Bac 2019:100 017 candidats planchent dans 142 centres

0
1891

Les épreuves du Baccalauréat démarrent ce jour mercredi 19 juin 2019 sur toute l’étendue du territoire. 100 017 candidats planchent dans 142 centres. Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Marie-Odile Attanasso, dans son message a invité les apprenants à prendre les dispositions d’un candidat gagnant. Lire l’intégralité du discours de lancement du bac session de juin 2019.

Discours de lancement du Baccalauréat session de juin 2019

 

Nous voici une fois encore à la fin d’une année scolaire. Après les examens du Brevet d’étude du premier cycle (Bepc) et du Certificat d’étude primaire (Cep), c’est le tour du Baccalauréat. Les compositions écrites sont prévues pour se dérouler à partir du mercredi 19 juin 2019 selon les dispositions de l’Uemoa dans 142 centres répartis sur l’ensemble du territoire national. Ils sont au total 100047 candidats dont 33952 filles soit 34%.

Le baccalauréat est un examen international régi dans notre sous-région selon les normes communes aux pays de l’espace Uemoa. Au Bénin depuis quelques années, la rigueur dans son organisation et la sérénité des résultats forcent l’admiration. C’est pour cette raison que l’Uemoa s’inspirant de l’expérience du Bénin, a décidé d’harmoniser cet examen dans l’espace communautaire de l’Uemoa. Ce processus démarré depuis 2008 a débouché cette année sur l’organisation d’un examen blanc Uemoa les 18 et 19 mars 2019 sur les principes proposés par les experts commis à cette tâche. Le Bénin comme d’autres pays ont satisfait  cette  recommandation de l’espace Uemoa. Ce qui a amené les responsables togolais et sénégalais de l’Office du Baccalauréat de ces pays à s’inspirer de l’expérience béninoise.

Je profite de cette occasion pour féliciter tous les acteurs à divers niveaux qui interviennent dans le processus d’organisation de l’examen du baccalauréat. Il s’agit des syndicats, des enseignants, des superviseurs, des surveillants, des secrétaires, des conducteurs de véhicules administratifs, des journalistes etc… Maintenons le label du baccalauréat pour permettre à notre pays d’avoir les cadres de bon niveau, capables d’impulser le développement de notre nation.

Chers parents,

Les candidats ont besoin pour ces quelques jours de notre présence, de votre soutien et de toute notre attention.

Chères candidates et chers candidats, cette année a été une année apaisée. Durant neuf (09) mois, les enseignants ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour vous former. Vous êtes à présent prêtes et prêts pour affronter et réussir les épreuves écrites de la session normale. Pendant les quelques heures qui vous séparent de l’examen, ménagez-vous, prenez vos dispositions pour être prêts sur le plan moral, sanitaire et matériel du candidat gagnant. Les universités sont prêtes à vous accueillir dans les filières universitaires que vous avez choisies lors de votre inscription au Baccalauréat.

C’est le lieu de remercier les syndicats d’enseignants pour leur sens de responsabilité et d’amour pour le pays, ce qui a conduit à cette année académique apaisée.

C’est dans cette perspective d’un Baccalauréat d’une très grande cuvée cette année que je souhaite pour vous beaucoup de mentions Très Bien afin de confirmer les efforts faits dans le système éducatif pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement.

Bonne chance à toutes et à tous.

 

Marie Odile Attanasso

 

Ministre de l’Enseignement Supérieure et de la  recherche  scientifique

 

 

Le centre de composition de Tchaourou déplacé à Parakou

Le Ceg 1 Tchaourou initialement prévu pour abriter la phase écrite de l’édition 2019 de l’examen du  baccalauréat ne sera pas fonctionnel. L’Office du baccalauréat a délocalisé ce centre vers le Ceg Banikanni de Parakou en raison des dernières manifestations à Tchaourou. Serge Attenoukon, superviseur général Borgou Alibori à travers un communiqué en date du 17 juin invite les candidats à prendre les dispositions nécessaires pour être présents dans le nouveau centre aux jours et heures indiqués sur leurs convocations. Lire ci-dessous l’intégralité du communiqué.

 

Marcus Koudjènoumè

 

 

Les conseils du psychologue Serge Sourou Evènamia

Les candidats aux examens sont souvent stressés avant ou pendant la composition. Cet état de choses n’est guère favorable à la réussite. Dans une interview accordée à Océan Fm, le psychologue Serge Sourou Evènamia a donné quelques conseils pratiques pouvant permettre aux candidats de se maîtriser.

« Le candidat doit être à son centre de composition déjà à 7 heures et assis à sa place. Il doit faire une petite prière d’entrée et après faire également le tri de ces émotions, parce qu’il y a la peur qui trouble le candidat à ces moments, surtout dès l’arrivée des surveillants. Dans ces conditions le candidat peut faire l’exercice de la relaxation c’est-à-dire fermer les yeux et respirer profondément pendant quelques minutes. Après avoir fini cet exercice, il doit prendre le cahier de cours de la première matière de composition et survoler les grandes lignes. Ensuite, il n’est pas bon pour le candidat d’affronter l’épreuve avec la peur. Dans ce cas, il refait une fois encore le tri de ces émotions et essayer d’être confiant. Le candidat doit se convaincre de son efficacité. Sinon dès l’arrivée des épreuves, des besoins se font sentir chez certains. Ils doivent faire l’effort de se contrôler, car ce sont les manifestations du stress. Ils peuvent répéter chaque fois la phrase « Je suis là pour réussir » ».

 

Propos recueillis par Rèliou Koubakin

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here