Après la désignation de Talon comme candidat du Bloc républicain:Robert Gbian dévoile la suite du calendrier  

0
713
Le Bloc républicain ne restera pas les bras croisés après la désignation du président Patrice Talon comme son candidat à la Présidentielle de 2021. Avant le déroulement de la machine de la victoire, l’actuel locataire de la Marina sera rencontré incessamment pour lui porter officiellement l’information de son choix et profiter pour régler avec lui, la question de la Vice-présidence. Sur Canal3, le mercredi 28 octobre 2020, le Secrétaire général national adjoint du parti, Robert Gbian, est revenu sur les raisons du choix du choix du chef de l’Etat et dévoilé la suite du calendrier. Lire ci-dessous, son intervention.
Vous vous êtes retrouvés lundi 26 octobre 2020 pour décider du choix de votre candidat à la Présidentielle de 2021 et c’est Patrice Talon qui a été choisi. Pourquoi ?
Robert Gbian : Le lundi 19 octobre 2020, le Bureau exécutif national du parti Bloc républicain s’est réuni pour la désignation du candidat parce que selon les Statuts du parti, le Bureau exécutif national fait des propositions, le Bureau politique adopte, le Conseil national arrête et le congrès investit. Mais comme nous sommes dans une période transitoire, nous nous sommes limités au bureau politique. Lorsque le Bureau exécutif national a fait son choix sur la personne du président Talon, le 26 octobre 2020, nous avons tenu une réunion du Bureau politique pour soumettre la proposition. Cette réunion s’est déroulée à la salle bleue du Palais des congrès en présence des 10 ministres, des députés et des 29 maires du Br. Au cours de cette rencontre, le secrétaire général national, Abdoulaye Bio Tchané, a soumis la proposition du Bureau exécutif national à l’approbation du Bureau politique. Cela s’est passé comme une lettre à la poste. Tous les membres du bureau politique qui était là ont adopté la proposition par acclamation.
Revenant à la motivation du choix de Patrice Talon, notre parti depuis sa création en décembre 2018, a la même vision que le chef de l’Etat. Nous l’avons soutenu parce que sa vision était conforme  la nôtre. C’est un homme de développement, qui aime sa patrie. Nous avons analysé les 5 années qui viennent de s’écouler et nous avons estimé que tout ce qu’il a fait nous convient et il serait inadmissible qu’on le laisse partir. Donc, nous avons estimé que c’est celui qu’il faut pour poursuivre le développement du Bénin.
La date du 26 octobre choisie, est-ce un hasard de calendrier ou vous vous êtes référés à l’histoire ?
C’est un pur hasard de calendrier.
Pourquoi le parti n’a-t-il pas porté son choix sur le Secrétaire général national du parti, Abdoulaye Bio Tchané ?
C’est vrai que beaucoup disent que notre Secrétaire général national est présidentiable. Ce qui est tout à fait vrai. Il a été deux fois candidat à l’élection présidentielle. Le choix du Bureau exécutif national du Bloc républicain a été fait librement. Nous sommes 17 membres et les 17 membres ont choisi à l’unanimité le président Patrice Talon.
Y compris Abdoulaye Bio Tchané ?
Bien sûr ! A commencer par lui d’ailleurs. Beaucoup  de gens vont croire que Abdoulaye Bio Tchané est frustré. Pas du tout. Depuis 5 années, il a travaillé aux côtés du président Patrice Talon. La vision de Abdoulaye Bio Tchané coïncide avec celle du président Talon. Même si Abdoulaye Bio Tchané était président, c’est ce que le président Talon est en train de faire qu’il va faire. Donc, il se sent responsable de ce qui se passe et est un acteur qui accompagne le travail que le président Talon vient de faire. Lui-même a estimé que si le président Talon est candidat, cela l’arrange et il va continuer par travailler à ses côtés pour continuer à développer notre pays. Il n’est donc pas frustré contrairement à ce qu’on tente de faire croire.
Est-ce qu’en décidant de faire de Patrice Talon le candidat du Bloc républicain, le parti n’a pas sacrifié l’ambition politique de Abdoulaye Bio Tchané ?
Pas du tout. Nous sommes en démocratie. Le président de la République, c’est un seul poste. Ce n’est pas une fin en soi. Plusieurs hommes politiques ont voulu être président dans ce pays mais n’ont pas pu. Moi-même, j’ai été candidat. Donc, il ne s’agit nullement d’un sacrifice. Ce n’est pas être président de la République qui signifie qu’on peut développer un pays. Le ministre d’Etat, Abdoulaye Bio Tchané est très à l’aise d’être avec le président Patrice Talon et il le sera encore si le président Talon était réélu en 2021. Il peut toujours être à ses côtés. Ce n’est donc pas qu’on a sacrifié l’avenir politique du président Abdoulaye Bio Tchané. Bien au contraire, il est à l’aise avec le président Talon parce que sa vision correspondant avec celle du président Talon.
Vos militants à la base sont-ils en phase avec votre choix depuis que l’annonce a été faite ?
Bien sûr ! C’est vrai que c’est le sommet du parti qui a décidé. Mais avant qu’on en arrive à cette étape, nous avons fait des sondages. Nous avons rencontré des militants à la base avec qui nous avons échangé. Ils n’ont pas été surpris. De toutes les façons, la décision officialisée le 26 octobre 2020 n’est une décision contestée.
Quand vous dites que Patrice Talon est le candidat unique du Bloc républicain, qu’est-ce à dire ?
Dans nos textes, le Bureau exécutif national peut proposer plusieurs candidats. Ces candidats vont au niveau du bureau politique qui trie. Finalement, si c’est deux ou trois qui sont proposés, ils vont vers le Conseil national qui choisit un seul à proposer au congrès pour validation et investiture. Donc, c’est parce que plusieurs candidats vont être proposés que nous avons parlé de la candidature unique du président Patrice Talon. Il y a des partis qui soutiennent le président aujourd’hui qui ont procédé à un vote entre le président Talon et un autre et c’est le chef de l’Etat qui a battu. Ce n’est pas le cas chez nous. C’est une décision collective. Il n’y a pas de vote. Nous avons estimé que c’est le seul candidat à même de développer le Bénin.
Patrice Talon est-il informé officiellement que vous l’avez désigné comme candidat ?
Il n’était pas sur le territoire national. De toutes les façons, qu’on l’informe ou pas avant de prendre la décision, il ne peut pas refuser parce que je connais l’homme qui a sacrifié sa vie pour développer le Bénin. Si c’est pour le Bénin, sa patrie, le président Patrice Talon est encore prêt pour s’investir. Le poste présidentiel qu’il occupe est presque comme une prison pour lui. Il ne peut plus sortir, il ne peut aller danser, il ne peut non plus conduire n’importe comment à Cotonou même s’il fait ceci par moment. Notre décision n’est pas un soutien simple, nous le portons. Donc, on ne peut pas aller à ce niveau de responsabilités au sein du parti et qu’on dise que c’est le président Talon que nous voulons porter et il va refuser. Il ne peut pas. Pour l’amour du Bénin, il va accepter.
En désignant Patrice Talon candidat unique du Br, est-ce une manière de régler le problème de parrainage au sein du Br?
 Non ! Le parrainage pose quel problème ? Ce qui est certain, Patrice Talon est notre candidat. Il aura le parrainage nécessaire qu’il faut pour être retenu, au moins 16 pourquoi pas une vingtaine. Donc, le problème de parrainage ne se pose pas. S’il obtient 16 ou 20 parrains, cela suffit largement pour qu’il remplisse les conditions pour être candidat.
La réforme du système partisan voudrait que quelqu’un qui n’appartienne par à un parti politique soit président de la République. Pourquoi, aujourd’hui, le Br décide de porter son choix sur quelqu’un qui à cette date, n’a pas encore dit s’il est du Br ou de l’Up ?
 Le président Talon est membre d’honneur du Bloc républicain.
La réforme du système partisan n’a-t-elle pas échoué à ce niveau ?
Bien au contraire. Pour ce que je sais, Patrice Talon est membre d’honneur du Bloc républicain.
Il est aussi membre d’honneur des autres partis comme l’Up, Moele-Bénin, l’Udbn… ?
Je ne sais pas pour les autres partis. Ce dont je suis sûr, c’est qu’il est membre d’honneur du Br.
Le mieux ne serait-il pas d’avoir un membre actif désigné comme candidat?
A la date d’aujourd’hui, après nos analyses, c’est que Patrice Talon mérite d’être reconduit après tout ce qu’il vient de faire à la tête du pays. S’il ne l’était pas, ce serait un gâchis pour nous. C’est le meilleur candidat actuellement. Ce n’est pas qu’on sous-estime X ou Y. Pas du tout. Le ministre Abdoulaye Bio Tchané a estimé que Patrice Talon, dans cette foulée, si on le reconduit, le Bénin va gagner sur le plan national et international. Le pays serait un Bénin qui va davantage se révéler.
Vous épousez la vision du président Patrice Talon, vous voulez qu’il revienne pour un second et dernier mandat. Il y a-t-il un contrat qui vous lie ?
Pas de contrat. Le contrat, c’est le peuple béninois. Notre souhait, c’est que le président Talon revienne pour un second mandat pour encore impulser le développement du Bénin. C’est donc le succès qu’on attend de lui, qui est notre contrat. On n’a pas un avantage quelconque à lui demander parce que le Bénin est pour nous tous. Il est là pour aider le Bénin et c’est cela qui nous réconforte.
Est-ce qu’en désignant Patrice Talon candidat du Br, la question du Vice-président est déjà résolue ?
Ce débat n’est pas encore à l’ordre du jour ici. Ce qui est urgent, c’est le numéro1 qui est la candidature du président Talon.
Mais c’est un duo désormais ?
Il faut aller étape par étape. Nous avons porté le président Patrice Talon pour être candidat du Br à la Présidentielle de 2021. Nous allons l’informer du choix du parti. Après cela, la seconde phase sera le choix du duo qui va certainement être proposé par les partis. Mais le choix final revient au chef de l’Etat. C’est lui qui va désigner celui ou celle qui sera son colistier. Ce débat, à mon sens, n’est pas compliqué.
Les militants du Br pensent que le Vice-président c’est Abdoulaye Bio Tchané, à défaut d’être président !
Rectificatif, ils ne l’ont jamais dit. Abdoulaye Bio Tchané n’est pas dans la logique de j’ai été écarté, il faut un lot de consolation pour moi à tout prix, la Vice-présidence.
Est-ce que le Br ou vous, allez cracher sur le Vice-président ?
Pourquoi voulez-vous que je crache sur le poste ? C’est une mission républicaine. Si on a choisi le président Talon pour être candidat et qu’il accepte et qu’on choisit l’un d’entre nous pour être Vice-président, pourquoi ne pas accepter ? C’est dans la même logique.
Le poste de Vice-président a un contenu pour vous ?
Ce qui a contribué à instaurer le système de Vice-président, cela est clair. Ce qui est fondamental, c’est la raison qui amené le législateur à créer la vice-présidence dorénavant parce que nous voulons avoir des élections générales à bonne date, la même année. C’est cela qui est important. Le Vice-président étant avec le président, on est garanti qu’il n’y aura pas de vacance de pouvoir. Le reste, on l’appréciera dans les faits. Le Bénin est toujours là pour étonner le monde.
A quel moment faut-il attendre que Patrice Talon lève la main pour accepter votre proposition de candidature ?
Je vous ai dit qu’il ne peut pas ne pas accepter pour la simple raison qu’il a une mission. Les 5 années qui viennent de s’écouler, il  a fait beaucoup de choses. On a estimé que c’est insuffisant. Il faut qu’il ait un second mandat. Par rapport à cette volonté du parti de voir quelqu’un qui va révéler davantage le Bénin, cette raison suffit pour que le président Patrice Talon dise, je suis d’accord.
Les couloirs disent que la course au poste de Vice-président qui a amené le Br à choisir Patrice Talon pour la Présidentielle de 2021.
C’est de la « béninoiserie » tout simplement. Quand vous posez un acte, des gens trouvent toujours à dire. Nous ne sommes pas dans ces calculs. Seul le président sait celui qui sera son duo pour la prochaine Présidentielle.
Comment voulez-vous l’aider à éviter des frustrations de l’ambiance politique autour de lui parce que Moele-Bénin l’a déjà désigné comme son candidat, le Br vient de le faire, l’Up le fera aussi sans doute et l’Udbn qui dit qu’elle va le soutenir s’il est candidat ?
Il n’y aura pas de frustrations et de jalousie. Le Br a dit ce qu’il veut. L’Up va le faire, Moele l’a fait. Tout cela n’est pas un problème. Ce qui est certain pour nous, est que nous voulons la victoire en 2021. Tout cela participe à cette victoire. En milieu Bariba, on dit : « Lorsque le serpent glisse dans sa course, c’est que la course est bonne ». Donc, si beaucoup viennent nous appuyer pour que le président soit candidat, tant mieux ! Cela est une bonne chose. Que plusieurs partis soutiennent le président, il n’y a pas de problème.
Selon vous, quels sont les critères qui vont gouverner au choix de Patrice Talon ?
Il n’y aura pas de critères. Seul le président peut savoir quelles sont les conditions, qu’est-ce qu’il aura comme vision et du Vice-président président qui sera à ses côtés.
Est-ce quelqu’un qui n’ pas d’électorat peut être choisit ?
Quelqu’un qui n’a pas d’électorat ne peut pas être choisit, cela est clair. Il y a des critères qui sont propres au président de la République.
Est-ce que la balance Nord-Sud pourra gouverner le choix du Vice-président ?
Je ne saurais le dire. C’est vrai qu’on dit souvent que quand le président est du Sud, il faut que le Vice-président soit du Nord. L’idéal aurait été cela. Cela peut pacifier le pays. Mais d’autres raisons peuvent amener le chef de l’Etat à décider autrement.
Quel est le calendrier du Br à partir de la désignation de son candidat ?
Nous allons d’abord rencontrer le chef de l’Etat. Nous allons régler le problème de la Vice-présidence au niveau de tous les partis parce qu’il est désigné, il va accepter. Après cette étape, il faut nécessairement qu’on ait le nom du Vice-président pour que le duo soit constitué puisque le président ne peut pas déclarer sa candidature sans dévoiler le duo. Lorsque le problème du duo sera réglé et qu’on saura que tout est compact, la machine sera lancée.
Vous serez directeur de campagne ou Vice-président ?
 Pourquoi pas !
Au sein du Br, les élus Br peuvent-ils parrainer d’autres candidats ?
Des gens s’inquiètent pour cela. Il y en a qui pensent que parce que le Br et l’Up ont tous les parrains, c’est Patrice Talon seul qui sera parrainé. Pas du tout. On ne peut pas organiser une élection présidentielle non inclusive. Ce n’est pas possible aujourd’hui. Nous sommes tenus aujourd’hui de parrainer beaucoup d’autres candidats de l’opposition naturellement. Ce problème sera réglé. Les députés et maires, nous allons parrainer librement les candidats.
Est-ce que le parrainage confidentiel arrange le Bloc républicain ?
Normalement, le parrainage est un acte républicain. Le député n’a pas un mandat impératif. Nous ne pouvons donc dire que les partis vont soumettre leur diktat aux maires et aux députés. C’est pour cela qu’il a été dit que les parrains vont parrainer librement sans contraintes. Il peut avoir des conseils à donner aux uns et aux autres. Il ne faut pas que les mêmes personnes parrainent une seule personne. Ce qui est certain, c’est qu’on garantira le parrainage de notre candidat, le président Talon.
Comment comprenez-vous qu’on puisse parrainer un candidat sans le soutenir, n’est-pas un manque de conviction ?
Pas du tout. Nous allons parrainer beaucoup de candidats sans les soutenir. C’est ce qui va se passer. Une fois les candidatures sorties si c’est 6 ou 8, chacun va de son côté. Ce n’est pas parce que j’ai parrainé quelqu’un que je le soutiens. Absolument pas ! Je l’ai parrainé pour lui permettre d’être candidat en tant que citoyen béninois.
Et si on se retrouvait dans un cas de figure où je parraine un candidat, je ne le soutiens et il est élu. Que va-t-il se passer ?
Le parrainage est donné pas en tant qu’individu mais en qualité d’élu de la Nation.
Quand il est élu, le parrain fait comment ? Il négocie avec lui ou le parti fait comment ?
On ne va pas entrer dans ces susceptibilités.
Il y en a qui voit à travers ce principe de parrainage, une autre forme de corruption.
C’est vrai. Beaucoup disent que les députés et les maires vont monnayer leur parrainage. Je ne pense pas. Nous avons atteint aujourd’hui un niveau de conscience qui ne permet à un député ou un maire de marchander un parrainage. De toutes les façons, au sein des partis, nous allons y veiller. On ne peut pas parler de lutte contre la corruption et que les élus se lèvent pour aller prendre de l’argent.
Que peut-on espérer du second mandat de Patrice Talon ?
Le second mandat de Patrice Talon va nous révéler beaucoup de choses qu’il n’a pas pu terminer. Les Béninois seront à l’aise. Il a semé, on a arrosé, les graines ont germé et nous allons récolter les fruits.
Source : Canal3

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here