Bivalence dans l’enseignement secondaire:Les objectifs poursuivis par le gouvernement

0
626

Le Ministère des enseignements secondaire, technique et de la formation technique a initié pour le compte de l’année académique 2020-2021 le système de la bivalence. Une mesure qui à en croire le ministre Mahougnon Kakpo, en conférence de presse, mercredi 30 septembre 2020, vise à combler le déficit d’enseignants observé dans certaines matières telles que le  Français, les Mathématiques et la Physique chimie et technologie (Pct). Ainsi, un enseignant peut être appelé à dispenser les cours dans une matière, autre que sa discipline de formation. Au cours de son entretien avec les professionnels des médias, le ministre des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle a précisé que ce n’est pas systématique qu’un enseignant soit amené à dispenser les cours dans n’importe quelle discipline mais plutôt qu’il y aura une étude qui se fera d’abord par une équipe d’encadrement pédagogique sur le terrain. « Pour qu’un enseignant soit préposé à la bivalence, on regarde son dossier pour savoir s’il a un profil qui correspond à l’enseignement d’une autre discipline. Il y a des enseignants qui ont une Licence en Histoire ou Géographie par exemple mais qui ont également une maîtrise ou un Capès en Français. Il y en qui prennent une Licence en Physique ou Chimie et qui font après un Capès ou un maîtrise en Mathématique. Donc les dossiers fournis par ces enseignants nous permettent de savoir les disciplines dans lesquelles il faudrait les solliciter lorsque la situation se pose dans l’établissement où ils sont affectés », a déclaré Mahougnon Kakpo qui a rassuré que les enseignants ne seront pas jetés en pâture dans les classes mais qu’ils seront accompagnés par un dispositif pédagogique. « Dans chaque département, nous avons un pôle d’inspecteurs que nous appelons l’Inspection pédagogique déléguée. L’inspection ne part plus de la base centrale pour aller sur le terrain. Elle est déléguée au niveau du département et cela part du département pour aller dans les Communes et des Communes pour les départements, ceci pour faciliter l’encadrement », a-t-il poursuivi.

 

Marcus Koudjènoumè

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here