Après la destruction des ghettos:L’Etat accélère l’assainissement de Xwlacodji

0
2290

Le quartier Xwlacodji de Cotonou fait sa toilette depuis hier jeudi 12 septembre 2019. Un mois environ après la destruction de plusieurs ghettos et autres habitations en matériaux précaires par le préfet Jean-Claude Codjia, les amas de briques et autres ferrailles issus de la casse sont dégagés. A la suite de cette opération prendra corps l’ambitieux projet d’assainissement de ce quartier populeux de Cotonou.

Il sonnait 14h30 minutes quand notre équipe de reportage est descendue, jeudi 12 septembre 2019, au  quartier Xwlacodji, dans le 5ème arrondissement de Cotonou. L’espace libéré depuis le 20 août 2019 n’a pas été recolonisé mais sert de terrain de jeu aux enfants du quartier. Pendant que certains sont occupés à jouer au football, d’autres se servent des amas de briques qui sont restés sur l’espace libéré pour tenter de construire des semblants d’habitats. Plusieurs autres groupes de gamins sont dans la mer qui rejette, à travers ses vagues, les différents déchets sur la berge.  Quelques minutes après notre descente sur le terrain, est apparu un bulldozer. La présence de cet engin lourd a attiré l’attention de la population. Hommes, femmes, jeunes et enfants se sont attroupés pour en savoir un peu plus. En effet, la perle mécanique a pour mission de dégager briques, ferrailles et autres déchets issus de l’opération de destruction des ghettos. En une trentaine de minutes, plusieurs tas de sable mélangés de toutes sortes de déchets sont constitués. Des jeunes, organisés en petits groupes, essayaient de récupérer des briques de quinze ou de dix en bon état ou encore de la ferraille. Sonia nous explique que les briques et la ferraille sont destinées à la vente sur un marché spécialement créé à cet effet.

 

Assainissement de Xwlacodji : élus locaux, maire et préfet se concertent

 

Le préfet par intérim du département du Littoral, Jean-Claude Codjia, a convoqué, mercredi 11 septembre 2019, une séance de travail au sujet de l’assainissement de Xwlacodji. Etaient présents à cette réunion, plusieurs élus locaux de Xwlacodji, mais également le maire par intérim de la ville de Cotonou. Anani Agbéssi, chef quartier de Xwlacodji plage, qui a participé à la rencontre nous a expliqué qu’il a été question pour Jean-Claude Codjia de prendre les doléances des élus  locaux pour une réussite du projet d’assainissement du quartier. « Nous avons d’abord signalé à l’autorité préfectorale que l’opération de destruction des ghettos a créé des dommages collatéraux, notamment la destruction de certaines habitations et infrastructures qui n’étaient pas concernées. Ensuite, nous avons souhaité que le préfet pense au relogement ou au dédommagement des populations qui seront impactées dans le futur par le projet d’assainissement de notre quartier » a-t-il souligné. Le chef quartier de Xwlacodji a aussi indiqué que le préfet Jean-Claude Codjia a instruit le maire par intérim de la ville de Cotonou, Isidore Gnonlonfoun, afin que les dégâts collatéraux issus de la destruction des ghettos soient corrigés. Il s’agit notamment de la réparation des toilettes et de la clôture de la Maison des jeunes. Sur la question du relogement et du dédommagement des riverains qui seront affectés, Anani Agbéssi estime que le préfet n’a pas été  clair puisqu’il a souhaité le retour de ceux-ci au village.

 

Xwlacodji, un quartier en proie à la délinquance et aux maladies

 

Le quartier Xwlacodji est réputé être un nid des divorcés sociaux. En témoigne le nombre pléthorique de ghettos qui se concentrent dans cette localité. A en croire Innocent Kaneho, conseiller local de Xwlacodji, le nombre de ghettos tournait autour de cinquante-quatre (54) il y a quelques années. « En tant qu’élus locaux, nous avons lutté contre les délinquants. Nous avons pu réduire les ghettos qui étaient dans l’ordre d’une vingtaine avant l’opération du préfet. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous avons apprécié la réaction qui a consisté à détruire ces endroits où se font toutes sortes d’activités », a expliqué le conseiller local. Le jeune Roméo que nous avons rencontré, âgé sensiblement de quinze ans, pense aussi que les  ghettos détruits ont fait du bien à Xwlacodji. Il a déploré néanmoins la présence de quelques délinquants qui, en dépit de ce nettoyage, continuent d’errer dans la zone en fumant des stupéfiants. A part la délinquance, un autre mal qui frappe de plein fouet Xwlacodji est le phénomène de la prostitution, nous renseigne le conseiller local Innocent Kaneho avec son lot de maladies sexuellement transmissibles. Outre ces différents aspects, Xwlacodji continue de végéter dans l’insalubrité après le passage des bulldozers le 20 août 2019. La population de ce quartier, ne disposant pas suffisamment de latrines, défèque à l’air libre le long de la plage. Nous avons rencontré dans la soirée du jeudi 12 septembre des jeunes et aussi des adultes en train de polluer la plage. Par endroits, des animaux, notamment des porcs et chiens sont en divagation.  La destruction des ghettos  de ce quartier  qui entre en ligne de compte du projet d’assainissement des berges lagunaires et du littoral du Bénin devra permettre de changer le visage de Xwlacodji les tout prochains mois.

 

Marcus Koudjènoumè

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here