Comités consultatifs interafricains du Cames:Les modalités d’admission des enseignants aux grades supérieurs

0
233

A chaque session des Comités consultatifs interafricains (Cci) du Cames, les enseignants des universités du Bénin accèdent à divers grades à savoir Maître-assistant, Maître de conférences et Professeur titulaire. Pour l’année 2020, (la 42ème session), les enseignants s’en sont sortis avec diverses fortunes. Comment accède-t-on à ces titres et que comprendre des grades des universités. Une équipe de la rédaction de Océan Fm s’est rapprochée des professeurs d’université pour mieux comprendre cela.

C’est depuis mai 2014 que le secrétaire du Conseil africain et malgache pour l’enseignement (Cames) a pris une note afin de recadrer l’utilisation des titres et grades dans l’espace Cames. Pour Bienvenu Kodjo, professeur titulaire des Universités Cames, il existe trois types de grades académiques du Cames. Il s’agit de grades de « Maître-assistant, Maître de conférence et Professeur titulaire », a-t-il fait savoir. Pour accéder à ces différents grades, les enseignants du supérieur doivent répondre à une certaine exigence académique. C’est ce qu’a déclaré le professeur titulaire de linguistique, Maxime da Cruz. Selon le recteur de l’Université d’Abomey-Calavi, lorsqu’on recrute un titulaire du doctorat ou d’un diplôme équivalent, il entre à l’Université avec le grade d’assistant et après au moins deux ans, sur la base de publications, il peut être candidat au grade de Maître-assistant. « Lorsqu’il a le grade de Maître-assistant, il devient après Maître de conférences. On confère les grades sur la base de ce qu’ils ont produit scientifiquement et au plan pédagogique puisqu’il y a des éléments de dossiers qui relèvent de leur prestation au plan académique, au plan pédagogique. Maintenant, ceux qui ont le titre de professeurs, ce sont les Professeurs titulaires. Les professeurs sont ceux qui sont inscrits sur la liste d’aptitude aux fonctions de Professeur titulaire », a-t-il expliqué. Sur ces trois grades, c’est celui de Professeur titulaire qui est le plus élevé. Les enseignants à ce grade sont obligés de répondre à une exigence particulière. Celle de l’encadrement de futures élites.  « Aujourd’hui, vous devez avoir dirigé des thèses jusqu’à soutenance et vous apportez la preuve que vous l’avez dirigé sinon, vous ne serez pas Professeur titulaire. On part du principe que le Professeur titulaire, l’une de ses obligations, c’est de préparer la relève, c’est de conduire les jeunes jusqu’à ce qu’ils obtiennent le grade de docteur d’université », a confié Maxime da Cruz.

 

Des tests lancés par le Cames pour mesurer la performance des enseignants

 

Pour Dr Martial Nassicale, enseignant d’université, les tests d’agrégation lancés par le Cames, sont en fait des occasions pour mesurer la performance des enseignants. « Quand on nous évalue comme cela, c’est pour voir si vous continuez d’être performant. C’est un peu comme du vin. Plus il vieillit, et moins cela vaut. Donc, chaque fois on évalue pour voir si l’enseignant s’est performé et autre puisqu’à la fois, on évalue vos aptitudes pédagogiques et aussi les aptitudes sur le plan de la recherche. Donc, c’est les deux qui vont ensemble et c’est d’ailleurs cela qui fait la différence entre l’enseignant du supérieur et les autres enseignants. Nous essayons donc de toujours nous performer pour pouvoir répondre aux défis qui s’imposent au niveau de l’enseignement supérieur », a-t-il déclaré.

 

Plusieurs avantages liés au changement de grade

 

L’évolution des enseignants dans les grades va de paire avec les émoluments de l’enseignant. Selon le recteur de l’Université d’Abomey-Calavi, Maxime da Cruz, dans le contexte béninois, quand  l’enseignant change de grade, son salaire est par exemple amélioré. « Je prends les Cci Cames, quand les résultats vont sortir, le conseil scientifique va sortir un tableau pour que les collègues puissent être reclassés dans les nouveaux corps. Selon les nouveaux grades qu’ils ont acquis, il y a un tableau du conseil scientifique et sur la base de tableau et de l’attestation que le Cames leur délivre, ils vont demander leur reclassement. Quand ils sont reclassés, cela améliore leur salaire. Le salaire du Maître-assistant, n’est pas le salaire du Maître de conférences. Le salaire du Maître de conférences n’est pas celui du Professeur titulaire. Donc, vous gagnez selon ce que nos statuts prévoient et la grille qui existe », a-t-il fait savoir. L’autre avantage lié au changement de grade, ce sont les nombreuses sollicitations qui peuvent venir d’autres universités pour l’enseignant. Pour Maxime da Cruz, les gens, s’ils ont besoin de vos compétences dans les formations doctorales, formations de masters, ils vous font appel. Selon ses dires, le changement de grade ouvre beaucoup de portes. « Si vous êtes Maître de conférences, Professeur titulaire, cela va être plus facile pour vous d’être sollicité dans les autres universités mais cela dépend des conventions que l’on signe avec les universités. Cela dépend de la reconnaissance qui est faite du profil des compétences du collègue en question », a-t-il ajouté. Il est à rappeler que dans le cadre de la 42ème session, les enseignants béninois s’en sont sortis avec diverses fortunes. L’Université d’Abomey-Calavi a tiré son épingle du jeu avec 105 enseignants. S’agissant de l’Université de Parakou, ils sont 47 enseignants à être élevés à des grades supérieurs dans leurs spécialités.

 

Derrick Cakpo (Coll)

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here