Audition de l’ancien chef de l’Etat dans le dossier violences des 1er et 2 mai:Le juge d’instruction au domicile de Yayi (Une procédure judiciaire normale)

0
886

L’ancien chef de l’Etat, Yayi Boni, sera écouté ce jour par le juge d’instruction dans le cadre du dossier violences des 1er et 2 mai. Il ne faudra surtout pas crier au scandale. Les experts en fabrication de fausse nouvelles doivent avoir de la retenue. Ils doivent cette fois-ci se garder de manipuler les populations.

Sous l’argutie d’enlèvement, les politiciens ont l’habitude de mobiliser des badauds pour faire obstruction aux travaux des officiers de police judiciaire dans le cadre d’enquête diligentée. L’histoire renseigne à suffisance sur ces déviances notées à plusieurs reprises. On se souvient du cas Léhady Soglo, Atao Hinnouho et récemment celui de l’ancien Chef de l’Etat. Cette stratégie consistant à mobiliser des foules pour empêcher des enquêtes ou perquisitions est une infraction encouragée par certains citoyens éclairés qui excellent dans la manipulation. Le devoir d’éduquer les masses amène une fois encore à insister sur les risques qu’encourent les citoyens. Ce risque est d’autant plus prononcé quand il s’agit d’une information judiciaire. En effet, dans le cadre de l’enquête judiciaire, le juge d’instruction en charge du dossier relatif aux événements des 1er et 2 mai se rendra au domicile de l’ancien Chef de l’Etat, Yayi Boni. Il s’agit d’une opération placée sous le sceau de l’instruction et ne saurait subir une quelconque résistance de la part de quiconque. Au regard de la pratique politique sous nos cieux, on craint que ce soit, un groupe de politiques ou de badauds prenne d’assaut la devanture de l’ancien Chef de l’Etat. Il s’agit d’une erreur à ne pas commettre. Le pire serait, par des menaces ou des propos déplacés, de tenter de décourager une telle opération. Les populations souvent utilisées comme boucliers politiques doivent finalement arrêter de se laisser manipuler. Autrement, elles s’exposeraient bêtement à d’autres infractions.

 

Yayi est-il au-dessus de la loi ?

 

Lestroubles survenus les 1er et 02 mai 2019  à Cadjèhoun autour de son domicile, rattrapent-t-ils Yayi Boni ? En tout cas, l’ancien Président de la République sera entendu dans le cadre de l’instruction du Dossier Coto/2019/RP/02285- CAB4/2019/0041.  De toutes façons, il n’est pas intouchable, ni au-dessus des textes qui régissent la République. D’ailleurs, il y a quelques mois, un juge s’est  déplacé au domicile de l’ancien président de l’Assemblée nationale, Adrien Houngbédji, 2ème personnalité de l’Etat pour l’interroger. Ce qui rassurant dans cette affaire, sur la convocation, il est mentionné « en vue  de vous entendre »,  et non « en vue de vous arrêter ». C’est un juge qui a pris l’initiative et ce dernier ne reçoit d’ordre de personne. Ce n’est donc pas une initiative du Procureur de la République, ni celle d’un membre du gouvernement.Un ancien chef de l’Etat peut bel et bien être écouté en cas de besoin dans n’importe quelle affaire.

Abdourhamane Touré

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here