Boulevard:Et pourtant, on le savait !

    0
    5302

    Le retrait de Me Adrien Houngbédji et de sa famille politique du Bloc républicain n’a ébranlé outre mesure Patrice Talon. Cela ne devrait produire aucun effet de surprise d’autant qu’il y a quelques semaines lors du congrès du Prd à Avrankou, département de l’Ouémé, Adrien Houngbédji a déjà répondu très clairement aux propos de certains invités qui ont commencé par chanter le requiem du Prd. Alors que les discours de quelques alliés présents ont tendance à enterrer le parti Arc-en-ciel et montré que c’est la dernière fois que le slogan « Tchoco-Tchoco » sera entendu, Adrien Houngbédji a riposté en lançant que, ceux qui prédisent une telle fin de son parti ne savent pas de quoi ils parlent. Les partis amis invités à cette manifestation ont donc assisté à quelque chose de très inattendue et sont repartis les visages plein d’interrogations. Ils se sont fait une idée des intentions de leurs alliés. Ce n’était qu’une question de temps.

    A l’arrivée, il n’y a pas de différence entre les déclarations faites à Avrankou et la décision prise par Adrien Houngbédji, le 18 novembre 2018. Malgré un tel comportement, Patrice Talon a gardé la tête sur les épaules en ne cherchant pas à tonner contre la position de son allié. Le chef de l’Etat a sans doute ses raisons, et la plus plausible, c’est de ne pas donner l’occasion à son partenaire de lui tourner dos, car si tant est que la politique réserve d’énormes surprises, il vaut mieux laisser faire jusqu’ à la fin. L’autre raison tout aussi dépendante de la première, c’est de ne pas pousser le Prd dans l’opposition. A partir de là, chacun devrait se faire une idée de la position affichée par le chef de l’Etat après cette sortie du Prd du projet de constitution de deux grands partis. Cette sagesse de Patrice Talon que beaucoup ont du mal à comprendre répond à une seule logique: il ne faut pas tirer des conclusions hâtives.

    FN

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here