Atténuation des effets du Covid-19:Le plan de sauvetage de Talon

0
1376

Pour atténuer les  effets du Covid-19,  le gouvernement a  initié un programme de soutien au secteur productif. Loin de tout mimétisme et sans céder aux sirènes, le président Patrice Talon et son équipe ont pris le temps d’observer et surtout de discuter avec les acteurs socioéconomiques pour prendre la juste mesure des impacts de la crise. Ils viennent de prendre des mesures évaluées à 74,12 milliards de FCfa pour relancer la machine économique.

Apres avoir géré avec maestria la crise sanitaire, le gouvernement Talon est en passe de réussir un autre défi, en lançant le redécollage économique à travers un programme de soutien au secteur productif. Le Conseil des ministres du mercredi 10 juin 2020 annonce en effet, de nombreuses mesures sociales et de soutien à l’économie béninoise face aux effets de la pandémie du Covid-19.  Evaluées à 74,12 milliards de FCfa, les mesures s’articulent en trois grands  axes: un soutien d’un montant de 63,38 milliards de FCfa au profit des entreprises. Cette dotation est destinée à la prise en charge, selon le cas, de 70% du salaire brut des employés déclarés sur une période de trois mois, au remboursement des crédits de Tva, à l’exonération du paiement de la taxe sur véhicule à moteur pour ceux qui ne l’ont pas encore payée au titre de l’année 2020 ou à sa conversion en crédit d’impôt au titre de l’année 2021 pour ceux qui l’ont déjà payée, à la prise en charge des loyers commerciaux sur trois mois au profit des agences de voyage déclarées. Elle est également destinée à la prise en charge intégrale des factures d’électricité pendant 3 mois pour les hôtels et les agences de voyage à hauteur de 4,1 milliards de FCfa. Ce point intègre également un fonds de bonification de 30 milliards de FCfa au support d’une ligne de financement de 100 milliards de FCfa à taux zéro au profit des acteurs économiques ciblés via les établissements bancaires et les Systèmes financiers décentralisés (Sfd). Un appui de 4,98 milliards FCfa est destiné aux artisans et acteurs de petits métiers affectés par la pandémie. Il prend en compte 55.000 personnes de ces catégories (professionnels de la coiffure, de la couture, de la soudure, de la menuiserie, petites vendeuses ; qui se sont inscrites sur la plateforme digitale ouverte à cet effet, ainsi que dans les mairies et centres de promotion sociale ; une subvention de portée générale, qui s’applique à tous les citoyens, sur les tarifs de l’électricité et d’eau pour un montant de 5,76 milliards de FCfa. A tout ceci s’ajoutera une subvention particulière au profit des pauvres et extrêmes pauvres dès la fin de l’opération de leur identification qui est en cours.

 

Une riposte économique et sociale

 

Au  début, la crise sanitaire liée au Coronavirus s’est rapidement muée en une crise économique mondiale et appelle ainsi une riposte économique et sociale pour relancer l’économie. Dans le but de favoriser l’efficacité des mesures barrières prises par le gouvernement, plusieurs activités ont été suspendues. Des dispositions qui ont eu des conséquences négatives sur la viabilité des entreprises touchées. Il ressort d’une analyse participative de la situation initiée par le gouvernement que plusieurs agents économiques sont affectés, notamment les ménages pauvres et extrêmes pauvres, les artisans ainsi que les entreprises. Certains auraient souhaité que ces mesures interviennent beaucoup plus tôt, soutenir fermement que le gouvernement, bien que conscient des difficultés générées par cette crise sanitaire sur les plans économique et social, ne pouvait se permettre d’agir à l’aveuglette. Il était plus rationnel d’appréhender d’abord  en toute objectivité l’ampleur des impacts de cette crise et les solutions idoines à y apporter. Ce temps a permis au gouvernement de mettre au point un  programme de soutien au secteur productif qui doit s’analyser comme une riposte économique et sociale pour relancer l’économie. Ce programme de soutien au secteur productif qui vient à point nommé, à un moment où on amorce progressivement le retour à la vie normale et les entreprises ou les activités de façon générale ont besoin d’une bouffée d’oxygène pour reprendre de plus belle. D’ou des mesures en faveur des entreprises formelles, des artisans et petits métiers de services de l’informel ainsi que des personnes vulnérables que sont les pauvres et extrêmes pauvres. En gros, toutes les cibles s’y retrouvent. Les solutions proposées sont réalistes et admises d’autant qu’elles sont issues d’une démarche participative et ont reçu l’approbation des principaux concernés. Il faut saluer cet effort remarquable du gouvernement dans un contexte où l’économie béninoise fait face à deux chocs exogènes à savoir la fermeture unilatérale des frontières par le Nigeria depuis bientôt un an et la crise du Coronavirus. C’est la preuve que le Bénin résiste bien et son économie montre une certaine résilience là où de grands pays sont déjà entrés en récession.

 

Wilfrid Noubadan

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here