Bge 2021:Agbénonci, Homéky et Marie-Cécile de Dravo devant la commission budgétaire

0
928

Le ballet de la présentation des budgets de l’année 2021 des institutions et Ministères se poursuit devant la commission budgétaire de l’Assemblée nationale. Vendredi 20 novembre 2020, se sont  les ministres des Affaires étrangères et de la coopération, des Sports et la présidente de la Haute cour de justice qui ont défilé devant Gérard Gbénonchi et les siens pour l’exercice.

Deux ministres et une présidente d’institution étaient devant la commission budgétaire de l’Assemblée nationale pour défendre leur budget vendredi dernier. Il s’agit des ministres des Affaires étrangères et de la coopération ; des Sports et la présidente de la Haute cour de justice. En ce qui concerne le Ministère des affaires étrangères et de la coopération, on retient que les actions prévues dans le budget 2021 visent à poursuivre la réforme « drastique » de la carte diplomatique en cours. « L’option aujourd’hui est notre efficience que nous combinons avec l’efficacité ; c’est-à-dire plus de résultats avec moins de moyens, en modernisant les moyens de travail, en utilisant énormément la technologie, en formant davantage notre personnel pour que certains postes deviennent à vocation régionale », a précisé le ministre Aurélien Agbénonci. Aussi, a-t-il renchéri que ce qui est prévu, c’est de doter le Ministère des outils qui lui permettent de conduire cette réforme-là pour que les résultats ne soient pas en baisse. C’est également de faire en sorte qu’un certain nombre d’engagements pris par le Bénin soient respectés. « Désormais, nous aurons des Ambassadeurs non-résidents. Il était important que non seulement leur cadre de travail soit mis en place et que les moyens qui vont leur permettre d’exercer leurs activités à partir de Cotonou vis-à-vis des pays d’accréditation soient fournis (…) », a confié le patron de la diplomatie béninoise. Aurelien Agbénonci va par ailleurs ajouter que « nous sommes au courant de la situation de nos compatriotes de la diaspora. Bien entendu que le président de la République se tient informé de ce qui advient de nos compatriotes à l’extérieur. Ce que nous faisons et parfois sans bruit, c’est d’intervenir lorsque nous pouvons soit directement, soit par l’entremise des pays amis pour apporter lorsque cela est possible une assistante particulière. D’une manière générale, ce que nous essayons de faire, c’est d’envoyer ce message à nos compatriotes que les principes de gestes barrières qui permettent de se protéger et de protéger les plus vulnérables de nos communautés à l’extérieur contre le Covid-19 doivent être respectés (…) La question qui n’a pas échappé aux députés, c’est celle de la fermeture des frontières terrestres avec le Nigeria. Aurélien Agbénonci a informé la représentation nationale que le comité tripartite se réunit bientôt à Cotonou tout en espérant cette fois-ci, que le voisin du Nigeria respectera ce qui a été prévu et sur la base des recommandations de ce comité tripartite, la partie nigériane prendra la décision de sagesse qui est la plus conforme aux règles de l’intégration régionale, aux règles communautaires de la Cedeao…A noter que le budget 2021 du Ministère est de 21.973.544.000 de FCfa contre 27.951.000.000 de FCfa pour 2020 avec une tendance baissière suite à une réforme de la carte diplomatique du Bénin où la suppression d’un certain nombre de postes diplomatiques et le réajustement d un certain nombre d’actions étaient en ligne de mire.

 

2021, année de poursuite et de consolidation des réalisations sportives

Le Ministère des sports compte maintenir le cap de sa performance en 2021. L’annonce a été faite vendredi 20 novembre 2020 à la commission budgétaire de l’Assemblée nationale par Oswald Homéky. Selon l’autorité ministérielle, l’année 2021 va être pour son département une année de poursuite et de consolidation de tout ce qui est déjà en cours, mais aussi une année de montée en puissance de certains aspects notamment la professionnalisation des différents championnats, les réformes institutionnelles qui vont entrer dans des phases de mise en œuvre (…).Pour l’atteinte des objectifs, le montant du budget 2021 a connu une hausse soit 22.469.947.000 de FCfa contre 22.101.911.000 FCfa pour un taux d’accroissement de 1,67% et qui va consacrer la poursuite des actions qui sont déjà en cours dans le strict respect du Programme d’actions du gouvernement (Pag). Les députés ont saisi cette opportunité pour demander au ministre Homéky s’il y aura une seconde phase de construction des stades omnisports comme annoncé et quelles seront les Communes qui vont en  bénéficier. En réponse à leurs préoccupations, Oswald Homéky a laissé entendre que ces joyaux qui ont été construits par le gouvernement dans plusieurs Communes pour la première phase intéressent les populations de toutes les Communes. « Qu’il nous souvienne qu’en début de mandat, le chef de l’Etat a pris l’engagement de doter chaque Commune d’une infrastructure aux normes. C’est dans cet élan de réalisation que le ministre Oswald Homéky a rassuré les députés, que la deuxième phase aura bel et bien lieu. Les Communes qui avaient été élues sont celles qui bénéficieront de ces infrastructures. A termes, chaque Commune aura cette infrastructure aux normes internationales… », a conclu Oswald Homéky.

 Marie-Cécile de Dravo Zinzindohoué plaide pour l’augmentation des crédits leasing

Au cours de sa présentation du budget, gestion 2021, la présidente de la Haute cour de justice, Marie-Cécile de Dravo Zinzindohoué, a fait part aux députés, de la difficulté liée à l’insuffisance des crédits comme les crédits leasing qui ne sont pas suffisamment accordés à l’institution. Elle a de nouveau fait le plaidoyer et demandé aux députés d’accompagner l’institution afin que ce manque à gagner de 8.085.000 de FCfa lui soit octroyé pour clore ce chapitre. Cinq principales recommandations ont été formulées l’année dernière par les députés pour la gestion du budget 2020. Deux n’ont pas connu un aboutissement. C’est par exemple la recommandation concernant l’achat des toges des membres de la Haute cour de justice. « Les députés ont eux-mêmes constaté que nous n’arrivons pas à tenir les rentrées judiciaires au niveau de la Haute cour de justice comme le font les autres Cours. C’est fondamentalement dû au fait que les Juges de la Haute cour de justice et le personnel judiciaire aussi n’ont pas les signes distinctifs qu’il faut, notamment la robe et le mortier. Le ministre de l’Economie et des finances a promis nous acheter des robes quand un procès sera programmé. Nous attendons toujours des dossiers et peut-être un jour commencer par organiser des rentrées judiciaires… », a martelé la présidente de la Haute cour de justice. Selon Marie Cécile de Dravo Zinzindohoué, Il y a une autre recommandation qui n’a pas abouti. C’est celle concernant les simulations de procès. A juste titre, les députés ont observé que l’institution n’ayant pas organisé un procès jusqu’à présent, pour éviter d’éventuels cafouillages de procès qui profitent toujours à l’accusé. Ils ont donc réitéré cette année cette recommandation d’organisation de simulations de procès par la Haute cour de justice qui est un organe central dans la lutte contre la corruption. Ceci, pour que le citoyen lambda ait une idée de la procédure telle qu’elle se déroule au niveau de la juridiction et pour que les juges eux-mêmes puissent fournir leurs armes et être prêts quand un procès tombera sur leur table. Le montant alloué à la Haute cour de justice pour 2021, est de 545.408.000 de FCfa contre 515.140.00 FCfa en 2020 soit un accroissement de 5,88%.

 

Martial Agoli-Agbo (Corresp. Ouémé-Plateau)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here