Causerie autour du Code électoral et de la Charte des politiques:Le député Alladatin décrypte l’actualité sociopolitique

0
4197

 

Les législatives prévues le 28 avril prochain font  l’objet d’interprétations diverses. Cela crée une crise politique artificielle qui  donne l’occasion  à certains de répandre beaucoup de fausses informations. C’est pour mettre fin à ces  intoxications qu’il a été organisé, mercredi 10 avril 2019 au Chant d’oiseau à Cotonou, une causerie-débat sur l’évolution de l’actualité sociopolitique. Au centre des préoccupations, la polémique autour du  Code électoral, et de la Charte des partis politiques. Devant un parterre  de personnalités,   Orden Alladatin  a entretenu le public sur les tenants et aboutissants des nouveaux textes de lois votées au Parlement. Le député  a d’abord rappelé à l’auditoire que le regroupement des partis politiques pour n’en avoir que deux ou trois solides n’est pas une idée de Patrice Talon. Car, rappelle-t-il, alors que l’actuel chef de l’Etat était toujours en exil en 2015, Adrien Houngbédji, prenant les rênes du Parlement,  a insisté sur la nécessité de regrouper les partis politiques, afin d’en faire des formations politiques viables. D’ailleurs, le président de l’Assemblée nationale, dans son dernier livre en kiosque, a rappelé ce vœu qui lui est cher. Pour le reste, selon le député, l’actuelle majorité n’a pas changé grand-chose aux textes en vigueur. Le délai de six mois pour se conformer, le quitus fiscal, le rôle du ministère de l’Intérieur, celui de la Cena, l’article 242 du Code électoral, le certificat de conformité,  les 10% de suffrage national, le comportement de certains leaders de l’opposition, les manquements de l’Usl et des Fcbe dans la composition de leurs dossiers,  ont été largement commentés par le député. Pour lui, dire et répandre, comme le font certains, que le Bloc républicain et l’Union progressiste sont deux partis du chef de l’Etat est un pur mensonge. Car, l’Union progressiste, a-t-il rappelé, est composé de 80 partis politiques, alors que le Bloc républicain est un regroupement d’au moins 70 partis. Il en découle, a-t-il ajouté, que le match des prochaines législatives, sera tout sauf un «  match amical » entre formations siamoises.

JPM

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here