Autorisation de ratification du financement de Djougou-Péhunco-Kérou-Banikoara:L’Exécutif transmet le projet à l’Assemblée

0
2585

Le financement partiel du projet d’aménagement et de bitumage de la route Djougou-Péhunco-Kérou-Banikoara, longue de 209,68 km est bouclé. L’accord de prêt de 17 milliards de francs Cfa obtenu de la Boad vient d’être transmis au Parlement pour autorisation ratification.

Tout est prêt pour le bitumage des routes Djougou-Péhunco-Kérou-Banikoara sur près de 210 km en 2 fois 2voies. En effet, le gouvernement vient de poser un pas significatif dans la mobilisation des ressources pour cet important projet routier.  Le Conseil des ministres d’hier mercredi 4 septembre 2019,  a transmis à l’Assemblée nationale pour autorisation de ratification, l’accord de prêt signé entre la République du Bénin et la Boad. Cette autorisation de ratification porte sur un prêt de 17 milliards de francs Cfa. A cela s’ajoutent,  107  milliards de francs Cfa  déjà obtenus de la Bad et 6,173  milliards francs FCfa à mobiliser par la Bad sous forme de don de la Facilité d’investissement pour le transport en Afrique obtenu de l’Union européenne. L’importance stratégique de cette infrastructure routière pour les localités traversées mais aussi pour le transport national et sous régional n’est plus à démontrer. Ainsi,  l’aménagement et le bitumage des routes Djougou-Péhunco-Kérou-Banikoara, avec à la clé  un important volet social induira sans doute une révolution dans la route du coton. C’est pour cela que le Conseil a instruit les ministres concernés  pour accomplir toutes les diligences requises en vue de la ratification du prêt et du démarrage effectif des travaux. Si ce projet venait à  être concrétisé, ce sera un grand soulagement pour les populations des localités concernées,  mais aussi un véritable coup de pouce aux activités agricoles de la région. Car le projet comporte un volet d’aménagement de 152 km de pistes rurales ; la construction de 18 forages ; 12.013 mètres linéaires de clôtures;  la  réhabilitation de 18 infrastructures sociocommunautaires ; la  réhabilitation de 9 infrastructures marchandes; l’acquisition d’ambulances médicalisées pour les 4 communes desservies par le projet ; la plantation de 5600 arbres pour la protection de l’environnement; l’ appui à 50 organisations de femmes en vue de la construction de retenues d’eau pour le maraîchage, la mise en place d’unités de transformation de produits agricoles et de hangars de stockage. Tout ceci  témoigne de l’ambition du gouvernement pour cette région, et surtout, de la détermination du chef de l’Etat à désenclaver certaines régions du septentrion. Il est aussi à saluer la crédibilité du pouvoir Talon qui justifie  la confiance des partenaires qui n’hésitent pas à porter ses projets en contribuant massivement à leur financement.

 

Wilfrid Noubadan

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here