Cession des usines rizicoles de Malanville et de Glazoué:La Sobétri, nouveau propriétaire

0
861

Elles sont à l’agonie et le gouvernement n’a pas eu autre choix que d’autoriser leur cession. Les usines de décorticage du riz paddy de Malanville et de Glazoué seront cédées à la Société béninoise de transformation de riz (Sobétri) S.a.

Le choix de la cession est sans doute une solution vitale pour ces deux usines qui étaient en train de devenir des amas de ferrailles. Plus rien n’était à espérer de ces deux unités de production qui mourraient en silence. Ayant perçu le drame, le gouvernement a depuis 2016, envisagé de contribuer à les soustraire de cette fin subite. Ainsi, au cours du Conseil des ministres du 19 octobre 2016, il a décidé de procéder à leur cession. Dans ce cadre, un appel d’offres a été lancé le 18 août 2017. Malheureusement, il s’est révélé infructueux, car les offres financières reçues pour les lots dont les dossiers ont été acquis étaient largement en deçà des prix d’acquisition et d’installation des usines. La Sobetri qui avait déjà fait les meilleures offres financières pour les deux usines de riz, soit 300 millions de Fcfa chacune, a manifesté  son  intérêt pour leur acquisition à un prix revu à la hausse. Ainsi, le 14 décembre 2018, elle a soumis une proposition contenant une offre financière d’1 milliard 500 millions de FCfa ainsi que la mise aux normes internationales des deux rizeries pour une capacité de production de 4 tonnes par heure, soit 24.000 tonnes par usine et par an et 48.000 tonnes pour les deux.  Le cahier de charges de la société comporte également l’investissement de 10 milliards de FCfa pour la rénovation, le démarrage des activités et la création de 220 emplois directs et 800 emplois indirects. La société s’est également engagée à construire dans un délai de deux ans, après la date de démarrage, de deux autres usines de décorticage du riz paddy d’une capacité de 24.000 tonnes chacune dans la vallée de l’Ouémé pour un investissement supplémentaire de 15 milliards de Fcfa. A l’appui de son offre, la Sobetri SA a démontré qu’elle est en consortium avec de grands groupes réputés dans le domaine et qui attestent du sérieux et de la solidité de son dossier. Au regard de la qualité de ce dossier, le Conseil a autorisé la cession des deux usines à Sobétri S.a. et instruit le Ministère des finances de formaliser l’opération. Il ne fait l’ombre d’un doute que la Sobétri au regard de ses propositions, offre des garanties sérieuses pour l’atteinte de ses objectifs à court moyen et long termes. Elle s’est entourée d’expertises avérées et ambitionne d’impulser un nouveau dynamisme au secteur du décorticage. Avec méthode et ce, depuis 2016, le gouvernement a conduit patiemment ce dossier qui augure désormais de perspectives heureuses pour l’économie béninoise et sa jeunesse. Avec cette reprise des rizeries par Sobétri et ses intentions pour le secteur, on voit l’émergence structurée d’une nouvelle filière à côté du coton et de l’anacarde. Une manifestation réelle de l’ambition du gouvernement à prôner la diversification agricole.

 

 

AT

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here