Analyse du rapport du dialogue politique:Le Comité d’experts déjà mis sur pied

0
1771

A la suite de sa rencontre avec la Conférence des présidents de l’Assemblée nationale dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations issues du dialogue politique, le Chef de l’Etat a mis sur pied un comité d’experts chargé de l’analyse et de la formulation technique des recommandations du rapport final du dialogue. Il s’agit d’un comité de neuf (09) membres constitué du Facilitateur, du Rapporteur général, du 1er Rapporteur, du 2ème Rapporteur du dialogue politique et des représentants de l’Union progressiste et du Bloc républicain.

I. A.

 

Composition du comité

Dorothée Sossa, Facilitateur du dialogue politique

Victor Topanou, Rapporteur général du dialogue politique

OrdenAlladatin, 1er Rapporteur du dialogue politique

Luc Sinzogan, 2ème Rapporteur du dialogue politique

Mathurin Nago, membre Up

André Okounlola, député Br

Augustin Ahouanvoebla, député Up

Abdoulaye Gounou, député Br

Barthélemy Kassa, député Br

 

Le chef de l’Etat a entièrement joué sa partition

Le président Patrice Talon a prouvé, à maintes reprises, sa bonne foi dans la décrispation de l’atmosphère sociopolitique. La preuve, il a donné corps à la promesse faite le 20 mai 2019 puis réitérée le 15 juillet 2019. En effet, dans son message du 20 mai 2019 prononcé au lendemain des législatives du 28 avril 2019, le chef de l’Etat, conscient que nul ne devra manquer au chantier de construction du Bénin, avait promis d’inviter, dans un bref délai, l’ensemble de la classe politique « pour des échanges directs, francs et constructifs au profit du Bénin ». Moins de deux mois après cet engagement solennellement pris, c’est-à-dire le 15 juillet, l’homme fort de La Marina a rencontré les leaders de l’opposition. Au cours des échanges, Patrice Talon a fait part à Candide Azannaï, Théophile Yarou, Nouréni Atchadé et compagnie, de sa volonté d’inviter la classe politique à un dialogue politique pour aplanir les obstacles. C’est ainsi que du 10 au 12 octobre 2019, le président de la République a traduit en acte sa volonté en organisant le dialogue auquel ont pris part huit des neuf formations politiques qui se sont conformées à la Charte des partis politiques. Alors qu’on s’attendait à ce que la conduite des débats à la salle bleue du Palais des congrès soit assurée par Patrice Talon, c’est plutôt à l’expertise d’une personnalité neutre, en l’occurrence le professeur Dorothée Sossa, que le chef de l’Etat a eu recours. Cette volonté du président Talon de ne pas influencer les discussions a surpris plus d’un et a convaincu les sceptiques qu’il est plus que jamais déterminé à trouver une solution au « stress politique » que connaît le Bénin depuis le 28 avril 2019. La volonté du premier Magistrat ne s’est pas arrêtée en si bon chemin. Elle a été encore manifestée après le compte rendu des travaux au Conseil des ministres du mercredi 15 octobre 2019. En effet, au lendemain du conclave gouvernemental, le président de la République a rencontré la conférence des présidents de l’Assemblée nationale afin de lui faire part des recommandations du dialogue politique et de scruter avec elle, la contribution des députés pour la traduction en actes des décisions prises au Palais des congrès du 10 au 12 octobre. Au cours de la séance de travail, Patrice Talon et ses hôtes ont convenu de la mise sur pied d’un comité de neuf experts qui va se charger de rédiger les propositions de lois à soumettre à la représentation nationale pour adoption. Le vendredi 18 octobre 2019, soit 24 heures après la rencontre avec la conférence des présidents de l’Assemblée nationale, les membres du Comité d’experts ont été choisis. En agissant ainsi, Patrice Talon joue avec diligence sa partition dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations issues du dialogue politique.

Serge Adanlao

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here