Conseil des ministres:Vague de mesures sociales

0
1834

Le Conseil des ministres a tenu sa séance hebdomadaire mercredi 11 septembre 2019. A cette occasion, le président de la République, Patrice Talon, et ses ministres ont pris une série de mesures sociales qui adoucissent les cœurs mais aussi rétablissent la justice sociale et l’équité au sein de l’administration publique. Le chef de l’Etat vient ainsi de donner un autre signal fort pour montrer à ses concitoyens qu’il a, à cœur la résolution de leurs problèmes.

Le compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 11 septembre 2019 montre que les ministres ont démarré la présente rentrée avec la prise d’importantes décisions dans le domaine du social. L’une des décisions est relative à la situation irrégulière de près de 12 000 agents de l’Etat qui étaient dans l’incertitude. Mais, après avoir fait le constat, le chef de l’Exécutif les a sauvés de l’angoisse et de lendemains incertains. Le régime est ainsi déterminé à répondre à la demande sociale dans divers domaines et sous tous ses aspects. 3 dossiers importants concernent près de 12 000 agents de l’Etat et des milliers de familles qui sortent de l’anxiété. Cette mesure prépondérante s’ajoute aux autres actions et décisions allant dans le même sens. Alors, il est loisible de conclure que le président Talon est à l’écoute de sa population. Son mode opératoire consiste à planifier des actions durables pour solutionner efficacement les problèmes de ses mandants.

Abdourhamane Touré

 

 

Près de 6000 familles sauvées

Le Conseil des ministres du mercredi 11 septembre 2019 a pris une décision de haute portée sociale. Il s’agit du maintien dans la fonction publique de près de 6000 agents occasionnels et autres reversés en agents contractuels de l’Etat après vérification de la régularité des opérations de reversement.

Le gouvernement Talon pose un acte courageux. Le Conseil des ministres du 11 septembre 2019 a examiné le compte rendu des travaux de vérification de la régularité des opérations de reversement dans la fonction publique des agents occasionnels et autres en agents contractuels de l’Etat. Après analyse, il a été décidé, pour des raisons sociales, de maintenir en service 5641 agents occasionnels de l’Etat reversés en agents contractuels de l’Etat de façon fantaisiste. Pour rappel, les détenteurs de faux diplômes ne sont pas concernés par la mesure qui constitue un ouf de soulagement pour ces agents et leurs familles. Mû  par la clairvoyance et le sens de responsabilité, le président Patrice Talon vient ainsi de décharger les concernés ainsi que leurs familles d’un lourd fardeau. Cette mesure s’appuie sur le fait que les irrégularités constatées sont généralement imputables à divers responsables politiques et administratifs, et que les agents concernés sont en situation d’emploi depuis plus d’une dizaine d’années déjà. En effet, la vérification, décidée par le Conseil des ministres du 11 janvier 2017, a été conduite par une Commission interministérielle. Au total, 37.607 dossiers ayant servi de base au reversement de 30.776 agents ont été minutieusement étudiés. Sur l’ensemble des dossiers, la Commission a dénombré 25 135 agents régulièrement reversés et 5 641 qui l’ont été de façon irrégulière. Entre autres irrégularités relevées, il y a l’âge d’intégration des agents dans la Fonction publique, les diplômes produits par certains agents. Par ailleurs, 3860 agents ne se sont pas fait recenser, mais percevaient leurs salaires. Cette décision du gouvernement témoigne du type de gouvernance qui a cours actuellement au Bénin ; une gouvernance qui tranche avec certaines pratiques du passé qui ont eu des impacts négatifs sur le fonctionnement et la performance de l’administration publique béninoise. En décidant de tenir compte de l’impact social et des perturbations dans le fonctionnement de l’administration pour ne pas radier les agents en situation régulière de la fonction publique, le président Talon s’est montré magnanime.

AT

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here