Alain Orounla à propos du principe de parrainage:« La Présidentielle de 2021 n’est pas la dernière élection qui sera organisée au Bénin »

0
199

Le principe de parrainage qui défraie actuellement la chronique a une fois encore retenu l’attention du ministre porte-parole du gouvernement. Alain Orounla est revenu sur la question à l’occasion du point de presse du Conseil des ministres en sa séance du mercredi 16 septembre 2020. Selon le ministre de la Communication et de la poste, « l’élection présidentielle de 2021 n’est pas la dernière élection qui sera organisée au Bénin ».

La loi électorale, notamment la disposition liée au parrainage ne sera pas revisitée avant la Présidentielle d’avril 2021. A la question de savoir ce qu’il en sera pour la Présidentielle de 2021, le ministre porte-parole du gouvernement pense que : « la réforme du système partisan a été opérée pour filtrer les candidatures soumises au suffrage universel. Pour Alain Orounla, cette réforme inspirée par le président de la République a été promue et accompagnée par les acteurs politiques. « La plupart ont pris leurs responsabilités et se sont conformés. « Pour ceux qui n’ont pas voulu se conformer, se mettre au diapason des réformes et qui ont même pensé saboter et qui se retrouvent aujourd’hui devant le fait accompli, il n’est pas tard pour se conformer », a fait observer le ministre de la Communication et de la poste. Il explique que le parrainage peut être offert par des acteurs qui ne sont pas du même bord politique que soi. « Parce que c’est cela le véritable angoisse. Cela se passe dans les grandes démocraties. Les candidats à l’élection présidentielle au Bénin peuvent se tourner vers les députés et les maires et leur proposer leur projet de société, démontrer la crédibilité et le sérieux de leur candidature et pourraient obtenir ce parrainage. Le Code électoral n’accepte pas le parrainage dans une partisannerie. C’est un exercice démocratique. » L’élection présidentielle de 2021, rassure-t-il, n’est pas la dernière qui sera organisée au Bénin. « Nous n’avons qu’à prendre notre mal en patience, nous réorganiser, nous armer pour bénéficier des bienfaits du parrainage qui permettra de clarifier le paysage politique et de conforter le système partisan tel que voulu par l’ensemble des acteurs », a conseillé Alain Orounla à ceux qui n’ont pas voulu se mettre au diapason de la réforme du système partisan.

 

Odi I. Aïtchédji

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here