Cession partielle de l’Industrie du bois du Bénin:L’Ibb S.a sommée d’apurer son dû à l’Onab

0
448

Le Conseil des ministres a sommé le repreneur de l’Industrie du bois du Bénin (l’Ibb) S.a à apurer 1.270.885.599 de francs Cfa au profit de l’Onab après avoir examiné les difficultés liées àla mise en œuvre des mesures découlant de la cession partielle de l’Ibb S.a. C’était à l’issue du conclave hebdomadaire du Gouvernement du mercredi 29 mai 2019.

Le gouvernement a ordonné l’apurement au profit de de l’Office national du Bois (Onab), par le repreneur de l’Industrie du bois du Bénin (l’Ibb) S.a du solde débiteur de 1.270.885.599 de francs Cfa. La mesure a été prise sur la base du rapport circonstancié que le Ministre du cadre de vie et du développement durable a soumis au Conseil des ministres. Il a également ordonné le préfinancement par I’Onab, à titre de règlement à l’amiable des indemnités évaluées à 216.125.556 de francs Cfa aux travailleurs transférés à l’Ibb S.a. La relecture des documents contractuels consacrant la cession de ladite société et, en cas d’échec des négociations, la résiliation conformément aux textes en vigueur, des actes de cession partielle de l’Ibb S.a. En effet, le gouvernement a cédé le 28 décembre 2009 l’Ibb S.a. Cette cession a généré à l’entrée en vigueur de la convention y relative, quelques difficultés liées à la compensation des dettes et créances croisées entre l’Onab et l’Ibb S.a., et à la situation administrative des ex agents de l’Onab) transférés à l’Ibb S.a. C’est à cet effet que le Ministre du cadre de vie et du développement durable a soumis le rapport circonstancié au Conseil qui en a pris acte. Sur cette base, le Conseil a pris lesdites mesures. Elles traduisent la volonté du gouvernement de régler un passif de l’ancien régime qui apparaît comme un boulet pour la bonne santé du sous-secteur. Cette option permet à la fois de rétablir une justice et de soulager des membres du personnel et partant de nombreuses familles. Ainsi, le gouvernement fait des propositions concrètes pour le règlement à l’amiable des dettes. En mettant sur la table la possibilité de l’annulation de la cession en cas d’échec des négociations pour la finalisation de la cession le gouvernement affiche son réalisme et surtout sa détermination à clore ce dossier.

 

AT

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here