Actualité sociopolitique:Lionel Zinsou et ses contradictions

0
2816

Que cherche réellement Lionel Zinsou ? Question saugrenue ? Non, car en lisant l’une de ses dernières déclarations, Mr Lionel Zinsou y évoque l’élection présidentielle de 2021 au Bénin comme si elle se posait déjà aujourd’hui avec une certaine acuité. Il y affirme notamment que  « tous les candidats qui, dans les sondages, peuvent paraître comme ayant une chance d’être élus ne seront pas éligibles ». Et de poursuivre : « Même quelqu’un comme moi qui ne sait pas s’il sera candidat, j’ai été prévenu que, en tout cas, dans 23 mois, à la prochaine élection présidentielle, je serai inéligible ». Provocation ou simple anticipation de mauvais goût ?

Mr Lionel Zinsou semble n’être préoccupé que par l’aboutissement de son rêve non réalisé suite à son échec largement justifié de 2016. Les grandes questions qui préoccupent le peuple béninois en ce moment semblent ne pas être un souci pour notre ancien Premier ministre. C’est bien normal puisqu’au-delà de tout ce qui peut être dit par lui sur les candidatures, il y a, en filigrane, une certaine politique appelée à être mise en place. Souvenons-nous du fameux rapport dont il a participé à la rédaction.

La question de l’assainissement de l’environnement et la fin des inondations pour lesquels la Banque mondiale vient d’allouer au Bénin 100 millions de dollars, la baisse drastique de la pauvreté, l’amélioration de la distribution de l’énergie dans les ménages, la mise en état et la construction de nouvelles routes pour le développement du commerce, l’amélioration du système éducatif, le développement de l’agriculture, etc. sont parmi les grands chantiers auxquels s’attèle avec sérieux et abnégation le Président élu. S’il y a quelque chose à laquelle il pense, nous le croyons et en sommes convaincus,  c’est bien la réussite de tous les projets y relatifs. Monsieur Lionel Zinsou voudrait-il encore qu’on lui en donne les raisons ? Eh bien, Monsieur Patrice Talon a pris solennellement des engagements devant le peuple béninois. Un quelconque échec révélera son incapacité à pouvoir tenir parole et son inaptitude à diriger le pays. Voilà, nous le rappelons à Monsieur Lionel, ce qui constitue les vraies préoccupations du Président.

Ce  banquier semble n’avoir jamais tiré une quelconque leçon de la dernière élection présidentielle. Cette défaite  ne fut d’ailleurs que la conséquence de sa méconnaissance flagrante des réalités africaines en général et béninoises en particulier. Les candidatures aux prochaines élections constituent l’une des dernières choses qui viennent sérieusement, pour le moment,  à l’esprit de nos politiciens, autant ceux de la  mouvance que ceux de l’opposition sauf au sien.

Après les dernières élections législatives, le Président vient d’appeler la classe politique à un dialogue ouvert afin d’effacer ensemble les incompréhensions qu’elles ont pu engendrer. Il appartient aussi à Lionel Zinsou d’avancer vers ce noble objectif car après tout, nul n’oserait penser qu’il  viendrait diriger un pays éclaté. Tout ce à quoi nous nous attachons aujourd’hui est donc plus important et peut-être plus difficile à atteindre que sa piteuse ambition qui va véritablement à contre-courant de tout le travail qui se réalise présentement chez nous.

Il est grand temps pour monsieur Zinsou de cesser de pêcher en eau trouble et de décrédibiliser le Bénin pour éviter, une fois encore, de tout y perdre et pour toujours cette fois-ci. Nous l’invitons, en honnête démocrate et  soucieux qu’il est de l’avenir de ce peuple qu’il défend tant et affectionne, à venir s’enquérir de toutes les réalisations mises en œuvre dans le cadre du programme du Président Talon, le Pag en l’occurrence. Une telle immersion complétera certainement la connaissance hautement lacunaire qu’il continue d’avoir de l’ensemble des problèmes de notre pays. Il est temps que tout ce beau monde y compris monsieur Lionel lui-même dont le bavardage assourdissant nous ennuie, nous laisse penser à la manière dont tous les défis du moment que le Président, malgré ses possibles erreurs, et qui n’en commet pas, tente de relever. Si monsieur Zinsou a d’autres difficultés qui ne lui permettent pas de se présenter à la présidentielle prochaine, le peuple n’en a cure. Qu’il les résolve sans chercher, dans son pays et au niveau de l’Etat, des boucs émissaires.

 

Plus intrigante

 

Plus intrigante encore et triste même est cette déclaration qu’il fit« dans une émission grand public du site d’informations français, le Nouvel Esprit public » tel que noté par Benin WebTv (2019/06 ).  « Regardez, disait-il, les deux pays démocratiques, le Sénégal, la Côte d’Ivoire qui font des progrès. Regardez la démocratie ghanéenne qui est absolument exceptionnelle. Ces pays ont 7, 8, 9% de taux  de croissance du Pib. Et le Bénin n’est tombé en dessous de 4 ni monté au-dessus de 7% de taux de croissance. Il n’y a aucun signe, poursuit-il, que les démocraties de ces régions du monde aient eu des mauvaises performances économiques et qui, pour améliorer ces performances économiques la discipline de la suppression de toutes les libertés ait été quelque chose de nécessaire… ».

Il faut d’abord rappeler à monsieur Lionel Zinsou que le Bénin, la Cote d’Ivoire et le Sénégal font partie de la même sous-région et du même regroupement économique qu’est l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) qui édicte des règles de gestion strictes que le Bénin ne manque de suivre avec discipline. Ce n’est pas le néophyte en sciences économiques que nous sommes qui l’apprendrait à un éminent économiste. Si c’est cela le péché du Président, alors  tant mieux.

En s’informant un tant soit peu, monsieur Lionel devrait savoir la place prépondérante qu’occupe le  Bénin sans ressources minières, sans café ni cacao au sein de cette Organisation. En ce qui concerne les taux de croissance, nous laissons le soin aux spécialistes de relever toutes les incongruités avancées.

Quant au Ghana, nous convions Lionel Zinsou à la lecture des livres du grand Président Kwame Nkrumah et notamment « Dark days in Ghana » publié après le coup d’état perpétré contre lui alors qu’il était en voyage. Pour tout dire, le Ghana est né sur des bases solides que l’Occident a voulu briser. Mais elles furent vite rétablies par Jerry Rawlings après quelques années par des méthodes radicales non souhaitables et déjà bannies chez nous. A monsieur Zinsou d’en juger. Les historiens en parleront certainement mieux que nous.

Quoiqu’il en soit, notre ultime souhait est  que monsieur Zinsou, dont les discours larmoyants sur le Bénin sont devenus récurrents, laisse le Président Talon travailler pour le bien des populations béninoises. Nous l’invitons donc à venir les découvrir dans leurs différentes cultures et leurs modes de vie, leurs manques et leurs espérances. Pour le moment, dans tous les cas, aucun poste n’est encore déclaré ouvert et nous lui demandons d’avoir beaucoup de patience et de faire preuve de modestie aussi dans sa volonté manifeste de décrédibiliser et le pays et son gouvernement.  Nous n’en dirons pas plus.

 

Marc Laurent Hazoumê

Enseignant à la retraite

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here