales et de la microfinance invite les populations à se rapprocher des services sociaux des hôpitaux en cas de besoin. Nous sommes là pour leur bien-être et le Gouvernement travaille au jour le jour pour que ces personnes soient soutenues chaque fois que le besoin se fera sentir.
Les Ong, la société civile, les donateurs et toute personne de bonne volonté désireux d’appuyer des cas sociaux en situation difficile dans les hôpitaux sont invités à toujours se rapprocher des services sociaux spécialisés des hôpitaux ou des centres de promotion sociale de leur localité respective pour être mieux orientés.
Ce procédé permettra d’éliminer les cas d’escroquerie et d’orienter les appuis directement vers les bénéficiaires. Le Masm tient à remercier les structures et les personnes de bonne volonté qui répondent favorablement aux demandes des services sociaux des hôpitaux.
Je vous remercie.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here