Bénin-Japon:50 ans de coopération fructueuse

0
585

La ville de Yokohama au Japon abrite du 28 au 30 août 2019, la 7ème Conférence internationale sur le développement de l’Afrique (Ticad 7). En marge de ce sommet, nous faisons un point de la coopération bénino-japonaise qui date de plus de 5 décennies qui se refuse au fil des années notamment à partir de 1979 de manière active et significative. 

I- Présentation du Japon

II- Aperçu sur la situation géographique, politique et économique du Japon

 

  1. A) Sur le plan géographique

L’Etat du Japon, en japonais « Nippon » ou « Nihon », est un pays insulaire de l’Asie de l’Est situé au large de la côte pacifique, bordé par la mer du Japon à l’Ouest, et l’Océan pacifique à l’Est.

Etymologiquement, les kanjis (ou idéogrammes) qui composent le nom du Japon signifient « lieu d’origine du soleil » ; c’est ainsi que le Japon est désigné comme le « pays du soleil levant ».

Le Japon s’étend sur plus de trois mille kilomètres de long, de la Russie au Nord à Taïwan au Sud, le long de la côte orientale de l’Asie. Il est constitué essentiellement d’îles.

En dépit de sa petite superficie (377.944km2), le Japon a la 10ème population du monde et est la troisième puissance économique mondiale.

Le Japon exprime par sa géographie, le contraste le plus remarquable qui soit au monde entre un milieu éminemment ingrat qui n’offre à ses habitants qu’une superficie cultivable inférieure à 78.000 km2 (moins de 24% de la surface totale) et une population estimée à environ 126 millions d’habitants (2011).

Le Japon est un archipel fortement montagneux, caractérisé par de nombreux volcans et des tremblements de terre permanents.

 

  1. B) Sur le plan politique

Le Japon est une monarchie constitutionnelle. Il est régi par la Constitution de 1947 où l’Empereur n’occupe qu’une place honorifique, tandis que l’essentiel du pouvoir politique est détenu par un parlement bicaméral, la Diète.

Le pouvoir exécutif appartient au Cabinet, responsable devant la Diète, dirigé par le Premier Ministre et composé de Ministres d’Etat devant tous être des civils. Le Premier Ministre est choisi au sein de la Diète par ses pairs avant d’être nommé par l’Empereur.

Le pouvoir législatif, c’est-à-dire la Diète, se compose d’une Chambre basse, la Chambre des représentants de 480 sièges, élus pour quatre (04) ans au suffrage universel, et d’une Chambre haute appelée Chambre des conseillers, de 242 membres, élus au suffrage universel secret pour une durée de six (06) ans, renouvelable de moitié tous les trois ans.

Le Japon entretient d’étroites relations avec son principal allié, les Etats- Unis, officialisées par le traité de coopération mutuelle et de sécurité entre les deux pays depuis 1960.

Il est membre de l’Onu depuis 1956, du G4, du G7 de l’Apec, de l’Asean. En 2018, le Japon a occupé le quatrième rang des plus grands donateurs d’aide publique au développement avec une contribution s’élevant à 14,17 milliards de dollars Us, derrière les Etats-Unis (34,26 milliards), l’Allemagne (24,99 milliards de dollars) et le Royaume-Uni (19,40 milliards de dollars Us). Il est confronté à un différend avec la Corée du Nord suite à l’enlèvement de citoyens japonais. Les tirs de missiles ainsi que le nucléaire nord-coréens sont aussi source de vive tension entre les deux pays.

 

 

  1. C) Sur le plan économique

Le Japon est la troisième puissance économique mondiale, derrière les Etats-Unis et la Chine.

Les grands groupes comme Toyota, Nissan, Honda, Mitsubishi, Canon, Panasonic, Sony, Akai, Sharp, etc., placent le Japon parmi les grandes nations industrielles et technologiques.

Il est aussi une économie de services très diversifiée et compétitive, particulièrement performante dans les secteurs de pointe.

L’organisation économique du Japon présente quelques traits propres :

– des liens étroits entre industriels, sous-traitants et distributeurs dans des groupes appelés ‘’keiretsu’’ ;

– de puissants syndicats d’entreprises avec peu de conflits et une culture du dialogue, un mouvement de revendications salariales annuel (shuntô) au printemps ;

– de forts investissements dans la recherche et le développement.

II- Bases juridiques de la coopération

Les relations diplomatiques entre le Bénin et le Japon ont été établies en 1961 marquées par plusieurs Accords dans divers domaines.

Les deux pays échangent sur leur coopération à travers une Commission mixte.

 

III- Etat de la coopération

 

La coopération entre le Bénin et le Japon date de plus de cinq (05) décennies et s’est renforcée au fil des années notamment à partir de 1979 de manière active et significative.

Cette coopération se manifeste sous deux (2) volets : le volet bilatéral et celui multilatéral.

– De la Coopération bilatérale

Cette coopération est à la fois économique et technique.

 

  1. A) La coopération économique

La coopération économique couvre plusieurs programmes à savoir : le programme alimentaire (Kr1), le programme d’aide à la production agricole (Kr2), le programme du don spécial hors-projet et le programme du don général.

  • Aide alimentaire Kennedy Round I (Kr1)

Il s’agit d’une aide annuelle portant généralement sur le don de riz, qui est ensuite cédé aux populations à des prix subventionnés. Le gouvernement béninois a l’obligation de reconstitution en fonds de contrepartie d’un montant égal aux deux tiers (2/3) du prix Fob de la valeur du don.

Le Bénin a déjà bénéficié de plusieurs Kr1. Le don alimentaire de l’année 2014 par exemple, est évalué à 390 millions de yens soit environ 1,7milliard de francs Cfa, et celui de l’année fiscale 2015 à 420 millions de yens soit environ deux (2) milliards de francs Cfa, celui de l’année 2016 à 250 millions de yens soit environ 1, 3 milliard de francs Cfa et celui de l’année 2017 à 320 millions de yens. Le don de l’année 2018 est d’une valeur de 300 millions de yens

  • Aide à l’augmentation de la production agricole, Kennedy Round II (Kr2)

Elle consiste en la fourniture d’intrants, de matériels ou d’équipements agricoles destinés à favoriser l’accroissement de la production agricole. Comme pour le Kr1, les produits sont cédés aux agriculteurs à des prix subventionnés et les fonds de contrepartie reconstitués à hauteur de 2/3 de la valeur Fob des produits acquis servent à financer les projets relevant du secteur rural.

Il été suspendu depuis 2005 pour semble-t-il, mauvaise gestion.

  • Le Don japonais Hors projet

Il s’agit d’une subvention d’appui au Programme d’ajustement structurel (Pas). Elle sert à l’importation de différents produits à commercialiser ou à exploiter par les pays destinataires.

Tout comme les autres dons, le don hors projet comporte une obligation de reconstitution des fonds de contrepartie destinés à financer des projets de développement.

  • Le Don général

Ce volet de la coopération recouvre l’assistance financière que le Japon accorde aux pays en développement pour l’acquisition de biens d’équipement et de réalisation de projets de développement dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’agriculture et de la pêche, etc.

NB: Les fonds de contrepartie servent à financer de microprojets à caractère sociocommunautaire.

 

  1. B) La coopération technique

L’objectif de cette coopération est d’assister et d’accélérer l’effort des pays bénéficiaires pour le développement à travers le renforcement des capacités humaines et institutionnelles.

Elle est assurée par l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica). Installée au Bénin, le 22 juillet 2005, sous le nom de Bureau du Service des volontaires japonais pour la coopération à l’étranger (Jocv), cette institution a été élevée au rang de Bureau Local de l’Agence Japonaise de coopération internationale.

La Jica est chargée de la mise en œuvre de la coopération technique entre les deux pays. Elle est le bras exécutant des projets financés par le Japon, gère les stages de formation, les études de développement, les volontaires japonais et les aides d’urgence en cas de catastrophes naturelles.

Les projets suivis par la Jica couvrent divers secteurs (éducation, santé, agriculture, assainissement, l’hydraulique villageoise, etc.). Au titre de ces projets, on peut citer :

– la 6ème phase du projet de construction et d’équipements de deux cent vingt (220) salles de classes dans le Département de l’Atlantique pour un montant d’environ 7 milliards de francs Cfa (cf. Accord signé le 18 décembre 2017);

– le projet de renforcement des capacités de l’Ecole normale d’instituteurs (Eni de  Djougou) ;

– le projet d’approvisionnement en eau potable en milieu rural (cf. Accord  signé le 31 mars 2016 portant sur les Communes de Glazoué et de Dassa-Zoumé, d’un montant de 1 milliard 71millions de yens soit environ 6 milliards de francs Cfa) ;

– le projet d’aménagement du Port de pêche de Cotonou ;

– le projet de renforcement des installations et équipements des centres de santé (Centre National hospitalier et universitaire de Cotonou, Hôpital de la mère et de l’enfant lagune (Chu-Mel), Centre hospitalier universitaire départemental de l’Ouémé (Chud-Op) ;

– la construction et l’équipement de l’hôpital de la zone sanitaire d’Allada-Zê-Toffo, dont l’Accord a été signé le 31 mars 2015, pour un montant de 1milliard 900 millions de yens soit environ dix (10) milliards de francs Cfa et qui a été inauguré  le 24 août 2018.

Au total, les interventions japonaises au Bénin sous forme de projets s’élèvent à plusieurs centaines de milliards de francs Fca et impactent positivement les conditions de vie des populations bénéficiaires.

  • Des stages de formation

Ils se réalisent à travers l’envoi au Japon de fonctionnaires béninois pour des stages de perfectionnement dans divers domaines.

  • Des volontaires japonais

L’un des éléments importants de la coopération technique est l’envoi au Bénin des volontaires japonais.

Ces Volontaires, de compétences variées, vivent et travaillent directement avec les communautés rurales. Ils interviennent dans les secteurs de la santé, de l’éducation, de l’assainissement, de l’agriculture, etc. et sont répartis dans les différentes Communes du territoire national.

Le nombre de volontaires japonais qui ont travaillé au Bénin, depuis le démarrage du programme jusqu’à ce jour est évalué à environ deux cents quatre-vingt-six (286) personnes.

  • Programme Abe Initiative

Sur recommandations conjointes des industries japonaises, le Premier Ministre ABE a annoncé le lancement de l’African business education (Abe Initiative), dont l’objectif est d’apporter un soutien aux jeunes qui ont le potentiel de contribuer au développement des industries en Afrique. Ce programme leur offre l’opportunité de faire des Masters dans les universités japonaises en tant qu’étudiants puis des stages dans les entreprises japonaises.

Le Bénin a bénéficié déjà de trois (03) promotions de ce programme sur les quatre (04).

  • De la coopération décentralisée

Le Japon intervient également dans le cadre de la coopération décentralisée. Dans ce chapitre, il est à inscrire le partenariat entre la Mairie de Cotonou et la Mairie de Yokohama.

– De la coopération multilatérale

Cette coopération se manifeste à travers la Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l’Afrique connue sous la dénomination de Ticad.

Elle a été lancée en 1993 sur l’initiative du Japon pour conduire l’Afrique vers son développement.

Le Japon s’est engagé dans cette voie en reconnaissant qu’il ne saurait y avoir de stabilité, de paix et de prospérité dans le monde, tant que les problèmes de l’Afrique ne seront pas réglés.

La Ticad implique globalement les pays africains, le Japon, les pays donateurs faisant offices de partenaires de l’Afrique, les institutions internationales (Onu, Pnud, Banque mondiale, etc.), le secteur privé ainsi que la société civile.

L’institution se réunit tous les trois (3) ans de façon alternative au Japon et en Afrique et a déjà tenu six (6) assises.

Dans le cadre de ce processus multilatéral, les Etats africains dont le Bénin ont bénéficié de plusieurs projets.

La présente édition qui est la septième se tiendra du 28 au 30 août 2019 à Yokohama et sera consacrée aux thématiques ci-après :

– Promouvoir la transformation économique et améliorer l’environnement et les institutions en faveur du commerce à travers l’innovation et l’engagement du secteur privé et assurer la finance durable ;

–  Promouvoir une société résiliente et durable pour la sécurité humaine ; et

– Paix et Stabilité.

 Perspectives :

La coopération avec le Japon est une coopération très dynamique et un exemple vivant de la coopération Nord-Sud.

Cette coopération, telle qu’elle se présente aujourd’hui, est prometteuse et a de beaux jours devant elle au regard des engagements qui la sous-tendent. Le Bénin doit saisir davantage l’opportunité qu’offre le Japon et profiter de cette coopération basée sur un partenariat gagnant-gagnant et respectueuse de la souveraineté de chacun des Etats.

Au titre de cette coopération, plusieurs projets sont en cours de négociation.

Il est à souhaiter l’accélération des procédures de mise en œuvre desdits projets. Il s’agit notamment de la construction d’un échangeur au carrefour Toyota à Cotonou, la construction d’usine dans le secteur textile, l’accueil du Forum de la Ticad 8 en 2022.

D’autres projets prioritaires pourraient également être soumis à la partie japonaise, notamment l’assainissement de certaines grandes villes du Bénin, l’aquaculture et les infrastructures routières.

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here