Cinq bars et discothèques fermés à Porto-Novo

0
1346

Le respect des mesures barrières contre le Covid-19 n’est pas facultatif. Cinq bars, maquis et discothèques qui s’obstinent à fouler au pied les recommandations du gouvernement ont été épinglés le mercredi 26 août 2020 à Porto-Novo par la Police républicaine au cours d’une opération conjointement menée avec l’Association nationale des promoteurs de bars (Anaprobar).

Le président de l’Association nationale des promoteurs de bars (Anaprobar) est décidé à combattre les promoteurs de bars-maquis qui ne se sont pas conformés d’une part, à l’adhésion au sein de ladite Association et d’autre part, qui ne respectent pas les mesures barrières dans la lutte contre la pandémie du Coronavirus et qui laissent la jeunesse s’adonner à la prise de la Chicha. Malgré les séances de sensibilisation répétées et les rappels à l’ordre, certains tenanciers sont résolus à ne pas entrer dans les rangs. C’est ainsi que l’Anaprobar a décidé de pratiquer la politique du bâton après celle de la carotte. Pour atteindre son objectif, la Police républicaine a été mise à contribution. Le mercredi 26 août 2020, sous la supervision générale du  Directeur départemental de la police républicaine Edouard Zankran, une descente a été effectuée sur le terrain à Porto-Novo. L’opération qui a connu la participation du commissaire central Fiacre Béhanzin, a permis de fermer cinq bars, maquis et discothèques. A certains endroits visités, la sensibilisation était au beau fixe puisque des mesures barrières sont respectées. Par contre, dans d’autres, les recommandations du gouvernement sont foulées au pied. Il s’agit de Labota à Houssou-Mêdé, Diamant à Agbokou, Obama à Sacouba, Game Over à Adjina et Visa bar à Houinmey. « Nous sommes dans un Etat de droit et force doit rester à la loi. Il n’est pas normal qu’après les décisions du gouvernement et du maire de la ville de Porto-Novo, des citoyens continuent de mettre en péril la vie de leurs semblables », a déclaré le directeur départemental de la Police républicaine de l’Ouémé. L’Anaprobar invite les promoteurs desdits bars à rouvrir leurs portes à partir de ce vendredi 28 août 2020 à une seule condition : disposer de deux kits de lavage de main piédestal, exiger le port de masque à toutes les serveuses et au gérant, interdire formellement l’attroupement de plus de 50 personnes lors des diffusions de matchs et payer immédiatement les frais de convention. A noter qu’une séance extraordinaire aura lieu la semaine prochaine pour évaluer l’effectivité des recommandations. En cas de récidive, la fermeture va durer un bon mois.

 

Remarquable contribution des solutions digitales

Le numérique et la digitalisation ont été une approche de solutions efficaces aux menaces de la pandémie du Covid-19 pour la plupart des pays du monde, notamment le Bénin. Face aux contraintes de cette crise sanitaire, la plus critique du siècle, le gouvernement béninois a rapidement apporté une réponse digitale à cette maladie.

Les solutions digitales ont contribué énormément à inverser la courbe ascendante de propagation du Covid-19 au Bénin. L’information a été  donnée par Aurélie Adam Soulé Zoumarou, ministre du Numérique et de la digitalisation, lors d’une web conférence organisée par La Tribune d’Afrique sur le thème « Transformation digitale en Afrique, l’effet Covid-19 ». Même si le pays n’a pas attendu la pandémie pour amorcer la transformation digitale, l’autorité ministérielle a avoué que le renversement de la tendance pendant la crise sanitaire à travers la mise à disposition de la population des informations fiables est dû au projet de la digitalisation et à la vision anticipative du président Patrice Talon. « Le gouvernement n’a pas attendu le Covid-19 pour amorcer la transformation digitale du Bénin. Avec cette crise, nous avons compris pourquoi le chef de l’Etat Patrice Talon a eu raison de placer le numérique au cœur de son action », la patronne du numérique et de la digitalisation au Bénin. Plaçant la digitalisation des services publics comme priorité dès son accession à la tête de la magistrature suprême, le président Patrice Talon a créé un département ministériel uniquement consacré au numérique et à la digitalisation du pays. De ce fait, il s’est une fois encore révélé comme un prophète. Car, à cette période de la crise sanitaire mondiale, l’action du gouvernement béninois dans le domaine du digital pour faire face aux affres du Covid-19 s’est accentuée sur la mise à disposition de la bonne information aux citoyens. « La première chose que j’ai constatée, c’est la place de l’information juste, correcte et à jour dans la vie des citoyens. Lorsque les Béninois se sont retrouvés face à cette incertitude liée à l’évolution de la maladie, la première chose, c’est que les gens avaient besoin d’avoir accès à l’information fiable. Nous avons donc répondu à ce besoin en exploitant la plateforme gouvernementale d’information www.gouv.bj/coronavirus qui existait déjà. Les équipes de communication gouvernementales se sont activées pour créer des contenus numériques et des contenus multimédias dans différents formats », a fait savoir Aurélie Adam Soulé Zoumarou. A noter qu’au Bénin, plusieurs administrations sont aujourd’hui passées au télétravail. Egalement, des numéros verts ont été ouverts et mis à la disposition des populations avec des téléconseillers qui répondent même dans les langues nationales aux préoccupations des citoyens sur divers sujets.

 

Benjamin N. Douté

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here