Concertation Gouvernement-Banque mondiale:Les axes prioritaires du Pag au centre des discussions

0
755




Le gouvernement du Bénin et la Banque mondiale ont organisé un atelier de concertation en vue de définir les grands axes stratégiques et des interventions prioritaires à couvrir sur les cinq prochaines années. C’était mardi 13 février 2018 à l’hôtel Golden Tulip.



Le gouvernement du Bénin met les bouchées doubles en vue d’un nouveau cadre de partenariat avec le groupe de la Banque mondiale. A travers un atelier organisé à cet effet, les deux parties ont débattu des grandes orientations du nouveau cadre de partenariat devant lier le Bénin et la Banque mondiale pour la période 2018-2023. La nouvelle stratégie que propose le groupe de la Banque mondiale a pour objectif d’aider le Bénin à réaliser ses objectifs de développement tels qu’énoncés dans le Programme d’actions du gouvernement.
Ceci, en mettant l’accent sur une utilisation plus efficace de ses ressources humaines et naturelles ainsi que de ses avantages géographiques de manière durable et inclusive. Selon Pierre Laporte, cette stratégie se propose de s’articuler autour de trois principaux axes pour renforcer la compétitivité stratégique, à savoir la promotion d’une transformation structurelle pour renforcer la compétitivité et la productivité, le renforcement du capital humain et le renforcement de la porte de résilience et la réduction des vulnérables lié au climat. Pour sa part, le ministre Abdoulaye Bio Tchané a fait observer que les orientations qui seront retenues permettront à la Banque mondiale de finaliser les différents axes stratégiques dont l’opérationnalisation permettra de relever les défis majeurs liés à l’éradication de la pauvreté, à la croissance inclusive et génératrice d’emplois décents et à la transformation structurelle de l’économie de notre pays», a déclaré Abdoulaye Bio Tchané, ministre d’Etat chargé du Plan et du développement.

Le nouveau cadre de partenariat de la Banque mondiale pour le Bénin prévoit une enveloppe globale estimée à environ 482 millions de dollars Us pour la période 2018 à 2023. Des ressources supplémentaires seront mobilisées pour accroître l’enveloppe de la Banque mondiale pour le pays en vue d’accorder des montants assez conséquents aux nouvelles opérations qui seront retenues dans le nouveau cadre de partenariat.

Odi I. Aïtchédji

LAISSER UN COMMENTAIRE