Anselme Amoussou Sg/Csa-Bénin:« Le gouvernement a joué sa partition »

0
828

L’émission « L’entretien » du dimanche 15 septembre 2019 a reçu Anselme Amoussou, Secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa-Bénin). Il s’est prononcé sur le démarrage de la rentrée scolaire 2019-2020 et les efforts du gouvernement pour rendre effective la rentrée des classes.

La rentrée aura bel et bien lieu lundi 16 septembre 2019. C’est ce qu’a laissé entendre le Secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa-Bénin), Anselme Amoussou, dimanche 15 septembre 2019 sur l’émission « L’entretien » de E-télé. Selon lui, le gouvernement a joué sa partition pour que les apprenants, les enseignants et le corps administratif retrouvent le chemin des classes. En effet, le Secrétaire général a fait savoir que les mesures nécessaires, en l’occurrence les primes des enseignants, les actes de mutation qui ont été publiés et les subventions pour le fonctionnement des établissements qui sont déjà disponibles garantissent une reprise effective des classes. L’invité a salué la démarche du gouvernement qui  met tout en œuvre pour satisfaire les enseignants avant la rentrée scolaire. « Autrefois, les enseignants se retrouvaient dans leurs établissements à 22 heures ou 23 heures la veille de la rentrée pour les questions de primes. Mais depuis deux (2) ans, ces mesures nécessaires sont traitées à l’avance », a-t-il déclaré. Par ailleurs, il a fait comprendre que dans le passé la mutation de certains enseignants était punitive. « D’abord on voit la tête de l’enseignant, son bord politique et on le jette dans une zone où sa compétence n’est peut être pas nécessaire », a-t-il indiqué. Le Secrétaire général a aussi  expliqué que la question du démarrage de la rentrée scolaire n’était pas pour lui une priorité, mais le déroulement des cours tout au long de l’année sans des grincements de dents dans le rang des acteurs du système éducatif. À ce sujet, il est resté optimiste, puisque les négociations avec l’Exécutif se poursuivent encore.

 

Évaluation des Ace

 

Anselme Amoussou  pense que l’évaluation des enseignants Ace de 2008 était nécessaire. Cela ne devrait pas poser de problème, mais c’est un manque de confiance de certains enseignants aux dirigeants du pays. « Tout le monde reconnaît qu’il y a des problèmes dans le rang des enseignants », a-t-il déclaré. Pour lui, c’est déjà heureux que les intéressés aient finalement compris les attentes du gouvernement en organisant  cette évaluation. Pour finir, Il a invité les responsables syndicaux à accompagner l’Exécutif dans ses réformes pour le bonheur des apprenants.

 

Léonce Adjévi

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here