Après l’installation des Conseils communaux:Les maires face aux défis de développement

0
1179

Après leur installation dans leurs nouvelles fonctions et les passations de charges, les maires des 77 Communes doivent maintenant faire face aux défis de développement de leurs localités. Pour ce faire, les édiles de la qua-trième mandature de la décentralisation doivent s’inspirer de la dynamique de développement en cours au Bénin.

Trois défis majeurs attendent les nouveaux exécutifs communaux et municipaux. Pour réussir leurs mandats, les maires installés au titre de la quatrième mandature de la décentralisation doivent s’approprier la politique de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption mise en œuvre depuis avril 2016 au Bénin. Ils doivent aussi opérer des réformes courageuses et salvatrices afin de rester dans la belle dynamique de développement que connaît le pays sous la houlette du président Patrice Talon et de son gouvernement. Enfin, ils ont l’obligation de créer la cohésion autour des conseillers minoritaires. En effet, le Bénin connaît une transformation extraordinaire depuis l’avènement du Nouveau départ. La construction des infrastructures routières modernes, des centres de santé de référence et la modernisation de l’administration publique avec en toile de fond la lutte contre la corruption et l’impunité, constituent entre autres socles, sur lesquels le président Talon et son gouvernement bâtissent le Bénin nouveau. Une dynamique qui a reçu l’adhésion des populations. Elles l’ont exprimé à travers l’expression de leurs votes le dimanche 17 mai dernier. En effet, lors des dernières élections communales et municipales, les Béninois, imbus de la gouvernance du président Talon, ont offert à l’Union progressiste et au Bloc républicain, les deux grandes formations politiques de la mouvance présidentielle 70 Communes sur les 77 que compte le Bénin. Cela, pour démontrer qu’ils approuvent la politique de Patrice Talon et qu’ils sont en phase avec le Programme d’actions du gouvernement. Les populations y prennent goût, car elles ont compris qu’il était possible pour le pays aussi de progresser. Dès lors, les nouveaux maires doivent prendre des décisions audacieuses, salutaires et initier des réformes salvatrices pour ne pas freiner l’élan de développement en cours dans le pays. Ils doivent également afficher un leadership conquérant tout en s’inspirant de ce qui est fait au niveau de l’Etat central. Cela, en luttant contre la corruption par exemple, afin de promouvoir la bonne gestion des ressources communales.

 

Créer la cohésion autour des conseillers minoritaires

 

L’autre facteur important de réussite de leur mandature que les nouveaux maires doivent prendre en considération, c’est la création de la cohésion autour des conseillers minoritaires. Dans beaucoup de Communes comme Parakou, Ifangni, Adjarra et Malanville, l’élection des édiles a été bloquée par des conseillers minorités qui contestaient les choix opérés par les partis poli-tiques pour diriger les mairies. Certes, le problème a été réglé par la loi interprétative et modifiant le Code électoral, mais le gros lot du travail revient aux présidents des exécutifs communaux ou municipaux. Ces derniers doivent faire preuve de leadership et de diplomatie avérés pour ramener les conseillers contestataires à leur cause. Procéder autrement mettrait en péril la cohésion, un élément primordial pour la réalisation d’une excellente mandature.       

 

Odi. I. Aïtchédji

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here