Brigade criminelle de la Police judiciaire:Adrien Houngbédji et Honfo convoqués

0
612

Le président du Parti du renouveau démocratique, Me Adrien Houngbédji, est dans de beaux draps. Il est attendu à la Brigade criminelle ce jour mardi 12 mars 2019.

L’étau se resserre de plus en plus autour du président du Prd Me Adrien Houngbédji. Après le rejet de la liste de son parti politique aux prochaines élections législatives par la Céna, il a été invité à se présenter à la Brigade criminelle sise à Agblangandan ce jour mardi 12 mars 2019, à 10 heures. Il en est  porte-parole du parti, Charlemagne Honfo également convoqué par la Brigade criminelle. Cette convocation à lui adressée par le commissaire Yaya Boni Gomina fait suite aux réactions des responsables du parti Arc-en-ciel, à la suite de la publication de la liste des formations politiques qui ont reçu le quitus de la Céna pour les prochaines élections législatives. En effet, depuis la proclamation des résultats par la Céna, après l’examen de conformité des dossiers des partis politiques annoncés pour les législatives du 28 avril 2019, les « Tchoco tchoco » ne cessent de tirer à boulets rouges sur l’institution sans raison garder. L’exemple le plus palpable est la dernière sortie médiatique de Charlemagne Hounfo. Sur l’émission « Cartes sur table » de radio Océan dimanche dernier, le porte-parole du Prd a fustigé le travail abattu par la Céna, l’accusant d’avoir fait montre de légèreté dans le traitement des dossiers des partis Union progressiste et Bloc Républicain. Mieux, pour justifier ses propos, il a fait croire que son  parti a des taupes au sein des commissaires de la Céna. Le secrétaire général du parti avait annoncé les couleurs à la rencontre du Chef de l’Etat avec les partis politiques. Au cours de ce conclave, Falilou Akadiri avait semblé dire, de façon subtile, que les deux partis qui soutiennent le président Talon avaient bénéficié d’un traitement particulier de la Céna lors de l’examen des dossiers. Une lecture des choses qui a fait sourire le président Talon. Il a aussitôt posé la question de savoir si le Prd n’était pas de la mouvance. C’est surement dans cet élan de désapprouver la décision de la Céna portant rejet de son dossier de candidatures que les responsables du parti ont dû sortir des documents jugés « confidentiels » par la Céna. Une situation qui pose le problème du secret de délibération de la Commission électorale nationale autonome. Puisque les déclarations du Prd laissent croire que l’institution a favorisé certains partis politiques au détriment d’autres. L’autre chose qui pourrait justifier les ennuis judiciaires de Me Adrien Houngbédji, c’est les documents falsifiés qui se seraient retrouvés dans certains dossiers à la Cena. Ce cas de fraude a été également évoqué lors de la rencontre entre le Président de la République et la classe politique. Les prochaines heures s’annoncent difficiles pour le président du Prd.

AT

 

 

 

 

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here