Bac 2020 sous le Coronavirus:La sécurité sanitaire garantie, les candidats composent dans la quiétude  

0
1514

Les candidats au Baccalauréat affrontent depuis hier, lundi 20 juillet 2020, les épreuves écrites. 95 404 sur toute l’étendue du territoire national, ils composent pour l’obtention du premier diplôme universitaire. Aussi bien à Cotonou que dans d’autres villes, toutes les dispositions ont été prises pour le bon déroulement de l’examen surtout par ces temps de crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19.  Constat.

 Les épreuves écrites officiellement lancées à Houéyogbé

Les candidats à l’examen du Baccalauréat session de juillet 2020 planchent depuis hier lundi 20 juillet 2020, les épreuves écrites du Bac. C’est le Collège d’enseignement général (Ceg) de Houéyogbé dans le département du Mono qui a abrité le lancement au plan national  de cet examen. Le top a été donné par Mahougnon Kakpo ministre des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle et Eléonore Yayi Ladékan, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Ils sont au total 658 candidats à composer dans le centre du Collège d’enseignement général (Ceg) de Houéyogbé sur les 4550 candidats dans le département du Mono. A 7h30 minutes, la délégation ministérielle était déjà dans la cour de ce centre de composition pour le lancement officiel du Baccalauréat. Elle a pris connaissance des dispositions prises pour le bon déroulement de l’examen. Rassurée, le ministre des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle et son collègue de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a lancé la première épreuve à 8 heures précises. Pour Mahougnon Kakpo, la tenue de ces examens est un pari gagné en raison des dispositions prises surtout en ces temps de pandémie du Coronavirus. En effet, l’un des défis majeurs du gouvernement dans l’organisation des examens nationaux pour le compte de l’année 2019-2020, c’est de pouvoir tenir cet examen-là dans de très bonnes conditions tout en respectant les gestes barrières. « Vous avez constaté que devant chaque salle de composition est disposé pour le dispositif de lavage des mains. Les candidats ont reçu dans leurs mains une coulée de gel hydroalcoolique avant d’entrer dans les salles », a confié l’autorité ministérielle. Elle a par ailleurs souligné qu’à  l’intérieur des salles, un candidat a été disposé par table pour ainsi respecter la distanciation sociale. « En général, sur les plans sanitaire, organisationnel, matériel et autres, toutes les dispositions ont été prises par l’Office du Baccalauréat pour le bon déroulement de l’examen », a-t-il expliqué.

Les conseils de  Mahougnon Kakpo

 Comme en de pareilles occasions, le ministre des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle a prodigué des conseils aux candidats. « Vous connaissez la différence entre un concours et un examen.  Un concours, c’est qu’on veut un nombre donné d’admis alors qu’un examen, on peut avoir tous les candidats admis. Ce que nous vous conseillons, c’est de garder toute votre sérénité, avoir confiance en vous et de savoir que vous êtes venus à cet examen pour réussir », a-t-il conseillé. Pour sa part, sa collègue de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Eléonore Yayi Ladékan, au regard de toutes les dispositions prises, cette édition 2020 du Baccalauréat est déjà gagnée. Après le lancement de l’examen dans ce centre de composition, la délégation s’est ensuite rendue dans les centres de composition de Bopa et de Comè, toujours dans le Mono pour constater l’effectivité et le bon déroulement de l’examen. Il est à rappeler qu’ils sont au total 95 404 candidats répartis dans 137 centres de composition à plancher sur toute l’étendue du territoire national.  

Le Ceg Akpakpa Centre accueille les candidats de la série A2 du Littoral

Les candidats au Baccalauréat session de juillet 2020 composent les épreuves écrites sur toute l’étendue du territoire national depuis hier lundi 20 juillet 2020. Dans le département du Littoral, c’est le centre de composition du Ceg Akpakpa centre qui accueille les candidats de la série A2. Ils sont au total 897 présents répartis dans 32 salles de composition sur 943 candidats inscrits. La première épreuve, celle de Français a été lancée à 8 heures. Selon Fortuné Adogoni, superviseur dudit centre de composition, tout est prêt pour permettre un bon déroulement de l’examen. « Tôt ce matin, nous nous sommes rendus au commissariat pour retirer les épreuves. Il faut dire que c’est depuis hier (dimanche 19 juillet 2020) que nous avions vérifié les numéros de table des candidats », a-t-il expliqué. S’agissant des mesures de sécurité sanitaire, une équipe d’infirmière a été déployée sur les lieux. « Je suis ici pour soigner les candidats en cas de maladie. Il y a un hôpital à côté où nous pouvons conduire les malades », a confié Yébi Yanita, infirmière d’Etat présente dans ce centre de composition. En ce qui concerne les gestes barrières contre le Covid-19, ils sont respectés dans ce centre de composition. Il s’agit du port de masque de protection, le lavage des mains à l’eau et au savon et la distanciation sociale. A ce niveau, les surveillants de salles ont été instruits pour veiller au lavage des mains par les candidats à l’entrée de la salle de composition, ensuite l’application du gel hydroalcoolique dans les salles et le respect de la distanciation sociale, soit un candidat par table. Il est à rappeler qu’en dehors des 46 candidats absents, aucun incident pouvant entraver le démarrage efffectif de cet examen n’a été observé. La composition prend fin le mercredi 22 juillet 2020.

 22 247 candidats composent dans l’Atlantique

L’édition 2020 du Baccalauréat session de juillet 2020 a démarré lundi 20 juillet 2020 sur toute l’étendue du territoire national. Dans le département de l’Atlantique, c’est le centre de composition du Collège d’enseignement général (Ceg) de Houèto dans la Commune d’Abomey-Calavi qui a servi de cadre au lancement de cet examen. Le top a été donné par la vérification du respect des gestes barrières contre la propagation du Coronavirus que les officiels ont démarré leur constat. La délégation était constituée du représentant du préfet de l’Atlantique, Robert Hounsou, du maire de la Commune d’Abomey-Calavi, Angelo Ahouandjinou et des acteurs en charge de l’éducation. Pour Robert Hounsou, toutes les dispositions ont été prises pour permettre un bon déroulement de l’examen dans un contexte de crise sanitaire lié à la pandémie du Coronavirus. Il s’agit notamment des kits de lavage de mains, du gel hydroalcoolique et de la distanciation sociale qui est observée dans toutes les salles. A sa prise de parole, l’édile de la Commune d’Abomey-Calavi, Angelo Ahouandjinou, s’est réjoui des conditions dans lesquelles les candidats composent. Il a profité de l’occasion pour remercier les différents acteurs impliqués dans l’organisation de cet examen notamment le numéro 1 des Béninois, Patrice Talon. « Nous nous réjouissons de ces conditions qui favorisent un bon déroulement des examens au centre du Ceg Houèto. C’est le lieu pour nous de saluer tous les acteurs à divers niveaux en particulier le chef de l’Etat, Patrice Talon », a-t-il déclaré. Il est à rappeler que 1225 candidats planchent au Ceg Houèto pour le compte du Baccalauréat session de juillet 2020 sur un total 22 247 candidats dans le département de l’Atlantique.

 L. A

 Littoral : Le préfet Jean-Claude Codjia donne le top au Ceg Sègbèya

Dans le département du Littoral, c’est le Collège d’enseignement général de Sègbèya, qui a abrité le lancement officiel de la phase écrite de l’examen du Baccalauréat session de juillet 2020. Le top a été donné par le préfet du département du Littoral, Jean-Claude Codjia. Il était accompagné d’une délégation de la mairie de Cotonou, composée du 1er et du 3ème adjoints au maire. Dans ce centre de composition, ils sont au total 1225 candidats dont 8 candidats aveugles et amblyopes, tous de la série B répartis dans 35 salles de composition. La première épreuve a été lancée à 8 heures après l’étape obligatoire de lavage des mains à laquelle les candidats ont été soumis. Dans son adresse, le préfet leur a fait savoir qu’ils sont la priorité du chef de l’Etat, Patrice Talon qui ne lésine sur aucun moyen pour leur assurer un bel avenir. En témoigne, l’organisation de cet examen, malgré  la crise mondiale qui sévit. « La jeunesse doit saisir cette occasion et faire en sorte que cet examen se passe en toute sécurité puisque les dispositifs pour qu’il n’y ait pas contamination dans les centres de composition, sont mis en place sur instruction du chef de l’Etat et des ministres en charge de l’éducation. Je crois qu’il revient actuellement à nos candidats de composer en toute quiétude et lucidité », a-t-il déclaré. En ce qui concerne le respect des gestes barrières, le chef de ce centre de composition, Karl Dôfonnou, a rassuré des dispositions prises par le gouvernement pour un bon déroulement de l’examen. Il a expliqué que l’Office du Bac a mis à leur disposition, des flacons de gel hydroalcoolique et des masques de protection. A cela s’ajoute les kits de lavage de mains. « Dans la cour, vous avez vu au niveau des bâtiments, il y a les dispositifs de lavage de mains. L’office du Bac nous a remis des kits constitués de gel hydroalcoolique pour les candidats. 1 flacon de gel par salle. Avant le lancement de chaque épreuve, les candidats doivent se laver les mains et après recevoir le gel hydroalcoolique toujours pour se désinfecter», a-t-il conclu.

 

Merveille Sagbohan (Stag)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here