Asphaltage à Cotonou:Tonato constate l’évolution des travaux   

0
1102

Le projet asphaltage est l’un des maillons essentiels du Pag. En vue d’apprécier de visu l’avancement  travaux,  le ministre du Cadre de vie et du développement durable, José Tonato est descendu sur les chantiers, vendredi 7 juin 2019, en compagnie d’Olga Dagnon, directrice de l’Agence du cadre de vie et du développement pour le territoire et les proches collaborateurs.

 Cotonou est en chantier. C’est le moins qu’on puisse dire, à la suite de la descente faite par le ministre du Cadre de vie, José Tonato, sur les chantiers  ouverts. De Saint-Michel à Zongo, en passant par Ayélawèdjè, Gbégamey, Agontinkon, Haie-vive, Fidjrossè, Agla, la délégation ministérielle a pu constater les problèmes et difficultés auxquels font face les entreprises. Première escale de ce long  périple vendredi dernier, la rue du « Restaurant maman-Bénin » : après quelques échanges et vérifications, le ministre du Cadre de vie, très exigeant, a fait des recommandations pour corriger le tir. Ensuite, cap a été mis sur les rues « Chagas », rue de l’Ign et plusieurs autres de Cotonou. Globalement, il est a noté un retard de plusieurs mois sur l’exécution des travaux.  Ce qui n’a pas plu au ministre, qui l’a dit aux représentants de Synohydro, Hnrb, Sogea-Satom. Faisant le point à mi-parcours aux professionnels des médias, José Tonato, n’a pas caché ses impressions : « Je ne suis pas totalement satisfait sur plusieurs plans, et sur certains lots, à cause des retards, des malfaçons, du non-respect des normes de sécurité, et par rapport à la pénibilité de la vie des populations riveraines. Tout cela fait partie des problèmes que nous réglons. Mais je suis satisfait de l’avancement global du projet. Sur les quatre lots que nous avons à Cotonou, nous avons 2 lots exemplaires : le lot 6a aux Cocotiers et à  Haie-vive confié Sogea-Satom, et  le lot 3a confié à une composante de Synohydro. Ces deux nous donnent satisfaction ».  Pour la mission de contrôle, tout  se passe dans les règles de l’art, à part quelques désagréments. «  Tout ce qui se passe suit les normes en la matière, et en tant que mission de contrôle, je peux vous dire que les travaux respectent les règles de l’art.  Le ministre n’est pas totalement satisfait, des lots 6a et 3a », a déclaré Paulin Goulomè, ingénieur chef de mission, chargé des lots 6a et 3a. Pour sa part, Olga Dagnon, a dénoncé les voies de fait, les manquements dont certaines entreprises  font preuves. En effet, beaucoup des jeunes engagés sur les chantiers n’ont pas de contrats de travail légaux ; certains sont d’ailleurs  victimes d’accidents, ou de sévices corporels, et parfois, de rétention sur salaires. « Les plaintes pleuvent sur mon bureau », a dénoncé la directrice de l’Agence du cadre de vie. Toutes choses confirmées par le Commissaire de Sègbèya, Alexandre Akouègnon.

 

Jean-Paul Mahugnon

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here