Bavure policière lors du match Bénin-Togo à Cotonou:Le porte-parole de la Police Pascal Odéloui explique

0
3539

Le porte-parole de la Police républicaine, Pascal Odéloui, a éclairé la lanterne des populations suite à la bavure policière subvenue lors du match Bénin-Togo le dimanche 24 mars 2019 au stade Général Mathieu Kérékou. Il était au micro de Frisson radio, le mardi 26 mars 2019.

Frisson radio : Lors de la rencontre Bénin-Togo le dimanche 24 mars 2019, il y a eu des incidents qui ont coûté la vie à un supporteur. Qu’est-ce qui s’est réellement passé ?

 

Pascal Odéloui : Le premier est un monsieur qui était à l’intérieur du Stade et qui avait eu des malaises. Il saillait des narines. Le Samu était allé le chercher. Malgré leur mesure de réanimation, ils n’ont pas pu le maintenir en vie. Aucune violence corporelle n’a été faite sur lui. Pour le second cas, il s’agit d’un départ accidentel d’un coup de feu. Le fonctionnaire de la Police républicaine qui avait l’arme était chargé d’assurer la protection d’une autorité. Quand l’autorité voulait entrer au stade, il y avait eu un grand monde qui le pressurisait.  Donc, il fallait que l’agent protège l’autorité. C’est au cours de l’action de protection qu’un coup accidentel est parti. La balle a frôlé la poitrine du premier et le second a reçu la balle au niveau de l’avant-bras. Ils sont tous au Centre universitaire Hubert Maga de Cotonou. Leurs vies ne sont pas en danger. Au niveau de la préparation, il y a eu des ratés. Nous le regrettons et nous présentons toutes nos excuses aux victimes et à leurs parents.

 

Il y a une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux dans laquelle on voit un policier en train de tabasser un supporteur avec sa ceinture. Quelle est votre réaction par rapport à ce genre de choses ?

Si ce cas est avéré, alors c’est désolant. La Police républicaine est une force humaine au service de la population. Et si c’était vrai, l’intéressé sera sanctionné.

 

Pour ce genre d’événement, est-ce que c’est autorisé que les Policiers aient des balles réelles dans leurs armes ?

Le policier dont il s’agit est chargé de la protection d’une autorité. Sinon, le maintien de l’ordre ne se fait pas avec des armes, mais des grenades. Il n’était pas allé au stade pour le service d’ordre.

 

Est-ce qu’il sera sanctionné ?

S’il est vérifié qu’il y a eu faute, il sera bien évidement sanctionné. D’ailleurs, les sanctions ont déjà commencé par tomber. Par exemple, le Directeur départemental de la Police républicaine est déjà relevé de ses fonctions. Le Commissaire territorialement compétent de la zone est également remercié. Ça ne tarde pas chez nous à la Police. Le chef doit être prévoyant et prendre toutes les mesures pour éviter qu’il ne survienne de ratés. C’est tolérance zéro à la Police républicaine.

 

Pensez-vous que c’est une meilleure solution de relever chaque fois les patrons de leurs fonctions lorsqu’il y a un petit souci ?

Il y a des fautes personnelles et des fautes de service. Lorsque vous commettez une faute dans l’exercice de votre fonction et que la responsabilité vous est lié, alors vous serez sanctionnés.

 

Propos transcrits par Donald Kévin Gayet (Coll)

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here