Cinématographie:Le film « Le grand tournant » lancé samedi prochain

0
2823

Une conférence de presse s’est tenue le mardi 14 mai 2019 à Cotonou dans le cadre du prochain lancement  du film long métrage « Le grand tournant ». Animée par le producteur Alain Deguenon, le réalisateur Execute Pierre de Messie Mivekanne et quelques personnages principaux du film, cette sortie médiatique vise à informer l’opinion publique sur sa date de sortie.

« Le grand tournant » ! C’est le film long métrage produit par « Plurielle » et réalisé par Execute Pierre de Messie Mivekanne qui sera officiellement lancé le  samedi18 mai 2019 à Canal Olympia Wologuèdè à 20h. Selon le réalisateur, « Le grand tournant » est l’histoire de Sètondji, un chômeur depuis près de 3 ans, qui décroche un emploi dans une société de vente de logiciels informatiques, grâce à l’aide de Derreck, son vieil ami. Rose, la fiancée de Sètondji, contente de l’opportunité miraculeuse qui s’est offerte à son homme, découvre que le fameux Derreck n’était en réalité, que son plus grand amour et le père de sa fille Maria. Sètondji n’est pas au courant de cet épisode de la vie de sa fiancée, une ignorance qui malheureusement n’est pas sans conséquence. En définitive, c’est une fiction d’une durée de 2heures 50 minutes qui se veut être un film qui fait ressentir au spectateur des émotions immédiates qui l’emmènent au centre de lui-même. Un des objectifs de ce long métrage est de rappeler à tous qu’ils doivent faire attention au choix qu’ils font et qu’il y a une vie après la mort. « Mon film est la caractérisation des mondes physique et métaphysique », a-t-il déclaré. Plusieurs thématiques sont abordées dans le film. On note le chômage des jeunes, l’amour, les erreurs de jeunesse, les secrets au sein du foyer, le mensonge, la trahison, le développement personnel, la connaissance de soi et la vie après la mort. Au dire de Execute Pierre de Messie Mivekanne, au départ, il voulait écrire et réaliser une histoire très simple traitant de certaines thématiques actuelles des sociétés que vivent la plupart des jeunes. « J’ai trouvé que cela ne va pas encore totalement en harmonie avec mes souhaits dans le cadre de l’écriture parce que selon moi, depuis l’âge de 20 ans, la spiritualité doit être au cœur de toute écriture », a-t-il expliqué. Pour Alain Deguenon, directeur général de Plurielle, la production du film n’était pas facile, car la maison n’est pas habituée à des productions d’une telle envergure. « Il faut encourager et soutenir les initiatives de la jeunesse béninoise ; c’est ce qui nous a amené à produire ce film », a-t-il martelé tout en invitant les populations à faire massivement le déplacement.

 

Mohamed Yasser Amoussa (Coll)

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here