Congrès à parakou:Les Fcbe en déficit de leaders

0
1796




Le 2ème congrès ordinaire des Forces cauris pour un Bénin émergent qui a eu lieu le weekend écoulé à Parakou, a permis au député Valentin Djènontin d’être élu secrétaire exécutif du parti. Cette élection vient démontrer que ce parti est dépourvu de personnalités de taille.


L’alliance Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) est devenue depuis ce weekend un parti politique. A cet effet, Valentin Djènontin, député élu dans la 6ème circonscription électorale sur la liste Fcbe est choisi pour être le secrétaire exécutif du parti. Ce choix démontre à n’en point douter que c’est faute du mieux que les congressistes ont jeté leur dévolu sur lui. Sinon comment comprendre qu’une alliance comme les Fcbe devenue parti puisse confier sa gestion à un novice en politique ? Valentin Djènontin a fait son entrée en politique en 2011 à la faveur du second mandat du président Yayi Boni. Successivement, il a été ministre de la Culture, ministre de l’Economie maritime et enfin ministre de la Justice avant de se faire élire député grâce à l’aura de Yayi Boni. Ces différents postes ministériels occupés lui font croire qu’il était un homme politique.

Alors qu’il n’a eu son salut que grâce à ses accointances religieuses avec l’ex-locataire de La Marina. Avec l’arrivée du gouvernement du Nouveau départ, il s’est toujours fourvoyé avec des discours creux dont lui seul maîtrise la finalité. Avec le départ des ténors de l’alliance Fcbe comme Barthélémy Kassa, Rachidi Gbadamassi et autres, les congressistes n’ont trouvé que Valentin Djènontin qui n’a aucun fief politique. Résider dans la 6ème circonscription électorale ne veut pas dire qu’on y a une base politique.


Et comme pour paraphraser cet adage populaire qui dit « Au pays des aveugles, le borgne est roi », Valentin Djènontin dirige aujourd’hui un parti politique qui regroupe des gens qui n’ont aucun fief et qui n’ont eu leur salut que grâce à Yayi Boni lors de sa gouvernance. Ce sont ces novices en politique que dirigent aujourd’hui Valentin Djènontin. Face à des dirigeants de partis comme Adrien Houngbédji pour le Prd, Abraham Zinzindohoué pour la Rb, SéfouFagbohoun pour le Madep, Valentin Djènontin ne fait pas le poids. Pour une alliance de cette envergure devenue parti politique, choisir un néophyte en politique pour le diriger sera préjudiciable. Et là-dessus, les élections législatives à venir nous édifieront.

Armel Nelson Avadémey

LAISSER UN COMMENTAIRE